RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Athènes bunker

Mardi prochain, Athènes se transformera paraît-il en bunker. Circulation interdite, des milliers de policiers postés aux points névralgiques de la ville, des interpellations préventives déjà annoncées par le ministre de l’Intérieur, et le Parlement « protégé » derrière les triples barricades du régime, voilà c’est ce qu’a annoncé en substance le ministre Dendias.. Il n’y a guère de doute, nos administrateurs coloniaux ont peur du peuple et la chancelière ne serait pas la bienvenue à Athènes.

Car Angela Merkel cristallise chez les Grecs, non sans raison, toutes les frictions et les apories de la géopolitique de la force qui les anéantissent. A partir de ce constat, rien ne sera simple dans l’exercice de la politique merkelienne en Grèce, même si elle semblerait réussir. Hier soir, à la fête annuelle de la jeunesse SYRIZA, Alexis Tsipras a appelé « à descendre dans la rue, à occuper la place publique et à manifester pacifiquement [au moment de la visite officielle de la chancelière] pour éviter au pays la catastrophe car il faut en même temps, soutenir la démocratie et la cohésion sociale (…) Madame Merkel ne vient pas en catastrophe chez nous pour soutenir notre pays alors jeté dans l’abime par cette insistance de la chancelière dans la voie de l’austérité et du mémorandum. Madame Merkel arrive en Grèce pour sauver un système politique corrompu, discrédité et vassalisé à ses intérêts à elle. Madame Merkel, arrive en Grèce en soutien au gouvernement Samaras, pourtant en phase de délabrement, suite à l’impasse de la politique criminelle du memorandum ».

Manolis Glezos, héros de la Résistance et député SYRIZA, a adressé hier samedi, une lettre ouverte à la Chancelière, l’appelant « à adopter enfin vis à vis de la Grèce un comportement analogue à celui que les Alliés adoptèrent à l’encontre de son pays en 1953 (…) Nous n’avons pas l’attention de convier Madame Merkel en dîner officiel. Nous l’invitons néanmoins à visiter en notre compagnie, l’ancien champ de tir de Késariani [lieu d’exécutions durant l’occupation - 1941-1944], pour qu’elle constate qu’aujourd’hui, 67 ans après la guerre, l’herbe ne repousse toujours pas, à l’endroit où tant de sang fut versé. La terre n’oublie pas. Les hommes, n’ont alors pas non plus, le droit d’oublier. Il est temps d’unir notre voix à celle du président du parti de la Gauche allemande [Die Linke] Î’. Rixingker, dans son appel adressé à Angela Merkel. Elle doit enfin entendre cette voix de la résistance contre la politique de l’austérité. Car l’austérité, ne fera qu’aggraver les divisions du pays, tout en aggravant par la même occasion, le risque d’une véritable catastrophe humanitaire. Le prix des divisions, nous le payons déjà , par l’apparition de l’Aube dorée. Resterons-nous alors inactifs devant l’ampleur de la catastrophe humanitaire ? En pareil cas, il sera déjà trop tard, pas seulement pour la Grèce, mais aussi pour l’ensemble de l’Europe. »

Et à propos de 1953, et de l’effacement de la dette allemande par les alliés, rappelons que même Daniel Cohn-Bendit, d’après Le Monde (17/02/2012), « se place sur un "plan moral" : "Les Allemands, qui se disent vertueux, estiment que les Grecs ont péché et qu’ils doivent payer. Or, ceux qui ont le plus péché, ce sont tout de même les Allemands, dont la dette a pourtant été effacée parce que les Américains y voyaient un intérêt stratégique. Pourquoi ne pas considérer que sauver la Grèce est stratégique, au lieu de mettre ce pays à genoux ?" »

