RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

80 années nous séparent, et pourtant ! De l’expérience nazie aux votes frontistes !

extrait choisi de : " 80 années nous séparent, et pourtant ! De l’expérience nazie aux votes frontistes ! Quand les erreurs du passé sont reconduites au présent. "
Août 2012 – Cercle Ouvrier du Bassin Minier Ouest du Pas-de-Calais


Lors des élections de juillet 1932, le parti nazi s’impose comme la première force politique d’Allemagne, celle que les milieux industriels et financiers finirent par imposer après de nombreuses réunions avec Hitler, pour faire régner l’ordre dans le pays.

Aussi, avec les prochains paragraphes, il semble important de rappeler ce parallèle qui va raviver la mémoire collective des 5 dernières années ici en France. Toute ressemblance n’étant pas fortuite, cela doit nous amener à la réflexion collective.

Depuis 1925, avec l’aide d’Emil Kirdorf, les nazis avaient déjà su tisser des liens avec les élites du pays afin de créer des relations plus étroites avec la droite conservatrice.

Suite à ces relations de plus en plus proches, Hitler s’associe dès 1930, avec Hünenberg le président du DNVP (Parti national du peuple allemand) qui est aussi un grand et puissant patron de presse, il offre à Hitler et aux nazis une tribune médiatique d’ampleur pour développer la propagande national-socialiste.

C’est ensemble qu’ils créeront le « front de Harzburg », un bloc national pour dé-diaboliser et banaliser les nazis dans leurs approches des conservateurs et des élites traditionnelles.

C’est ainsi que le médecin Otto Steinert écrit : « Après les élections de septembre 1930, des groupes de pression de la grande industrie lourde multiplièrent les contacts avec le parti nazi et lui versèrent des fonds ; citons des industriels connus comme Fritz Thyssen, Hugo Stinnes, Paul Reusch, Albert Vögler, Fritz Springorum et leur porte-parole August Heinrichsbauer, qui toutefois ne devinrent pas membres du parti » Puis de manière progressive, les nazis reçurent le soutien des élites traditionnelles du pays, le même Steinert écrit : « Au niveau des élites, Göring et Walther Funk établirent des relations avec l’aristocratie, le monde des affaires et les sphères gouvernementales ».

Hitler banalisé, le parti nazi dédiabolisé, une organisation de soutien se met en place dans les milieux influents auprès de Hindenburg, et Hitler se voit proposer d’entrer dans le gouvernement de Von Papen. Mais Hitler, fort de ses appuis, refuse d’être sous les ordres de quelqu’un d’autre.

La tactique des nazis est de faire monter la pression sur Hindenburg et Von Papen, en se servant des S.A. pour provoquer des incidents de plus en plus violents, notamment dans les grandes villes.

L’agitation de rue et la propagande au travers de la presse nazie battent le plein et influent autant dans les associations professionnelles que dans les églises où des unités entières de la SA se rendent en habits de parade (bottes et chemise brune) avec la bénédiction des prêtres et de pasteurs « bruns » acquis à leur idéologie.

Le manque d’unité entre SPD et KPD se ressent, malgré la résistance des communistes qui s’affrontent avec les nazis, les nazis deviennent une force incontournable.

Hitler rencontra à plusieurs reprises Von Papen mais ce dernier refuse de lui céder sa place de Chancelier. Hitler en colère (et on s’imagine) se sert d’une motion de censure déposée par les communistes au parlement pour faire tomber le gouvernement.

Hindenburg essaie en vain une dernière stratégie d’unité pour brider l’accession nazie et insiste auprès d’Hitler pour que le parti nazi participe et soit intégré à une coalition de droite, mais Hitler, avec le soutien des industriels et des financiers, a déjà pris la décision qu’il sera Chancelier et rien d’autre.

En décembre 1932, Von Papen est remplacé par Von Schleicher qui cherche à négocier à nouveau le soutien des nazis dont « il méprise la démagogie mais admire le patriotisme ». Il reste convaincu, comme de nombreux responsables de la droite conservatrice, que les nazis peuvent encore être contrôlés et responsabilisés avec une intégration dans son gouvernement. Mais Hitler persiste et revendique le pouvoir.

totalité sur : http://joukov.eklablog.com/l-histoire-ne-se-repete-pas-mais-elle-inspi...

»» http://joukov.eklablog.com/l-histoire-ne-se-repete-pas-mais-elle-inspi...
URL de cet article 28226
  

Même Thème
« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est difficile de faire comprendre quelque chose à quelqu’un lorsque son salaire lui impose de ne pas comprendre."

Sinclair Lewis
Prix Nobel de littérature

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.