RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Apprentis sorciers !

Les turbulences et les carnages qui marquent le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont le fait de manipulations géopolitiques des grandes puissances à leur tête les Etats-Unis.

Si « l’axe du mal » existe [sa paternité revient à l’ancien président étasunien, George W. Bush, accusant l’Irak, l’Iran et la Corée du Nord] c’est le fait de puissances dominatrices. Elles ont besoin d’abcès de fixation ou, dit autrement, de foyers de basse et de moyenne tension, pour détourner les peuples de leurs véritables nécessités [le développement, la sécurité, le bien-être sociétal].

Pendant que des peuples s’entre-tuent, demeurant en état de sous-développement, le complexe militaro-industriel occidental tourne, lui, à plein régime. De fait, de 60% à 70% des armes détenues par les « jihadistes » proviennent des arsenaux occidentaux, étasuniens en particulier. Ainsi, l’impérialisme gagne sur tous les plans. De la sorte, tout en incitant à la guerre, l’Occident déplore, dans le même temps, les détresses humanitaires que causeraient, selon lui, non pas les guerres qu’il suscite, mais les régimes qu’il combat par jihadistes interposés. Ce qui est le cas de la Syrie qui voit son peuple quasiment chassé par des terroristes qui « font du bon boulot », dixit l’ancien responsable de la diplomatie française, Laurent Fabius, à propos de Jebhat al-Nosra (la branche syrienne d’Al Qaîda).

« L’humanitaire », voici une denrée qui se vend bien, il suffit de savoir comment l’emballer. A ce titre, les Etats-Unis forts en rhétorique quant aux atteintes au droit humain par les autres, sont ceux qui ont refusé de ratifier les protocoles d’accord à orientation humanitaire, démocratique, sécuritaire ou écologique tels que les conventions sur les droits de l’enfant, les armes à sous-munitions, la Cour pénale internationale, le protocole de Kyoto sur le changement climatique, pour ne citer que quelques-un des documents appelant à une meilleure cohabitation humaine dans le monde. C’est l’injonction du puissant : faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Ainsi, tous les malheurs du peuple syrien sont donc imputés au président Bachar al-Assad. Certes, le personnage est peu sympathique, mais ni plus ni moins que George W. Bush, ou Nicolas Sarkozy hier, Barack Obama ou François Hollande, aujourd’hui, de même que le criminel israélien, Benjamin Netanyahou. En effet, s’il y avait réellement une justice dans ce monde, la place de tous ces personnages serait sur les bancs d’accusés pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre, voire de génocide.

Nous n’en sommes pas là. En revanche, si la situation en est là, marquée notamment par la tragédie du peuple syrien, c’est bien du fait des grandes puissances, les Etats-Unis à leur tête qui ont créé les phalanges jihadistes dans les années 1980 en Afghanistan. Al Qaîda est toujours là, renforcée par ledit « Etat islamique » qui, par un singulier retournement de la conjoncture, sert plus les intérêts étasuniens et occidentaux que ceux qu’il prétend secourir. Cela nous remet en mémoire l’éphémère apparition, au début de ce troisième millénaire, d’un mouvement jihadiste qui s’était autoproclamé « Moudjahidin sans frontières », une sorte d’ONG du crime. A bien y réfléchir, c’est exactement ce qu’est ledit « Daesh » [l’autoproclamé « Etat islamique »] une organisation dont les membres, de 80 nationalités, viennent autant des pays musulmans qu’occidentaux.

Dans la tragédie syrienne, les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar, ont joué uniment le rôle d’apprentis sorciers, qui n’ont même pas eu le courage politique d’assumer leur responsabilité dans la dislocation de la Syrie. Bien au contraire, ils pointent encore du doigt Damas et la Russie dont l’aviation, disent-ils, bombarde les écoles et les hôpitaux. Air connu, plus le mensonge est gros, « plus il a des chances d’être admis ». Ainsi, les méchants Russes tuent les malades et les enfants, alors que les bons Occidentaux ne font que leur devoir en frappant la Syrie. C’est le cas de Laurent Fabius qui dénonçait récemment Moscou et Téhéran, « exigeant » l’arrêt des bombardements en Syrie où, selon lui, le régime et son allié russe « mènent une offensive sanglante dans le nord ». Bien sûr, la France qui poursuit ses « frappes » en Syrie, ne cible que certains terroristes, en épargnant d’autres qui « font du bon boulot ».

Il y a deux conceptions du monde, irréconciliables, qui se heurtent de plein fouet. Ainsi, la courte parenthèse d’un monde unipolaire dominé par les Etats-Unis a-t-elle pris fin. Le retour de la Russie aux affaires, remet les choses à l’endroit et fait réapparaître la bipolarité mondiale. Ce que les Etats-Unis n’ont jamais accepté, d’où la multiplication des guerres locales et régionales, largement suscitées par Washington. Ce qui a fait dire au chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, que le monde revient à la « Guerre froide ». C’est patent, l’échec du monde unipolaire voulu par les Etats-Unis, fait revenir le monde à sa situation antérieure. Ce sont ces puissances impériales qui, pour assouvir leur hégémonie, jouent avec la sécurité du monde.

18 Fevrier 2016

»» http://www.lexpressiondz.com/edito/235660-apprentis-sorciers.html
URL de cet article 29955
  

Les Chinois sont des hommes comme les autres
Maxime VIVAS
Zheng Ruolin (Ruolin est le prénom) publie chez Denoël un livre délicieux et malicieux : « Les Chinois sont des hommes comme les autres ». L’auteur vit en France depuis une vingtaine d’années. Son père, récemment décédé, était un intellectuel Chinois célèbre dans son pays et un traducteur d’auteurs français (dont Balzac). Il avait subi la rigueur de la terrible époque de la Révolution culturelle à l’époque de Mao. Voici ce que dit le quatrième de couverture du livre de ZhengRuolin : « La Chine se (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"On pourrait penser qu’un pays qui peut équiper chaque flic comme un soldat pourrait équiper chaque médecin comme un médecin"

Jeff Bercovici

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.