Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Au Pays du monokini, la loi travail est insupportable.

Il était une fois dans un Pays Républicain, ayant voté la laïcité, de l’indépendance de l’Etat et des religions créant la liberté,
Imposant aussi au patronat, les Nationalisations, les services publics et la planification économique, pour répondre aux besoins,
Des « islamistes du marché » considérant la puissance publique et l’intérêt général comme nuisible à leurs intérêts particuliers
Lancèrent l’idée de la compétitivité, comme matérialité des réalités sociales, dans un « monde ouvert » du « marché libre et non faussé »…
Les immigrés, par l’odeur alléchée de ce « paradis des libertés » ou plus exactement recrutés par le patronat dans leurs villages,
Finirent à la chaine, chez Renault ou Peugeot ou encore Bouygues immobilier dont on connait le respect des droits et libertés,
Après 40 ans d’illusion des promesses d’une République dont la banderole « Liberté, Egalité, Fraternité », était promesse d’intégration,
Se rendant compte qu’ils se trouvaient parqués en banlieue (Le 93), aux précarités renforcées, tout en faisant le « sale travail »,
Certains ont basculé de la République à la religion et au fanatisme qui en découle, depuis les siècles des guerres de religion.
Un philosophe un peu fou avait déjà prévenu : « La détresse religieuse est en même temps l’expression de la vraie détresse et la protestation contre cette vraie détresse. La religion est le soupir de la créature opprimée, le cœur d’un monde sans cœur, tout comme elle est l’esprit d’une situation sans spiritualité. Elle est l’opium du peuple » [1]. Mais les alertes des philosophes sont comme les ritournelles de printemps,
Elles s’envolent avec les hirondelles et s’oublient, avec le temps qui passe, car martelé sans cesse, par les souffrances subies du quotidien.
La « burka » fut alors de sortie, renvoyant à ces temps bénis des « guerres de religion », tueuses d’humanité, de fraternité et de liberté.
Elle devient un refuge, non par croyance, mais par pauvreté, car la pauvreté accumulée nécessite de croire en un « au-delà merveilleux »,
Là où pourtant notre histoire cumulée, nous alerte sur les retours historiques dévastateurs, car « l’Histoire ne se répète pas elle bégaie ».
Devant ses crises répétées et plus profonde à chaque cycle, les « seigneurs de la guerre économique » avaient besoin pour leurs dividendes,
De justifier un système d’exploitation faisant du travail, un cout, et du capital une ressource, dont les prix sont mystérieusement fixés,
Par la loi de l’offre et de la demande, régulée par « la main invisible » du marché, censée tout équilibrer, l’exact inverse du mouvement réel.
Il fallait pour masquer cette réalité, besoin d’un conflit, permettant d’opposer entre eux, ceux qui sont les plus exploités du système.
Le vêtement fut le prétexte choisi, dénonçant celles qui revêtaient le burkini au pays du monokini, qui lui-même fut condamné à l’époque,
Comme la preuve du diable et tant de religieuses de se couvrir les yeux au vu de « ce sein que je ne saurais voir » d’un Molière déjà pervers.
Comme le disait déjà ce vieux philosophe : « L’athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l’existence de l’homme. »

Rajoutant ce principe : « “Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur être ; c’est inversement leur être social qui détermine leur conscience”. De ces faits, j’en tire l’idée que ’plus nous sommes exploités, plus nous subissons la crise et plus le capitalisme a besoin de religion, pour masquer la réalité de ses violences’. Sachons interpréter du débat incendiaire sur le Burkini, en cette veille d’élection Présidentielle, le fait que dans son application effective, c’est …. « la loi travail » qui est insupportable.

Fabrice Aubert
La Couronne, le 27 Aout 2016, Fabrice

[1« l’Idéologie allemande, 1845 » Karl MARX. En ces temps de retour de Crise Majeur, la relecture des analyses de Marx dans le texte est essentielle…


URL de cet article 30817
   
Même Thème
« Les déchirures » de Maxime Vivas
Maxime VIVAS
Sous ce titre, Maxime Vivas nous propose un texte ramassé (72 pages) augmenté par une préface de Paul Ariès et une postface de Viktor Dedaj (site Le Grand Soir).. Pour nous parler des affaires publiques, de répression et d’impunité, de management, de violences et de suicides, l’auteur (éclectique) convoque Jean-Michel Aphatie, Patrick Balkany, Jean-Michel Baylet, Maïté Biraben, les Bonnets rouges, Xavier Broseta (DRH d’air France), Warren Buffet, Jérôme Cahuzac, Charlie Hebdo, Jean-François Copé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de luttes de classes.

Karl Marx

Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
18 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
67 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.