RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Visite d’un collectif de permaculture de culture ouvrière et populaire : La "jungle étroite" des Fraternités Ouvrières (Mouscron, Belgique)

Gilbert et Josine Cardon, ouvriers à la retraite et militants syndicalistes « globe trotteurs », ont créé cette association "les Fraternités Ouvrières" il y a plusieurs décennies, bien avant la mode du "bio", et sont maintenant visités par des amateurs de jardinages et curieux de toute l’Europe et parfois de plus loin encore. L’association compte des centaines de membres, et visiblement le travail collectif n’y manque pas !

Ici pas de buzinessmen, pas de bobos... on s’échange des savoirs, des graines, des légumes, de la chaleur humaine, en toute simplicité. Un peu comme dans n’importe quel village cubain, où l’ANAP, syndicat paysan, a mis en place des dispositifs de formation en permaculture à l’échelle du pays (Cuba, qui a interdit les pesticides sur son territoire, est devenu le leader mondial du bio et premier pays à avoir "atteint le stade du développement durable" selon la WWF).

La permaculture, c’est tout simplement l’ensemble des savoirs et techniques qui permettent de « produire plus » en travaillant sur la qualité du sol, sans pesticides ni engrais chimiques. C’est aussi l’antithèse du "bio low cost" qu’on trouve dans nos supermarchés, où des fruits et légumes sans gout ont poussé hors sol dans des serres-cliniques qui impliquent un surcoût absurde.

Ainsi d’après Gilbert, "l’agriculture intensive c’est nous qui la faisons !"... tant il est vrai qu’en soignant le sol comme on soigne ses outils, sans intrants mortifères ni labour agressif, quand on y prend le temps, hors de toute logique de "profit immédiat et maximum", on croule vite sous la masse des végétaux comestibles produits... bien plus à les entendre que sur un sol usé par les techniques de l’agrochimie "moderne". Dans le savoir faire populaire donc, pas de "décroissance", mais au contraire une augmentation constante de la productivité par des soins appropriés, une science de pointe -certes plus "biologique" que "chimique"- et une diminution du travail pénible, puisque c’est progressivement le sol lui même, vivant, qui prend en charge les graines qu’on lui sème.

A bien des égards, l’ensemble de ces pratiques ressemble à ce qui était mise en place en URSS dans les années trente et quarante, notamment avec le « plan de transformation de la nature » de 1948 (arrêté par Khrouchtchev en 1954, qui décida brutalement de stopper l’agroécologie soviétique -essentiellement l’agroforesterie- pour s’aligner durablement sur le modèle agricole intensif américain). On commençait à l’époque à planter des bandes forestières partout dans les steppes peu fertiles du sud pour les mettre à profit des polycultures sous couvert végétal bien souvent de sorte que l’association de ces plantes lutte plus efficacement contre l’écosystème stérile des steppes sans recourt à la chimie, destructrice de la texture des sols.

Chez Gilbert et Josine, la production se fait notamment en associant aux plantes semées des arbres qui fournissent ombrage, rétention d’eau dans le sol, branches et feuille pour le composte naturel, etc. C’est ce qu’on appelle l’agroforesterie.

Petite discussion avec Josine, que nous retrouvons avec Gilbert, après une première rencontre le premier dernier lors d’une fête du PTB à Mouscron, autour des principes généraux de la permaculture et de considérations des agronomes soviétiques « pré-khrouchtchéviens » sur lesquels nous demandons son expertise...

Blog des Fraternités ouvrières

Quelques vidéos de présentation du site et d’interview du camarade Gilbert !

Guillaume SUING

»» https://germinallejournal.jimdo.com/2018/05/11/une-visite-dans-une-zon...
URL de cet article 33372
   

Même Auteur
L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Avant, il y avait la tomate. Puis, ils ont fabriqué la tomate de merde. Et au lieu d’appeler la tomate de merde “tomate de merde”, ils l’ont appelée “tomate”, tandis que la tomate, celle qui avait un goût de tomate et qui était cultivée en tant que telle, est devenue “tomate bio”. À partir de là, c’était foutu. »

Inconnu

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.