Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Bloquons l’Accord commercial transatlantique (TAFTA) !

Les discussions sont censées prendre fin à Bruxelles en décembre. Après, il sera peut-être trop tard. Mais de nombreuses voix s’élèvent contre ce projet d’Union libre-échangiste. Et pour cause...

Interdiction de savoir

Les architectes de l’Accord font ce qu’ils veulent. C’est un grand principe libéral. Ils peuvent notamment discuter en toute liberté pour peaufiner leur projet. C’est pourquoi il est rigoureusement interdit d’écouter à leur porte : les négociations sont menées en secret depuis juin 2013. Cet été, la Commission Européenne s’est contentée de publier un document rédigé par des spécialistes de la formule creuse (voir IC n° 146-7, p. 4).

Malheureusement pour eux, des informations ont fuité, d’abord dans d’autres pays d’Europe – car les dirigeants français sont, sans surprise, parmi les plus inconsistants sur la question. Les souverainistes progressistes français vont-ils enfin se mettre en ordre de bataille ?

« Barrières non tarifaires »

Dans le jargon des promoteurs du TAFTA, cette expression désigne les obstacles au libre-échange autres que les droits de douane (déjà négligeables entre l’UE et les États-Unis), à savoir les réglementations qui protègent les consommateurs contre les effets négatifs de la recherche du profit immédiat à tout prix. « Lever les barrières non tarifaires » signifie donc permettre aux patrons de faire n’importe quoi. Les technocrates libéraux parlent également de « supprimer les points de frottement »...

Principe de non-précaution

Les plus connus : gaz de schiste, OGM, bœuf aux hormones, poulet lavé à l’eau de javel... Plus confidentiel : le chlorhydrate de ractopamine, un médicament utilisé aux États-Unis, au Canada, au Brésil et au Mexique pour augmenter la quantité de viande maigre chez les porcs, interdit pour le moment, en Russie, en Chine, et dans l’UE parce que dangereux pour les consommateurs cardiaques...

Rouleau compresseur agricole

Les agriculteurs étasuniens bénéficient depuis cette année d’un engagement gouvernemental : en cas de chute des cours, des fonds seront débloqués pour garantir leurs revenus. C’est interdit dans l’UE : on n’y protège que les gros agriculteurs, puisque les aides sont proportionnelles à la surface des exploitations. Quand les cours plongent, les petits paysans sont ruinés. Leur mise en concurrence avec les énormes machines à produire des céréales génétiquement trafiquées et du bétail dopé d’outre-Atlantique (où les centres d’engraissement concentrent des dizaines de milliers de têtes !) provoquera la ruine de beaucoup de ceux qui résistaient encore aux mastodontes de l’agro-alimentaire européen.

Les autoroutes de la NSA

La privatisation des profits implique à terme la publication de l’intimité puisque le respect de la vie privée est un obstacle sur la route des marchands de données numériques. D’ailleurs, même les révélations de Snowden sur l’espionnage des chefs d’Etat européens par la NSA n’ont pas remis le Traité en cause : les États-Unis peuvent déjà tout se permettre...

Justice sur mesure

Le traité contient des dispositions court-circuitant les appareils judiciaires des Etats concernés : il créerait un « mécanisme de règlement des différends entreprises-Etats. » C’est le retour de l’AMI (Accord Multilatéral sur l’Investissement), refusé en 1998 par Jospin après une forte mobilisation progressiste : quand une firme jugera que la législation d’un Etat menace ses profits, elle pourra le traîner devant un tribunal spécial – baptisé « commission d’arbitrage ». C’est Bernard Tapie puissance mille : dans l’ALENA, espace de libre-échange Etats-Unis-Canada-Mexique créé en 1994, toutes les décisions rendues par ces commissions ont donné raison aux grandes firmes étasuniennes...

VF pour Initiative Communiste n°149

Initiative Communiste c’est un journal mensuel qui chaque mois apporte un éclairage original sur l’actualité politique nationale et internationale. Un journal qui ne vit que par le soutien de ses lecteurs et dont le travail d’information n’est possible que parce que vous l’achetez. Pour une information de qualité libre et engagée, abonnez vous à Initiative Communiste.

»» http://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/bloquons-t...
URL de cet article 27286
   
Même Thème
Le Grand Marché Transatlantique : La menace sur les peuples d’Europe
Raoul Marc JENNAR
« Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l’entité adéquate pour le faire. » Ces mots confiés par David Rockefeller au magazine américain Newsweek, le 1 février 1999, fournissent la clé pour comprendre ce qui se passe depuis une trentaine d’années et qu’on appelle « mondialisation néolibérale ». Déléguer au secteur privé la maîtrise des choix ou, pour l’exprimer à la manière pudique de journaux comme Le Monde ou Les Echos, « redéfinir le périmètre de l’Etat », c’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pire chose qui soit jamais arrivée au peuple juif, après l’Holocauste, c’est la création de l’état d’Israël.

William Blum - juin 2010


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
41 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.