Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

A propos de la pièce de théâtre « 1336 (parole de Fralibs) », vue à la Maison des Métallos.

Vous reprendrez bien une petite Scop de Ti ?

On s’en souvient, des Fralibs ! On en a entendu parler aux infos pendant 4 ans. Ça n’en finissait pas, les jugements en leur faveur non appliqués, les retours dans la rue, le boycott des produits Unilever, la guerre de la communication, David provençal contre Goliath multinational.

Cette pièce de théâtre parle de tout cela. Elle parle aussi de tout le reste, que l’on n’a pas vu dans les média. De ce qui s’est passé dans les familles, avec les amis, les voisins, entre les ouvriers et en eux-même. Elle les fait parler, elle leur donne la parole.

Philippe Durand est seul en scène. Il est assis sur une chaise, derrière une table. Devant lui, un livret de feuilles A4, reliées. Derrière lui, sur une autre table, une pyramide de boîtes de thé et de tisanes, si reconnaissables. 1336 dans toutes ses couleurs.

Il nous regarde, public, installés autour de lui. Je ne sais pas s’il nous voit vraiment, lumière dans les yeux, ou s’il revoit celles et ceux qui lui ont confié leurs mots et leur histoire, il y a à peine quelques mois. Je lui aurais bien demandé comment il se sentait lorsqu’il les a rencontrés et écoutés, ces vaillants.

Et cela commence. Les unes après les autres, les histoires sortent de sa bouche. Les récits de quelques-uns de ceux qui ont fait repartir la production. Leurs accents, du Nord ou du Sud, les gros bras habitués aux piquets de grève, les impressionnables qui ont découvert leur force.

Cela dure 1h30, il nous dit qu’il a dû couper le texte et faire des choix, que la pièce aurait pu durer 4h. On le croit et on en redemande.

On a entendu l’amour du métier et du savoir-faire, la force et l’émotion de la solidarité, pendant la longue lutte et pour l’avenir, les réflexions sur la nature humaine, les hésitations, les pieds-de-nez aux prévisions.

Ils ont parlé de leur fierté d’avoir lutté (et d’avoir gagné !), de leur reconnaissance pour toutes les formes de soutien qu’ils ont reçu et qui les ont tenus et soutenus. Et aussi de la suite, du combat qui continue, mais dont ils maîtrisent les enjeux cette fois-ci.

Je pourrais citer des dizaines de phrases du spectacle (le texte est édité), mais il me semble que la chair que leur donne Philippe Durand est précieuse. Je vais quand même en citer une.

Lorsqu’il tourne la dernière feuille du livret devant lui (il ne lit pas ces pages, il s’y réfère peut-être, mais les tourne régulièrement, transitions ou respirations), Philippe Durand prononce ces mots, ses yeux dans les nôtres : « Ça a été dit ».

Les mots concluent le récit de l’intimidation, au tribunal, des ouvriers par les avocats d’Unilever qui les comparaient à une « meute de loups ».

Oui, ça a été dit, on les a traités d’animaux.

« Ça a été dit », témoignage de vérité et de vécu, ces derniers mots du spectacle sont comme une signature, un sceau sur la fierté de leur victoire qui continue de rayonner. Comme un bâton de course de relais que l’on a envie d’empoigner pour l’emmener encore plus loin et le passer de main en main, de tasse d’infusion en tasse de thé ...

Le spectacle est actuellement en tournée dans toute la France, ne le ratez pas !

Eva DUXERI

Détails sur www.lacomedie.fr/evenement/1336-parole-de-fralibs

Texte édité aux éditions d’Ores et déjà. www.doresetdeja.fr

On peut voir aussi les films documentaires de Claude Hirsch « Pot de thé, pot de fer » et « 1336 jours, des hauts, débats, mais debout ». Troisième période en cours de finalisation. Production Pol’Art www.asspolart.com

Et bien évidemment www.1336.fr, www.scop-ti.com et https://boutique.fraliberthe.fr pour acheter en ligne. Les produits 1336 et Scop-Ti (bio) sont également disponibles en grande surface.

URL de cet article 32849
   
Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Jamais je ne demanderais pardon au nom des Etats-Unis - quelles que soient les raisons."

Président George Bush (père)
après qu’un avion de ligne régulière Iranien ait été abattu par un missile états-unien


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
39 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.