RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Antoine MANESSIS

Traque des chômeurs, arrestation d’Eric Drouet, l’offensive antisociale nourrit la fascisation macroniste !

Antoine MANESSIS

A quoi sert le fascisme ? A préserver les intérêts du grand capital lorsqu’ils sont menacés par les mouvements des masses populaires, à briser la résistance populaire. Comme les communistes authentiques sont les meilleurs défenseurs des intérêts du travail contre ceux antagoniques du capital, le fascisme est par nature anti-communiste. Ce bref rappel pour expliquer la fascisation (il s’agit d’un processus créant les conditions du fascisme) du pouvoir macroniste : face au mouvement populaire et égalitaire qui a ébranlé l’aristocratie du fric et ses “fondés de pouvoir”, ceux-ci décident d’utiliser à la fois l’enfumage mais aussi la matraque.

L’enfumage consiste à déployer une campagne de propagande massive autour du “grand débat national” voire à organiser un référendum à questions multiples dont les questions et les réponses quelles qu’elles soient ne remettent pas en cause la politique du pouvoir et donnent une illusion, un masque démocratique à la régression sociale et à l’aliénation de la souveraineté du peuple. Ce qui ne signifie pas que nous soyons contre le RIC, dont le principe figure dans le programme du PRCF depuis 2011, mais que nous n’avons aucune illusion sur ce qu’il signifierait en dehors d’une politique de rupture progressiste avec l’UE et avec le pouvoir de plus en plus brutal du grand capital en France. Régression sociale et aliénation de la souveraineté du peuple qui sont la raison d’être de l’ Union Européenne et des pseudos élections européennes qui visent là encore à donner une légitimité démocratique à une entreprise européiste qui est la négation de la démocratie conçue comme le pouvoir du peuple ( Définition de peuple dans (...) Lire la suite »

Seul le peuple est légitime, Macron démission !

Léon LANDINI, Annie LACROIX-RIZ, Jo HERNANDEZ, Antoine MANESSIS
Nous citoyennes et citoyens de France, sans-partis, militants politiques organisés, associatifs, syndicalistes, qui sommes participants ou/et solidaires de la lutte populaire des "gilets jaunes" dénonçons la violence sociale du régime Macron qui se déchaîne. Le président des riches accable le peuple de mesures anti-sociales et anti-patriotiques. Pendant que des dizaines de milliards sont données aux milliardaires sous des formes diverses (CICE, suppression de l'ISF, "Exit tax", "Flat tax"...) les ouvriers, les employés, les paysans, les retraités, artisans, petits commerçants, les couches moyennes sont matraquées (hausse de la CSG des retraités, salaires réels baissés et, de toutes façons, très insuffisants, hausse des impôts et taxes indirectes (les plus injustes) augmentées, baisse des APL....) Cela dans le cadre général de la politique fixée par Macron, l'UE et le CAC40 : blocage des salaires, recul des pensions et des remboursements SECU, précarisation générale de la jeunesse, casse des services (...) Lire la suite »

Lettre ouverte au citoyen Mélenchon

Léon LANDINI, Georges GASTAUD, Antoine MANESSIS, Fadi KASSEM
« Cher citoyen Jean-Luc Mélenchon, Au nom du PRCF et en nos noms propres, nous vous renouvelons à titre politique et personnel notre solidarité militante et notre sympathie à l’occasion de l’agression politique, médiatique et pseudo-juridique que vous endurez présentement, ainsi que les militants de la France insoumise. Moins d’un an après l’élection sous influence de Macron, le premier commis de l’oligarchie est en graves difficultés, encore plus vite que ne l’ont été avant lui tous les proconsuls élyséens de l’UE supranationale. Sur fond de fascisation galopante de l’UE et de marche à la guerre atlantique contre la Russie, ce pouvoir socialement très minoritaire n’a d’autre ressource que d’aggraver la casse sociale et nationale de la France, donc de durcir l’État policier, de réprimer massivement les syndicalistes de lutte et de fliquer avec une brutalité redoublée tous ceux qui refusent de laisser dissoudre notre pays dans l’acide sulfurique de la « construction » européenne. Dans ces conditions, nous (...) Lire la suite »
"L’infléchissement stratégique” de Clémentine Autain serait un coup de barre à droite.

France soumise ou France Franchement insoumise ? la FI à la croisée des chemins

Georges GASTAUD, Antoine MANESSIS

par Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF et Antoine Manessis, secrétaire de la Commission action unitaire du PRCF

Clémentine Autain demande à Jean-Luc Mélenchon “d’infléchir sa stratégie”. La députée appelle La France insoumise à “agréger” davantage à gauche. “Nous devons agréger plus encore pour bâtir l’alternative à Macron : des individus écœurés par la gauche et par la politique mais aussi des courants historiques, des forces constituées, des intellectuels et des artistes, des corps intermédiaires”, déclare la députée d’Ensemble, une des composantes de feu le Front de gauche. Pour l’élue, “l’Histoire ne peut être balayée d’un revers de la main et si l’on vise la constitution de majorités, aucune voix éprise de rupture sociale et écologiste ne peut manquer”. Clémentine Autain juge ainsi sévèrement la brouille entre le PCF et les Insoumis, appelant cette dernière à mener “clairement” une discussion stratégique avec le PCF, “mais sans humilier ni mépriser”. A propos du PS, Clémentine Autain se félicite que La France insoumise se sépare de la gauche qui s’est “laissée prendre par le pouvoir et l’argent”. Mais, insiste-t-elle, “si nous (...) Lire la suite »
124 

Sur le plan international aussi les barricades n’ont que deux cotés (Venezuela, Corée, Ukraine, Syrie, repression anti communiste en Europe...)

