RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Venezuela : le gouvernement mexicain expose sa nouvelle politique étrangère de "non intervention" (NODAL)

Le Groupe de Lima - composé de l'Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica, du Guatemala, du Guyana, du Honduras, du Mexique, du Panama, du Paraguay, du Pérou et de Sainte-Lucie - a vu le jour en 2017 dans le but de trouver une issue à la "crise" que traverse le Venezuela. Aujourd'hui, le Groupe a décidé de ne pas reconnaître le nouveau mandat présidentiel de Nicolás Maduro (qui débutera le 11 janvier prochain) le considérant comme "illégal". Cependant, le gouvernement d'Andrés Manuel Lopez Obrador [entré en fonction le 1er décembre 2018, NDT] a décidé de ne pas signer le communiqué, marquant ainsi un changement dans la gestion du dossier par rapport à son prédécesseur Enrique Peña Nieto. Le journaliste argentin Pedro Brieger, directeur du site d’information alternative NODAL (https://www.nodal.am/), a interviewé Maximiliano Reyes, sous-secrétaire pour l'Amérique latine et les Caraïbes du Ministère des affaires étrangères du Mexique.

6 janvier 2019

Le "Groupe de Lima" a publié un communiqué et a déclaré qu’il ne reconnaîtrait pas le nouveau mandat du président du Venezuela. Cependant, le Mexique n’a pas signé le communiqué Pourquoi ?

Le Gouvernement mexicain réitère sa préoccupation face à la dynamique qui a altéré la tranquillité et la prospérité du peuple vénézuélien, ainsi que la situation en matière de respect des droits de l’homme. Les vulnérabilités dans les domaines économique et social sont mises en évidence par la migration de plus de 3 millions de Vénézuéliens qui sont arrivés, dans une plus ou moins grande mesure, dans les pays de notre région. Aujourd’hui, le Mexique est en train de modifier son paradigme migratoire : nous cherchons à ce que la migration soit considérée comme une source de prospérité, de développement économique et de richesse culturelle. D’autre part, nous continuerons de promouvoir la coopération internationale, le respect de l’autodétermination des peuples, le règlement pacifique des différends et le respect, la protection et la promotion des droits humains, tant au Venezuela que dans le reste du monde.

C’est dans cet esprit que le Mexique soutient les initiatives visant à faire en sorte que la société vénézuélienne trouve une solution à ses différends par des moyens pacifiques et avec la participation des acteurs concernés.

Nous plaidons pour que ce Groupe promeuve la mise en place de conditions pour que tous les secteurs du Venezuela puissent établir un véritable dialogue qui favorise le rapprochement et la construction d’accords qui permettront à leur tour le rétablissement de la stabilité pour nos frères vénézuéliens. Nous réitérons notre rejet de toute initiative visant à mettre en place des mesures qui entravent le dialogue pour faire face à la crise au Venezuela. C’est pourquoi le Mexique n’accompagne pas à cette occasion le texte qui a été adopté.

Que représente le Groupe de Lima pour le Mexique ?

Le Mexique continuera d’être un membre actif du Groupe de Lima. Cela est conforme à la vocation multilatéraliste de notre pays et à la conviction que le dialogue et la compréhension entre les Vénézuéliens seront la seule voie possible. Nous pensons qu’il faut parier sur la diplomatie.

Nous appelons à une réflexion au sein du Groupe de Lima sur les conséquences qu’auraient pour les Vénézuéliens des mesures visant à interférer dans les affaires intérieures et qui entraveraient le dialogue entre les acteurs concernés et la communauté internationale. Le chemin le plus efficace d’atteindre les objectifs pour lesquels ce groupe a été créé passe par des initiatives de médiation et de dialogue, et non par l’isolement.

L’absence de représentants de nos pays diminuerait la capacité de dialogue avec les acteurs vénézuéliens. Il en résulterait notre auto-exclusion des processus fondamentaux pour les intérêts de notre région.

Le Mexique pourrait-il rompre ses relations avec le Venezuela, comme certains pays de la région l’ont suggéré ?

Le Mexique entretiendra des relations diplomatiques avec le Venezuela afin de pouvoir examiner avec intérêt les propositions d’action ou de gestion diplomatique formulées par les différentes forces politiques et sociales de ce pays pour faciliter leur rapprochement, leur compréhension et leur accord. Fidèle à ses principes constitutionnels de politique étrangère, il s’abstiendra de se prononcer sur la question de la légitimité du gouvernement vénézuélien.

L’autodétermination des peuples et la non-intervention sont des principes constitutionnels que le Mexique respectera. Ainsi, la promotion du dialogue entre les parties en vue de trouver une solution pacifique à la situation que traverse Venezuela continuera de représenter une priorité de la politique étrangère du Mexique.

Traduit par Luis Alberto Reygada (@la_reygada) pour Le Grand Soir

»» https://www.nodal.am/2019/01/maximiliano-reyes-subsecretario-para-amer...
URL de cet article 34352
  

Même Thème
Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.

Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.

Le quatrième jour, je serais assassiné.

William Blum

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.