RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

700 milliards : vent de panique ou Mistral gagnant ?

Au moment des discussions sur le plan de relance économique de 2008, j’ai suggéré qu’ils s’épargnent la peine d’envoyer des chèques individuels à chaque contribuable américain, mais qu’ils expédient la somme globale directement en Chine. Après tout, c’est là -bas que l’argent finirait par atterrir d’une manière ou d’une autre quand il serait dépensé par les Américains à qui cet argent avait été distribué dans l’espoir de relancer la consommation.

Sans pourtant être expert en économie, j’avais vu juste ; la relance n’a servi à rien. Et maintenant l’économie connaît, dit-on, la crise la plus importante depuis la Grande Dépression.

Les Démocrates, alors qu’ils avaient déjà soutenu le plan de relance mentionné ci-dessus, se laissent aujourd’hui également abuser par les cris d’orfraie du gouvernement sur la crise financière.

Cela rappelle bien trop la formule qui avait été employée pour des projets de logiciels : "Nous n’avons pas le temps de le faire comme il faut, mais nous prendrons le temps de le refaire".

Nous avons là une classe politique qui est incapable de réunir les fonds nécessaires permettant d’assurer à la population une couverture santé et des études universitaires gratuites, ou de sécuriser les frontières. Mais nous avons en revanche les responsables des deux partis qui acceptent allègrement de dépenser 150 milliards de dollars par an pour faire la guerre, et de réclamer 700 milliards de dollars supplémentaires pour colmater des brèches qui se sont créées sous leurs yeux grands ouverts.

Mais les 700 milliards ne vont rien résoudre, pas plus que ne l’a fait le plan de relance.

La raison en est très simple. La crise du logement ne provient pas seulement d’un problème de prêt. En fin de compte, les demandes de prêts immobiliers ne sont pas beaucoup plus élevées qu’il y a dix ans en arrière (65% en 1996, 68.9% en 2005). Mais alors, qu’est-ce qui est différent aujourd’hui ?

Le vrai problème, c’est la perte d’emplois. Dans le monde informatique de conception de logiciels, on parle d’une approche « boite noire » : on peut comprendre le fonctionnement d’un système sans forcément connaitre la complexité de ses mécanismes internes simplement en observant son comportement et les résultats obtenus.

Dans cette optique, si les salaires stagnent ou baissent, et que les emplois partent à l’étranger, comment les gens peuvent-ils conserver leur maison ou en acheter une ? Dans ces circonstances, même si on leur propose les conditions de prêts les plus avantageuses, comment peuvent-ils rembourser ? Manifestement, il fallait que les prix de l’immobilier baissent. Jusque-là , c’était clair pour n’importe qui, même avec un seul oeil d’ouvert.

Mais, de toute évidence, pas pour des gens comme M. Paulson, M. Mankiw, ou M. Greenspan.

Les salaires en Amérique ont été attaqués sur deux fronts, l’immigration illégale, d’une part, et la délocalisation d’autre part.

Curieusement, la droite soutient les deux et la gauche conteste mollement l’une des deux. Et les dirigeants de ces 30 dernières années se sont appliqués à perpétuer les deux, en s’appuyant sur la vénération stupide de fausses idoles comme la mondialisation et la diversité. Nous sommes tellement imprégnés de clichés que même la soi-disant Grande Crise de cette semaine n’a pas provoqué de débats sur les maux véritables qui frappent le pays.

Au lieu de cela, il y a eu cette lettre de Thomas Friedman (*) aux responsables irakiens (au nom de George Bush), pour leur dire qu’il faut désormais qu’on s’intéresse à l’Amérique, parce qu’on ne peut plus dépenser toute notre fortune en Irak.

Il est difficile de dire ce qui est le plus choquant, l’arrogance de cet homme ou son manque de pudeur.

Les Irakiens ne nous ont jamais invités. Nous sommes allés là -bas pour y déclencher une guerre, poussés par (l’éditorialiste du New York Times) Thomas Friedman et ses supporters de "La Terre est plate", nous y avons démantelé le pays et instauré le chaos.

Nous avons sur les mains le sang de millions de personnes. Et Barack Obama qui râle parce que les Irakiens ont 80 millions de dollars placés dans les banques de New York (peut-être pense-t-il qu’ils devraient les envoyer à Zurich ?) alors que nous dépensons tant d’argent en Irak.

Peut-être que quelqu’un pourrait-il rappeler au sénateur ses multiples votes autorisant, justement, ces dépenses. Et lui rappeler que ce qu’il veut faire, lui, c’est le dépenser plutôt en Afghanistan.

"Retourne chez toi, Amérique" avait dit George McGovern pendant la guerre du Vietnam. C’est la seule injonction sensée depuis plusieurs années maintenant. Mais l’Amérique est un pays de démesure dans tous les domaines, semble-t-il, sauf dans celui du sens commun.

Dans son analyse du discours télévisé de Bush sur la crise "actuelle", Gail Collins (dans le NYT) a bien résumé nos problèmes dans sa chronique ce matin : "Bush en est arrivé à ce point douloureux dans la vie publique en Amérique où une personne célèbre commence à ressembler à sa caricature".