Georges GASTAUD, Antoine MANESSIS

Proche-Orient, Ukraine-Russie, Venezuela, Péninsule coréenne, Palestine, criminalisation des communistes en Europe de l’Est… : sur le plan international aussi, « Les barricades n’ont que deux côtés » (Elsa Triolet).

Sur fond de crise larvée du capitalisme mondialisé et de difficultés croissante des EUà maintenir leur belliqueuse hégémonie mondiale, le monde vit une situation internationale contrastée et dangereuse, avec de très nombreux foyers de tensions dont certains peuvent à tout moment donner prétexte à des conflits dévastateurs, mondialisés, voire franchement exterminateurs, c’est-à-dire mettant en cause l’existence de l’humanité. En l’absence de l’URSS et du camp socialiste mondial, qu’a détruit la contre-révolution anticommuniste des années 90, faute d’un puissant Mouvement communiste international s’inspirant partout du marxisme-léninisme pour porter à la fois l’internationalisme prolétarien et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes pour coopérer librement, en présence d’un impérialisme américain d’autant plus revanchard qu’il est historiquement déclinant, avec la montée en puissance d’une Europe allemande en pleine course aux armements et avec le retour en force international d’un Japon en proie au militarisme (...) Lire la suite »

La Révolution et ses éternels renégats - à propos des "critiques" du Venezuela

Antoine MANESSIS
Paraphrasons Lénine : Énumérer toutes les absurdités énoncées par Clémentine Autain et Le Hyaric est chose impossible, car chacune de leurs phrases est un abîme de reniement. Voilà un dirigeant du PCF-PGE et une dirigeante d’ Ensemble, tous deux européistes et petits-bourgeois mencheviks (et le dire ainsi est injuste pour les mencheviks, dont certains valaient bien mieux que cela !), qui au moment où le spectre de Pinochet se dresse contre le pouvoir populaire au Venezuela, affirment haut et fort que leur cul est entre deux chaises. Nini bêlent-ils : ni Maduro, ni la droite, claironnent nos nouveaux renégats kautskystes. Nouvelle version du célèbre “Cuba si, Fidel no” des trotskistes. A gauche il y a ceux qui défendent les intérêts matériels, moraux, culturels des travailleurs. Ceux dont le point de vue est basé sur l’intérêt des travailleurs. Et ceux qui défendent des principes bourgeois qui nient la lutte des classes. Des alliés objectifs de la réaction. Quand le feu menace la maison ces dames et (...) Lire la suite »
35 

Marron, Fillon, Hamon, Le Pen candidats de la guerre, Mélenchon candidat de la Paix pour la sortie de l’OTAN.

Antoine MANESSIS

Emmanuel Macron et François Fillon, sans oublier Benoît Hamon hurlent avec le chien de guerre Donald Trump. Tous deux approuvent, d’une manière ou d’une autre, l’agression des États-Unis contre la Syrie. Et personne n’a oublié la course servile de Le Pen derrière Trump, elle qui s’est déplacé jusqu’au gratte-ciel du milliardaire américain.

Cette attaque terroriste contre un pays souverain, au mépris de toutes le règles internationales et de l’ONU, devrait être condamnée par tout responsable politique doté du moindre sens des responsabilités. Or Fillon déclare » comprendre » la » riposte américaine » en Syrie. Marron quant à lui a renouvelé vendredi son souhait, après les frappes américaines, d’"une action coordonnée sur le plan international en représailles au régime de Bachar Al-Assad, ennemi du peuple syrien". Ces deux faucons rejoignent ainsi les sociaux-impérialistes du PS, les Hollande, Fabius et autre Hamon. Droite et PS version macronienne ou hamoniste, c’est pareil, sont la même engeance qui a plongé notre pays dans les guerres du XXe siècle, les aventures coloniales envoyant les jeunes français se faire tuer pour les intérêts des marchands de canon et des riches. Comme le disait Anatole France « On croit mourir pour la patrie et on meurt pour les industriels ». Hamon, Macron, Fillon, Le Pen c’est le danger de guerre mondiale Une (...) Lire la suite »

Laisser l’appareil du PCF-PGE torpiller la « France insoumise » au nom de la lutte des places ou unir les communistes dans l’action pour une France Franchement Insoumise à l’UE ?

Antoine MANESSIS

Alors que la menace d’une victoire fasciste, macroniste ou filloni$te pèse sur notre pays,

alors que le candidat désigné et soutenu, fort normalement de façon critique, par les militants du PCF est Jean-Luc Mélenchon, une grande partie de l’appareil du PCF-PGE et ses dirigeants mènent un travail de sape contre la candidature de JLM au service mal dissimulé de Hamon et de sa mission de sauvetage du PS maastrichtien.

