RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibeseBuzz

Avec l’envie comme complice

En cette période dite de la Trêve des Confiseurs, il serait logique de faire léger, de s’adonner au festif, de satisfaire au futile avant que de replonger.

Les journaux télévisés font cela à merveille : victuailles par-ci, boustifaille par-là, chiffre d’affaires par-ci, part de marché... Déjà la nausée.

J’avais envisagé de vous entretenir d’un sentiment noble, de vous parler d’amitié. En guise d’introduction, j’aurais peut-être choisi La Bruyère. Il écrivit dans les Caractères : « Le Temps, qui fortifie les amitiés, affaiblit l’amour ».

Finalement, j’ai opté pour quelque chose de fort partagé, même « à l’insu de notre plein gré », la complicité.

Dans un système organisé, il y a des exécutants, des serviteurs, des complices et des Ayants droit.

Les exécutants sont, de plus en plus, que des exécutés laissés sur le carreau, que des victimes propitiatoires au nom du Veau d’Or, de la Sainte Accumulation.

Les serviteurs sont les relais : il en est de deux sortes. Les premiers se nomment médias, ce qui veut dire moyens, intermédiaires (on peut noter que « mass » a été délaissé, terme peu flatteur, il faut bien le reconnaître). Les seconds sont les politiques qui n’ont souvent, comme unique bagage, que leur carnet d’adresses et, comme unique compétence, que leur aisance à l’oral. Ils maîtrisent le verbe du premier groupe « pantoufler » : « Il fallait que je pantouflasse derechef ». Ils sont intarissables, ils peuvent vous parler, des heures, de travail comme Diafoirus parlerait de médecine. C’est dire leur talent oratoire.

Les Ayants droit forment la précellence : le Droit est fait pour Eux. Ils usent des relais pour diffuser leur Doxa hégémonique. Ainsi, leur prétendue théorie du ruissellement ne concerne-t-elle que les serviteurs qui recevront leur généreux pourboire.

Les complices n’ont pas de compétences particulières. Ils n’ont pas besoin d’un carnet d’adresses étoffé. Ils n’ont pas besoin d’entregent. Il leur est simplement demandé de suivre les instructions. C’est du niveau d’un enfant de cinq ans. D’ailleurs, à cet âge, sont inculqués les rudiments indispensables.

Un vocabulaire restreint, des envies à satisfaire, une conscience a minima, c’est simple. Et en plus, les complices sont, en apparence, choyés.

Bien sûr, vu le niveau requis, il semble que l’on puisse les leurrer avec aisance. Mais ceci n’a rien de rédhibitoire. Bien au contraire. Dans le contrat, ce n’est pas ce que l’on appelle une clause de style.

Imperturbable, insidieux, le Capitalisme agit contre l’Humanité. En tout lieu, il frappa, a frappé et frappe encore celle-ci. Insatiable, il s’autorise à compromettre l’avenir des générations futures, c’est dire la grandeur de son crime.

Napoléon aurait dit : « Les crimes collectifs n’engagent personne ».

Ce crime est un crime collectif qui a besoin de complices.

Les complices furent, ont été et sont les clients.

Plus on les flatte, plus ils se croient heureux. On choie le client comme on choierait un roi au bonnet d’âne.

Le client ne semble mû que par des instincts dénués de toute humanité.

Parfois, son égoïsme l’aveugle à telle enseigne qu’il en oublie jusqu’à son propre statut de salarié, d’exécutant à l’issue incertaine.

Il veut être servi sans attendre, de jour, comme de nuit. Il peut être odieux avec l’hôtesse qui se doit d’être accorte.

Il ne peut attendre car le besoin irrépressible, qui le tenaille, l’exige.

Il veut ignorer que ses penchants causeront sa perte. Après l’orgie, c’est promis, sera le temps du raisonnable.

Les Ayants droit ne peuvent que se réjouir : après l’avoir tondu une première fois, en lui fourguant le superflu, ils pourront le retondre et retondre encore. Ils lui vendront la diète, puis plus tard les moyens pour soigner les dégâts de toute sorte.

Le client n’a que faire du « comment ? », du « par qui ? ». Il est indifférent à autrui. Il en oublie qu’il sera lui aussi cet autrui.

Seule compte son immédiate satisfaction.

Le Rana Plaza n’est déjà plus qu’un nom exotique, au mieux, rangé aux côtés de Bhopal et autres Courrières. C’était pourtant le révélateur de notre coupable insouciance. Ici et ailleurs, il y a toutes ces souffrances, ces blessures, ces morts anonymes, « sans bruit, dans l’ombre, avec le hasard comme complice » (Hugo). Bien évidemment, s’il faut en passer par là, cela en vaut forcément la peine... se dira-t-il.

Sans clients, que serait le Capitalisme ?

Ce mot de client semble si familier, que l’on oublie de l’interroger. C’est à tort.

Dans la Rome antique, « client » se disait du « plébéien qui se mettait sous la protection d’un patricien appelé ’’patron’’ » (Le Robert).

« Étonnant, non ? »

Ainsi, sans bruit, dans la lumière, avec l’envie comme complice, le Capitalisme prospère grâce à ses « protégés ».

Je n’écrirai donc pas « Bonnes Fêtes ».

« Ce n’est pas parce que nous sommes invités au festin, que nous ne faisons pas partie du menu. »

« Personne »

URL de cet article 31356
   
« Fidel Castro, Biographie à deux voix », interview d’Ignacio Ramonet
Hernando CALVO OSPINA, Ignacio RAMONET
« Ce livre est une semence qui va germer » Paris le 22 février 2007. Ignacio Ramonet est le directeur du mensuel français de référence Le Monde Diplomatique, mais aussi l’une des personnalités les plus prestigieuses parmi les intellectuels progressistes à travers le monde. Voici un an qu’est sortie en Espagne la première édition de son livre « Fidel Castro, Biographie à deux voix » où il s’entretient longuement et sans réserves avec le dirigeant principal de la révolution cubaine. Le livre se vend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous possédons 50% des richesses de la planète, mais seulement 6% de sa population. Dans cette situation, nous ne pouvons éviter d’être l’objet d’envies et de jalousies. Notre véritable tâche dans la période à venir sera de créer un tissu de relations qui nous permettra de faire perdurer cette inégalité.

Département d’Etat Etats-Unien - Planning Study #23, 1948

Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire :je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos déclarations, (...)
57 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.