RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

¡ Viva Chávez !

Cet article comprend quelques phrases, inspirées ou traduites très librement, de celui écrit pour ATTAC par Eduardo Galeano, écrivain urugayen.

Hugo Chávez vient de remporter son huitième scrutin en cinq ans. Il s’agissait cette fois, non pas d’une élection habituelle, mais d’un référendum révocatoire, une première dans l’histoire de l’Humanité. Accusé de dérive dictatoriale par l’opposition vénézuélienne, dont les insultes et les mensonges sont repris sans vergogne par la quasi totalité des médias du monde, Chávez a lui-même instauré ce processus dans la nouvelle constitution. Le Venezuela est le seul pays au monde où le peuple peut décider d’interrompre le mandat du président par un référendum d’initiative populaire. L’opposition a réussi, avec beaucoup de difficultés et sans doute quelques fraudes, à réunir le nombre de signatures nécessaires pour que le scrutin ait lieu. Chávez a obéi à sa propre constitution et a accepté de se soumettre à la volonté du peuple. Le peuple l’a maintenu dans ses fonctions jusqu’en 2006 avec plus de 58% des voix. Deux des cinq membres du Conseil National Électoral, appartenant à l’opposition, ont refusé d’entériner le résultat, alors que tous les observateurs internationaux, dont des membres de la Fondation Carter, ont reconnu la parfaite transparence du vote. Les vénézuéliens se sont rendus massivement aux urnes et ont fait preuve d’un civisme admirable puisqu’il y avait des files d’attente de plusieurs centaines de personnes, en plein soleil, aux portes des bureaux de vote. Fait remarquable pour un peuple qui a plutôt l’habitude d’aller à la plage quand il y a des élections. Les opérations de vote ont été longues à cause de la procédure : double vote, papier et électronique. Cette fois, les morts n’ont pas voté et personne ne l’a fait plusieurs fois, comme c’est la coutume. L’opposition crie pourtant à la fraude massive alors que les instituts de sondage, tous nord-américains, avaient prédit la victoire de Chávez. Ceux-là même qui hurlent qu’il n’y a pas de liberté d’expression au Venezuela le clament avec la plus grande liberté d’expression dans les journaux, à la radio ou à la télévision, aux mains de l’opposition dans sa quasi totalité, en particulier celles du multimilliardaire magnat de l’information Cisneros, ami de G.W Bush, comme par hasard. La seule chaîne de télévision, le canal 8, qui a fermé ses portes, ne l’a pas été par Chávez mais par ceux-là même qui l’avaient écarté du pouvoir pendant quelques jours lors du coup d’État d’avril 2002. C’est cette même chaîne de télévision qui avait réalisé un reportage montrant des partisans de Chávez tirant sur des manifestants de l’opposition lors d’une manifestation. Il est prouvé aujourd’hui de manière irréfutable que le reportage était truqué. Un mois avant le scrutin, dans un grand élan de démocratie, l’ex-président Carlos Andrés Pérez, contre qui Chávez avait tenté un putsch manqué en 1992, a déclaré depuis son exil doré de Miami, qu’il ne reconnaîtrait pas le résultat si Chávez gagnait et que le Venezuela avait besoin d’une dictature ! Alors, c’est quand même un drôle de dictateur, cet Hugo Chávez, masochiste et suicidaire, qui a créée une constitution qui permet que le peuple lui retire le pouvoir ! Combien de dirigeants au monde accepteraient de se livrer à un tel exercice ? Ce tyran inventé par les médias, ce terrible démon, vient de donner une leçon de démocratie directe au monde entier ! Le peuple vénézuélien vient de reconquérir son pays.

Aujourd’hui, nous sommes tous vénézuéliens !

¡Viva Chávez !

Pour lire l’article d’Eduardo Galeano en espagnol

URL de cet article 1735
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Chávez. L’homme qui défia l’histoire
Modesto E. Guerrero
Cette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps. Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent. 514 pages (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les Etats-Unis voyaient ce que les Etats-Unis font aux Etats-Unis, les Etats-Unis envahiraient les Etats-Unis pour libérer les Etats-Unis de la tyrannie des Etats-Unis"

Vignolo

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.