Athènes, la visite... le bunker de la chancelière et1953. La tension qui monte et l’espoir encore palpable dans l’air du temps. Comme hier soir (06/10), à la fête de la jeunesse SYRIZA. « Il y a trois fois plus de monde cette année », estima mon ami écrivain Fondas Ladis. Je l’ai rencontré sur place, après le discours d’Alexis Tsipras et de celui d’Éric Toussaint en espagnol. A part Fondas Ladis, les autres amis de notre mouvement Enotita 2012 (Unité 2012), étaient là . Enfin, un monde joyeux sachant au moins fêter la signification de l’instant. On y vendait des lives dont un roman de « fin de siècle », et des journaux Syrizistes, d’ailleurs Avgi ce dimanche titrait : « Merkel arrive, le gouvernement s’en va », pas si sûr tout de même. Des députés comme Papadimoulis, expliquèrent les thèses du parti (car il y en a plusieurs), tandis qu’entre certains militants on détectait facilement un certain désaccord politique ou tactique. Mais on faisait patiemment la queue, davantage volontiers pour les grillades et les autres plats à tout petit prix, qu’en librairie, temps de crise ?

Fluidité alors des moments et d’une certaine jeunesse : « Je pars en Australie vers Noël, c’est en terminant ma formation d’ingénieur mais je n’irai pas jusqu’en Tasmanie. Anastase, notre ami dentiste est dingue de vouloir y aller. La Tasmanie, ce n’est plus un coin du globe, c’est un au-delà . Comme la Grèce » (rires). D’autres, et sans Tasmanie, évoquaient les derniers événements politiques : « Samaras est sur le point de chuter, d’où la visite Merkel. Les Américains, c’est à dire le FMI a ouvert les hostilités contre l’autre impérialisme, celui de Berlin, donc il y a urgence. Mais il y a à craindre des incidents graves mardi au centre ville (…) Des économistes proches de Panagiotis Lafazanis [courant gauche chez SYRIZA] se demandent même, et dans quelle mesure, le moment du défaut ne serait pas finalement proche. »

Sur la scène centrale, Goran Bregović, ce célèbre compositeur et musicien issu de l’ancienne Yougoslavie (« Le temps des gitans ») a connu l’apothéose. Les jeunes dansaient, tandis que les moins jeunes imaginèrent... la fédération de tous les peuples balkaniques, Turquie comprise, et par miracle, les... camarades du temps des grillades ont enfin connu le répit.

SYRIZA, ses jeunes, ses anciens, ses divisions, ses imprécisions politiques et ses grillades à point, c’était tout cela, la nocturne du samedi soir. La joie, le sourire et une sociabilité de toute évidence anxiolytique, en somme retrouvée. Le pays, comme tout pays, se recomposera ou quittera la loge de l’histoire avec (et par) ses gauches, ses droites, plus du prix de ses divisions.

J’ai salué déjà certains de mes amis hier pour cause de voyage. La vie du blog changera donc un peu pour un certain temps, assez court je crois. Dès lundi (08/10) je serai à Paris, à l’occasion de la sortie sur les écrans du film d’Ana Dumitrscu Khaos auquel j’ai participé. Une occasion d’en débattre et peut-être j’espère, d’observer ce temps de crise depuis le... télescope parisien. Je devine déjà les histoires que mes amis me raconteront sur la visite de Madame Merkel. Croisons les doigts, et sans catastrophes dénuées de sens.

Source : http://greekcrisisnow.blogspot.fr/2012/10/athenes-bunker.html

URL de cet article 17920
  

La rose assassinée
Loic RAMIREZ
Vieilles de plus de 50 ans, souvent qualifiées par les médias de narco-terroristes, les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC), restent avant tout une organisation politique avec des objectifs bien précis. La persistance de la voie armée comme expression ne peut se comprendre qu’à la lumière de l’Histoire du groupe insurgé. En 1985, s’appuyant sur un cessez-le-feu accordé avec le gouvernement, et avec le soutien du Parti Communiste Colombien, les FARC lancent un nouveau parti politique : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

A force de tout voir on finit par tout supporter...
A force de tout supporter on finit par tout tolérer...
A force de tout tolérer on finit par tout accepter...
A force de tout accepter on finit par tout approuver.

Saint Augustin

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.