RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Après le congrès de la CES

Le congrès de la CES vient de se tenir à Paris.

A plusieurs reprises nous avons dit AVANT ce que nous en pensions et en particulier que le rôle essentiel de la CES était au côté des institutions européennes dont elle reçoit financement et reconnaissance exclusive de représentation des salariés, que ce rôle était donc de maintenir l’illusion que l’Union européenne est réformable et qu’elle va consentir à la mise en place d’une Europe sociale.

Tous les syndicats français étant adhérents à cette organisation et participant donc à des degrés divers à cet enfumage.

Qu’en est-il à l’issue de ce congrès ?

Plusieurs enseignements principaux :

- Le constat de ce qui ne va pas dans l’UE ne peut être nié à présent et après avoir défendu l’idée que l’UE était notre protectrice, que l’euro nous mettait à l’abri des turbulences du monde ... il leur faut bien admettre que ces dernières années de crise sont les pires pour le syndicalisme européen, que le dumping social fait rage au profit du patronat, que le droit de grève est remis en cause, que les garanties collectives sont durement attaquées ...

- Mais ce constat ne conduit pas la CES à remettre en cause les principes mêmes sur lesquels est fondée l’Union européenne : "la concurrence libre et non faussée", le libre marché, le sacro saint respect et la sainte domination du profit ! NON !

NON, alors que depuis 35 ans tous les hommes politiques et les socialistes en particulier promettent l’Europe sociale pour demain (en France Mitterrand, Jospin, Rocard, Delors, Moscovici, Strauss-Kahn, Guigou, Hollande ...) elle reconduit et conforte cette illusion en ce mois d’octobre 2015.

L’Europe sociale, comme l’arlésienne de Daudet étant un personnage de fiction dont la fonction est de détourner les travailleurs de la lutte !

- C’est ainsi que le manifeste que la CES a adopté en conclusion égrène les vœux pieux : "croissance durable", une relance des investissements, publics et privés, "une hausse salariale pour tous les travailleurs afin de stimuler la demande intérieure", la création d’emplois de qualité.

Et tout cela avec quels moyens ? Eh bien avec la relance du "dialogue social" et de la "négociation collective", le renforcement des droits sociaux ...

Sans oublier l’essentiel : la CES compte d’abord sur la collaboration et la bonne volonté de la Commission européenne car Jean-Claude Juncker, son président (vous savez le roi de l’évasion fiscale et de la protection des paradis fiscaux comme le Luxembourg) s’est prononcé voyez vous pure coïncidence pour "la relance du dialogue social " !

Le nouveau secrétaire général, l’italien Luca Visentini a mis en avant la volonté de la CES de négocier au niveau européen.

La priorité des syndicats ?, a-t-il interrogé : "La négociation, la négociation et encore la négociation" et prôné "une nouvelle alliance avec les employeurs les plus intelligents", à savoir ceux qui "pensent qu’il y a un lien entre la compétitivité et un bon dialogue social".

Comment mieux dire que les choix de la CES sont ceux de la collaboration de classe et qu’ils ne peuvent conduire qu’à l’échec et à la défaite comme en attestent les 30 dernières années où les reculs se sont succédé ?

Luca Visentini va donc, dès ce lundi, écrire une bafouille à Jean-Claude Juncker, patron de la Commission européenne, "pour demander à le rencontrer et voir s’il a réellement l’intention de transformer ses déclarations en actes".

Nous faisons le pronostic -peu risqué- que tout cela n’est que de la poudre aux yeux, le temps d’un congrès et de promesses comme les sociaux démocrates en sont coutumiers, sitôt enfouies dans les replis d’une attitude "réaliste ", c’est-à-dire répondant aux intérêts des patrons et de l’oligarchie.

D’autres aspects par ailleurs étroitement liés aux précédents, posent de graves problèmes.

Les observateurs (cf. les articles du Monde) s’accordent à reconnaître que "La CES a aussi confirmé son ancrage dans la famille social-démocrate européenne, rappelé par plusieurs dirigeants de syndicats d’Allemagne, d’Autriche et d’Europe du Nord", M. Visentini reconnaissant "un travail très fructueux avec les partis sociaux-démocrates".

Mais alors comment concilier cela avec l’affirmation de l’indépendance syndicale ?

Et comment par exemple les représentants de la CGT héritiers de la Charte d’Amiens sont-ils restés silencieux et ont approuvé les textes issus des travaux de ce congrès (seuls les représentants portugais très critiques à l’égard de la CES se sont abstenus sur le document final) ?

Comment la délégation CGT a-t-elle pu accepter de cautionner cette alliance proclamée et cette dépendance manifeste quand on sait par ailleurs les arguments matraqués par la droite et la social-démocratie sur la dépendance de la CGT à l’égard du parti communiste qui auparavant servait de prétexte aux attaques contre la CGT et ses militants ?

Le choix du secrétaire général, est aussi significatif des choix opérés.

Luca Visentini vient de l’UIL, l’Union italienne des travailleurs, issue de la CGIL -Confédération générale italienne des travailleurs-, issue comme FO en France à la même époque, d’une scission organisée et financée par les EU, activement soutenus par les socialistes français afin de contrer les grèves et les manifestations organisées par la CGT contre les politiques de restriction qu’une bourgeoisie revancharde voulait imposer aux travailleurs.

Ce qui demeure donc chez de tels dirigeants et dans la CES au-delà de la conjoncture historique c’est l’attachement à la collaboration avec le patronat et les classes dirigeantes pour à la fois empêcher le développement des luttes et prévenir en particulier dans les périodes de crise comme actuellement toute prise de conscience de la nécessité de se battre aussi pour un changement de société.

Plus que jamais il importe donc pour le syndicalisme en France de percevoir le rôle effectif que joue la CES et dans la perspective du 51e congès de la CGT en avril prochain que le bilan de l’adhésion de la CGT en 1999 devienne incontournable.

Le Front Syndical de Classe

Lundi 5 octobre 2015

URL de cet article 29406
  

Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Toute classe qui aspire à la domination doit conquérir d’abord le pouvoir politique pour représenter à son tour son intérêt propre comme étant l’intérêt général.

Karl Marx

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.