Mais la vieille chanson du film hindi, "Tere Mere Sapne" (1971), le dit encore mieux : Andhi Praja, Andha Raja, Taka Ser Bhaji, Taka Ser Khaja.

Ce qui veut dire : Un peuple aveugle dirigé par un roi aveugle et un pays dépourvu de sens critique qui ferait payer une livre de légumes le même prix qu’une livre de produits exotiques.

N’oublions pas combien nous sommes spéciaux : le seul pays au monde qui a accordé un second mandat à quelqu’un comme Bush, la personne capable de parler de rouge à lèvres, de cochons ou de l’effondrement de notre économie - et tout cela avec la même gravité.

Niranjan Ramakrishnan est un écrivain qui vit sur la Côte Ouest des Etats-Unis

Article original :
http://www.counterpunch.org/ramakrishnan09262008.html


Notes complémentaires

(*) Cher Amis Irakiens (extraits)

par THOMAS L. FRIEDMAN

(extraits)

Au président de l’Irak, Jalal Talabani, au premier ministre, Nuri Kamal al-Maliki et à Mahmoud al-Mashadani, porte parole.

De la part de George Bush

Messieurs,

Je vous écris pour une affaire de la plus haute importance. Il m’est difficile de vous expliquer l’étendue de la crise économique en Amérique. Il est question d’un plan de sauvetage de mille milliards de dollars de notre système bancaire pris dans la tourmente. C’est donc un véritable 11 septembre financier.

Les Américains qui sont dépossédés de leur maison et croulent sous les dettes ne comprennent plus que nous dépensions un milliard de dollars par jour pour que les Irakiens se sentent plus en sécurité chez eux.

(…)

Les contribuables américains qui ne sont pas d’accord pour que leur argent soit utilisé pour aider leurs propres entreprises (comme Lehman Brothers, Bear Stearns ou Merrill Lynch) refusent que leurs impôts servent à financer vos éternelles tergiversations sur la question de savoir quelle communauté contrôle Kirkuk

Attention, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Moi et beaucoup d’Américains, nous sommes soulagés de la façon dont vous, le peuple et l’armée en Irak, vous êtes sortis de ce piège d’autodestruction. Au départ, j’ai déclenché cette guerre pour rechercher les armes de destruction massive. J’avais tort. Mais il est vite devenu évident qu’Al-Qaida et ses alliés en Irak étaient déterminés à faire échouer toute tentative de l’Amérique de construire un Irak respectable et de faire prendre au Moyen-Orient une voie plus démocratique, quel que soit le nombre d’Irakiens qui seraient tués en cours de route.

Ce n’était pas la guerre pour laquelle nous étions venus, c’est celle que nous avons trouvée.

Al-Qaida a bien compris que s’il pouvait faire échouer l’Amérique au coeur même du monde arabo-musulman, cela aurait une incidence dans toute la région et permettrait à Al-Qaida et à ses alliés de prendre le contrôle. A l’inverse, nous savions que si nous pouvions mettre Al-Qaida en échec en Irak, avec la collaboration d’autres Arabes et musulmans, cela aurait un impact dans toute la région et aurait des retombées bénéfiques. Quelque chose de très important était en jeu. Et nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir pour gagner cette guerre.

Ce ne sont pas les enjeux qui ont changé. C’est le fait que vous allez devoir maintenant finir le travail tout seuls. Vous pensiez pouvoir compter sur un perpétuel filet de sécurité américain qui vous permettrait d’entamer des discussions sans fin pour déterminer qui va obtenir quoi. J’ai été beaucoup trop patient avec vous. Ca, c’est terminé maintenant.

(…)

Notre ambassadeur m’a expliqué votre problème : les Chiites irakiens ont toujours peur du passé, les Sunnites ont toujours peur de l’avenir et les Kurdes irakiens ont toujours peur des deux.

Eh bien, si vous voulez voir la peur, regardez dans les yeux des Américains qui voient leurs économies s’évanouir, leurs entreprises disparaître et leurs maisons saisies.

Nous sommes un autre pays aujourd’hui. (…)

J’attendrai que l’histoire m’accorde la rédemption, mais les Américains ne le feront pas. Ils veulent l’édification d’une nation en Amérique maintenant. (…).

(texte complet en anglais)
http://www.nytimes.com/2008/09/24/opinion/24friedman.html?_r=1&oref=slogin

Traduction, liens et notes complémentaires
par Des bassines et du zèle http://blog.emceebeulogue.fr/
pour le Grand Soir http://www.legrandsoir.info

URL de cet article 7182
  

Même Thème
Le Krach parfait
Ignacio RAMONET
Crise du siècle et refondation de l’avenir Le capitalisme connaît en moyenne une crise grave tous les dix ans. Mais un séisme économique d’une aussi forte intensité que celui de l’« automne noir » 2008, il ne s’en produit qu’un seul par siècle. Aucun autre cependant, avant celui-ci, n’avait conjugué une somme de menaces croisées aussi alarmantes. Tout le système financier - banques, bourses, caisses d’épargne, agences de notation, normes comptables - a craqué. Et une doctrine a fait faillite : celle du (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.