Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Venezuela : Vivez le référendum du 2 décembre en direct et en français. - La démocratie vénézuélienne n’est pas en danger




Illustration

Dimanche 2 décembre 2007.


Contre les mensonges médiatiques, Radio Venezuela en Vivo : Vivez en direct et en français le référendum populaire sur la Reforme Constitutionnelle au Venezuela.

>>> * (La radio diffuse en alternance des infos en français et en anglais.) * <<<

- Si vous avez un problème technique, contactez la radio.

http://radiovenezuelaenvivo.blogspot.com

La démocratie vénézuélienne n’est pas en danger, par Benito Perez.


Le Courrier, vendredi 30 novembre 2007


Peu avant la disparition de la IVe République française, qui allait déboucher sur un renforcement constitutionnel des pouvoirs présidentiels, Charles de Gaulle avait manié l’ironie pour apaiser les craintes d’un journaliste sceptique : « Croit-on qu’à 67ans je vais commencer une carrière de dictateur ? » avait rabroué l’ancien militaire, avec son légendaire sens de la formule. Mais, en 1958, le général français était bien loin d’affronter la quasi-totalité de la médiacratie internationale, qui instruit aujourd’hui le procès d’Hugo Chávez et de sa réforme constitutionnelle.

Pour les adversaires du président vénézuélien, la Charte fondamentale proposée ce dimanche en référendum serait la « preuve » enfin révélée du caractère « dictatorial » qu’ils prêtent depuis des années à Hugo Chávez. Si la réforme était acceptée, assurent-ils, le chef de l’Etat vénézuélien concentrerait des pouvoirs semblables à ceux de son ami cubain Fidel Castro. « Un modèle d’Etat socialiste, marxiste-léniniste, étatiste est contraire à la nature de l’être humain parce qu’il établit la domination absolue de l’Etat, restreint la liberté personnelle et la liberté religieuse, et cause une très grave détérioration de l’économie, provoquant une pauvreté généralisée », avertit par exemple la Conférence épiscopale vénézuélienne.

On frémit. Pourtant, en épluchant les soixante-neuf nouveaux articles mis au suffrage, on ne trouve guère d’indices de la « dictature du prolétariat » annoncée. A contrario, le nouvel article115 définit et garantit expressément la propriété privée au même rang que trois autres types de possession (sociale, publique et collective)...

Le fonctionnement des institutions n’est pas davantage bouleversé. L’exécutif voit certaines de ses attributions renforcées, notamment en matière de gestion territoriale ou d’état d’urgence, dont l’application est élargie, afin de répondre à des tentatives de déstabilisation comme celles subies en 2002 et 2003. Mais on note aussi un processus de décentralisation du pouvoir, avec la création d’institutions communales participatives. Autre avancée démocratique : le retour de la Banque centrale dans le giron des pouvoirs publics.

Quant aux « libertés personnelles » invoquées par les évêques, elles semblent particulièrement choyées. La nouvelle Constitution prévoit ainsi de réduire la journée de travail de huit à six heures à l’horizon 2010 et d’instaurer une protection sociale au bénéfice des travailleurs indépendants, soit la majorité des actifs. Des dispositions attendues avec impatience par la population et qui expliquent certainement les difficultés des anti-Chávez à faire campagne sur le texte soumis au vote. A une exception : le très symbolique article230 qui allonge le mandat présidentiel à sept ans et ouvre la possibilité, pour un sortant, de se représenter devant les électeurs.

« Présidence à vie » déguisée, accuse l’opposition, relayée avec force par les médias internationaux. En particulier en Europe, quand bien même une dizaine de pays du Vieux-Continent connaissent la non-limitation du nombre de mandats -à l’instar de la France- sans pour autant disposer d’un référendum révocatoire comme au Venezuela...

Il est particulièrement pathétique de voir les commentateurs politiques d’outre-Jura « s’inquiéter » dans une belle unanimité qu’un président « autoritaire » et « populiste [1] » « conduise son pays avec le doigté habituel des dictateurs [2] », alors qu’il soumet un changement constitutionnel au référendum populaire. Des médias qui, en même temps, saluent la volonté de Nicolas Sarkozy de faire adopter par la seule Assemblée nationale une Constitution européenne rejetée il y a deux ans par le peuple français...

Que le processus de transformations sociales mené au Venezuela provoque des réactions à la mesure des enjeux et de la personnalité impulsive d’Hugo Chávez n’a rien d’étonnant. Mais l’outrance de la critique disqualifie ceux qui la portent. Une remarque qui vaut également pour Hugo Chávez, dont les diatribes assénées à ses adversaires (« traître », « diable », fasciste »...) contribuent aussi à figer le débat autour de positions caricaturales.

C’est d’autant plus regrettable que l’option prise par le leader socialiste de renforcer les pouvoirs présidentiels afin d’accélérer ou, au besoin, de défendre « sa » Révolution aurait mérité un vrai débat critique au sein du camp progressiste, au Venezuela comme à l’étranger. Pour notre part, cette concentration des pouvoirs ne nous paraît ni souhaitable ni nécessaire. Pas plus que de rendre le projet bolivarien d’émancipation populaire dépendant d’un seul homme, fût-il Hugo Chávez.

Benito Perez

- Source : Le Courrier www.lecourrier.ch


Mensonges médiatiques Venezuela : réponse à l’article « L’opportunisme humanitaire de Chávez » publié par Libération, par G. Brustier et C. Ventura.



Venezuela, référendum du 2 décembre - De l’intelligence des ânes, par Thierry Deronne.

Venezuela - Hugo Chávez et la réforme constitutionnelle, par Salim Lamrani.


Venezuela : Les paradoxes de la révolution bolivarienne, par Pierre Beaudet.

Reporters sans frontières contre Hugo Chávez, par Salim Lamrani.



La guerre de désinformation de Reporters Sans Frontières contre le Venezuela, par Salim Lamrani.


Hugo Chavez et le Venezuela : Ariel Wizman, nous voulons des preuves...par Viktor Dedaj

Venezuela Référendum 2 décembre. Réforme Constitutionnelle et Déstabilisation : Chronique(s) d’une Révolution en marche, par Romain Migus.

Nouvelle tempête de mensonges du Monde contre la révolution vénézuélienne, par Thierry Deronne.



Le livre est arrivé : La face cachée de Reporters sans frontières (De la CIA aux Faucons du pentagone), par Maxime Vivas.

[1Le Monde du 20 novembre.

[2Le Figaro du 23 novembre.


URL de cet article 5775
   

Claude Lanzmann. Le Lièvre de Patagonie. Paris : Gallimard, 2009.
Bernard GENSANE
Il n’est pas facile de rendre compte d’un livre considérable, écrit par une personnalité culturelle considérable, auteur d’un film, non seulement considérable, mais unique. Remarquablement bien écrit (les 550 pages ont été dictées face à un écran d’ordinateur), cet ouvrage nous livre les mémoires d’un homme de poids, de fortes convictions qui, malgré son grand âge, ne parvient que très rarement à prendre le recul nécessaire à la hiérarchisation de ses actes, à la mise en perspective de sa vie. Lanzmann est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.