RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Bolivie : Ni calqué ni copié (analyse sans concession du socialisme bolivien)

Un article du journaliste et politologue argentin pour le quotidien mexicain La Jornada à propos de la Bolivie. Une analyse rapide, mais sans concession, du mouvement initié par Evo Morales et le parti MAS.

José Carlos Mariátegui [1], notre Amauta [2] andin moderne, a édifié les trois piliers fondateurs des sciences sociales en Amérique Latine après avoir déclaré que sans la libération des indigènes il n’y aurait pas de démocratie et de socialisme en amérique, que les rachitiques bourgeoisies nationales et leurs forces politiques ne pourraient pas accomplir les conquêtes démocratiques (comme la question de l’indépendance nationale ou celle de la terre) et que par conséquent, celles-ci devraient être concrétisées par le socialisme et qu’enfin sur nos terres, ne pouvait être ni calquées ni copiées les expériences faites sur d’autres continents, où existe une densité historique et culturelle très différente.

Le cours révolutionnaire actuel en Bolivie confirme ces affirmations. Dans la voie ouverte par le gouvernement nationaliste de Gualberto Villarroel (1943-1946) avec la première assemblée indigène, par la révolution de 1952 et ensuite par l’assemblée populaire de la fin des années 60 à l’époque du gouvernement nationaliste du général Juan José Torres, le gouvernement d’Evo Morales-Alvaro Garcà­a Lineras construit une Bolivie dont l’État est basé sur un consensus indigène massif, une nation démocratique et moderne qui lutte pour son indépendance et celle de tous les pays latino-américains, dans la perspective de la création d’un régime social différent qui sorte le pays du capitalisme qui l’a placé dans une position de dépendance aiguë.

Là les problèmes commencent, parce que le but social est beaucoup plus défini par ce qu’il ne doit pas être - ni le "socialisme réel" totalitaire, ni l’impossible politique de la social-démocratie - que par un projet commun. Il existe la conviction que ce changement social ne peut être ni calqué ni copié sur l’expérience russe, yougoslave, chinoise ou cubaine, mais il doit s’attacher à l’histoire et aux conditions boliviennes. Et, bien sûr, la conscience d’un appareil étatique fort qui s’appuie sur le mouvement paysan et sur les travailleurs urbains sera l’outil fondamental pour construire les bases d’une transformation profonde de la Bolivie, qui est un pays vaste et très riche, peuplé par moins de 10 millions d’habitants et une grande quantité de travailleurs émigrés, surtout en Argentine, au Brésil et en Espagne.

http://www.primitivi.org/spip.php?article269

URL de cet article 10209
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) quelqu’un a dit il y a vingt ans : "vous pouvez croire tout ce qu’on raconte sur cet homme, sauf qu’il est mort".

(...) Ce lieu sera pour toujours un témoignage de lutte, un appel à l’humanisme. Il sera aussi un hommage permanent à une génération qui voulait transformer le monde, et à l’esprit rebelle et inventif d’un artiste qui contribua à forger cette génération et en même temps en est un de ses symboles les plus authentiques.

Les années 60 étaient bien plus qu’une période dans un siècle qui touche à sa fin. Avant toute chose, elles ont été une attitude face à la vie qui a profondément influencé la culture, la société et la politique, et a qui a traversé toutes les frontières. Un élan novateur s’est levé, victorieux, pour submerger toute la décennie, mais il était né bien avant cette époque et ne s’est pas arrêté depuis. (...)

Avec une animosité obstinée, certains dénigrent encore cette époque - ceux qui savent que pour tuer l’histoire, il faut d’abord lui arracher le moment le plus lumineux et le plus prometteur. C’est ainsi que sont les choses, et c’est ainsi qu’elles ont toujours été : pour ou contre les années 60.

Ricardo Alarcon,
président de l’Assemblée Nationale de Cuba
Allocution lors de l’inauguration de la statue de John Lennon à la Havane, Décembre 2000

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.