De toutes les régions de France nous reviennent les prises de position pseudo-unitaires des chefaillons du PCF-PGE visant, sous couvert d’ « unité de la gauche » sans contenu, à rabattre sur l’union derrière Hamon. S’appuyant sur la victoire de Hamon à la primaire du PS, le PCF tente une manœuvre pour affaiblir Mélenchon, laissant croire que l’union avec le PS, les Verts, la France insoumise et le PCF-PGE est souhaitable et devient un objectif central du PCF pour éviter une victoire de la droite et de l’extrême-droite. Non seulement le raisonnement politique est faux et mensonger mais il est hypocrite quant à son but. Faux car la candidature de la France insoumise, de JLM, si elle parvenait à se placer devant le PS serait l’affirmation d’une volonté populaire de préserver un espace à gauche qui peut être un appui aux luttes à venir, y compris un point d’ancrage précieux pour appeler au Frexit progressiste sans lequel aucune politique « de gauche » n’est possible en France. Faux car comment croire que (...) Lire la suite »
30 

Trump, Brexit, Merkel, Shinzo Abe, quel redéploiement des contradictions inter-impérialistes ?

Georges GASTAUD, Antoine MANESSIS

Dans L’impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916), Lénine a réfuté la thèse révisionniste défendue par les ténors de la Deuxième Internationale à propos du prétendu « hyper-impérialisme ».

Reprise par Kautsky, cette expression de Hilferding résumait l’idée suivante : la concentration mondiale des capitaux est de nature à unifier mondialement l’impérialisme, dont les principaux Etats finiront par fusionner planétairement pour exploiter collectivement les travailleurs. De cette manière, la tendance à la guerre mondiale propre à l’ancien capitalisme disparaîtrait ; les Etats-nations s’effaceront alors devant une sorte d’Empire mondial dont la mise en place d’éventuels « Etats-Unis d’Europe » seraient les prémices heureuses. Léon Trotski – dont les liens d’avant-guerre n’avaient pas été rompus avec les mencheviks – adhérait alors à ce montage théorique spécieux, si bien que Lénine dut polémiquer contre lui en réfutant le mot d’ordre pseudo-internationaliste des « Etats-Unis socialistes d’Europe ». Un slogan dont, manifestement, le NPA et LO ne sont toujours pas sortis aujourd’hui. De nos jours, nombreux sont les « théoriciens » qui se croient « innovants » quand ils évoquent naïvement « la » (...) Lire la suite »

Une candidature communiste, ce serait une candidature franchement communiste donc 100% anti UE

Antoine MANESSIS

Réunis en conférence nationale le 5 novembre à Paris, les délégués du PCF PGE ont approuvé à 90% la résolution proposée par la direction du PCF-PGE. S’agissant des présidentielles, cette résolution proposait également deux options. Soit un soutien à la candidature Mélenchon en restant indépendant de la France Insoumise. Soit la proposition d’une candidature communiste qui pourrait être effacée en février une fois le résultat de la primaire PS connus. Aucun nom n’étant d’ailleurs cité officiellement, mais la tribune de la Conférence Nationale citant les noms de André Chassaigne et Pierre Laurent, le camarade Gauthier Weinmann, par exemple, étant obligé de forcer la parole depuis la salle pour rappeler sa candidature totalement occultée par la direction du parti. www.initiative-communiste.fr publie les textes de ces deux options ci dessous. Le résultat des votes de la conférence nationale du PCF est le suivant, la décision appartenant aux adhérents du PCF qui voteront dans leurs sections du 24 au 26 novembre : sur 535 inscrits officiels, 519 ont pris part au vote (97%), 218 soutiennent la candidature de Mélenchon (42%), 274 une candidature autre investit par le PCF et pouvant s’effacer en février (53%) et 27 se sont abstenus (5%). Il faut constater que l’écart est très serré. Deux autres options, attendre février 2016 d’une part, et d’autre part proposer une candidature sur des bases de classes, ont été rejetées largement par la conférence nationale préalablement à ce vote.

Tout en refusant l’option tardivement soutenue par Pierre Laurent d’un soutien critique à Jean-Luc Mélenchon, le vote émis à 55,7% par la Conférence nationale du PCF-PGE en faveur d’une candidature PCF appelle plusieurs remarques : Le premier aspect est que ce vote politiquement hétérogène exprime sans doute, pour certains camarades d’orientation marxiste, la nostalgie (certes honorable et légitime) d’une authentique expression communiste lors de ces présidentielles qui restent structurantes pour notre vie politique (et cela quoi qu’on pense de la Vème République à bout de souffle). Certains militants évoquent avec raison la campagne magnifique menée par Jacques Duclos en 1969 sur la base d’un vrai contenu communiste (progrès social, indépendance nationale, perspective du socialisme, solidarité avec le camp anti-impérialiste mondial...) ou, à un moindre degré, ils pensent à d’autres candidatures qui, permirent par la suite de porter peu ou prou les solutions des communistes devant notre peuple. Pourtant (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10