Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Bombardement US en Syrie : Trois réflexions pour inciter à la prudence

Quand nous sommes bombardés d’informations sur un « massacre » servant à justifier des bombardements US, on a toujours intérêt à se souvenir des précédents. En 2013, on a déjà accusé Damas. Mais l’enquête officielle de l’ONU (pourtant fort infiltrée par les USA) a conclu à l’impossibilité de désigner le camp responsable.

1. Réfléchir avec prudence !

Quand nous sommes bombardés d’informations sur un « massacre » servant à justifier des bombardements US, on a toujours intérêt à se souvenir des précédents.

En 2003, les « armes de destruction massive » avaient déjà servi de prétexte à George Bush pour plonger l’Irak en enfer. A l’époque, nous disions : c’est un médiamensonge, on ne nous a pas crus. Maintenant tout le monde le reconnaît mais pour les Irakiens, il est trop tard.

En 2013, on a déjà accusé Damas. Mais l’enquête officielle de l’ONU (pourtant fort infiltrée par les USA) a conclu à l’impossibilité de désigner le camp responsable. Par contre, le Massachusetts Institute of Technologies (USA) a attribué l’attaque aux rebelles.

Dans mes livres, j’ai exposé comment chaque guerre est précédée d’un grand médiamensonge (Vietnam, Panama, Irak, Yougoslavie, Palestine, Afghanistan, Libye, Syrie, Côte d’Ivoire). C’est une technique pour chauffer l’opinion, il convient de ne pas se laisser manipuler, mais de réfléchir.

2. Qui a intérêt à cette provocation ?

N’étant pas sur place, je ne prétends pas savoir ce qui s’est passé. D’ailleurs, dans une telle affaire, PERSONNE ne peut l’affirmer avec certitude. Il faudrait une enquête, impartiale, qui prendrait un certain temps. Je remarque que dans le magazine français Challenges, hier, les experts militaires français mettent en doute la responsabilité de l’armée syrienne.

La première question à se poser est : qui a intérêt à cela ? Quelle est la situation actuelle en Syrie ? Les organisations terroristes perdent de plus en plus de terrain. Al-Nosra avait occupé plusieurs dizaines de localités autour de Hama, mais la contre-offensive de l’armée syrienne avait libéré 85% des territoires perdus et avançait vers les bases d’Al-Nosra. Au moment où la situation des armes lui est favorable, Damas commettrait la stupidité d’employer cette arme, inutile, et de provoquer l’opinion internationale ?

Quoi qu’on pense du gouvernement à Damas, on doit quand même toujours se demander quel est, en ce moment, l’intérêt des uns et des autres ? N’est-ce pas l’opposition, en difficulté, qui verrait son seul salut dans une intervention internationale ?

Les Etats-Unis venaient de décider que c’était aux Syriens de décider si Assad devait rester ou non. La négociation bloquée depuis 2011 s’engageait enfin. Quelles forces avaient intérêt à saboter cette négociation ? Quoi qu’en disent nos médias, le président syrien a toujours le soutien d’une large partie de sa population.
Il faut remarquer que la base syrienne bombardée servait surtout à cibler Daesh autour de Palmyre. Que s’est-il passé après le bombardement US ? Daesh est passée à l’attaque contre l’armée syrienne.

3. Vérifier la vraisemblance !

Donc l’armée US bombarde la base syrienne d’al-Chaayrate d’où seraient parties les armes chimiques ? Attendez, vous protestez contre l’emploi d’armes chimiques, mais vous bombardez un entrepôt d’armes chimiques au risque de provoquer une grande pollution ? Est-ce bien logique ?

L’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC), qui a supervisé la destruction des stocks d’armes déclarées par Damas en septembre 2013, a déclaré en janvier 2016 que ce stock a été détruit en totalité (La Dépêche.fr, 5 janvier 2016). Seymour Hersh, célèbre journaliste US (Prix Pulitzer) avait démontré que les rebelles avaient été approvisionnés en armes chimiques.

Pour se faire une idée, on doit aussi toujours écouter « les méchants ». Damas avait informé l’ONU qu’un convoi de douze camions venus de Turquie avait acheminé des substances toxiques vers Idlib, mais l’ONU n’a pas enquêté. Est-ce cela qui aurait été bombardé par l’armée syrienne ? Ne faudrait-il pas une enquête avant de faire quoi que ce soit ?

Les faits surviennent au moment où la coalition US-Europe est accusée d’avoir tué plus de sept cent civils à Mossoul (Irak) et Raqa (Syrie). Deux poids, deux mesures ? Diversion ? Le 17 mars, les Syriens ont abattu un avion israélien qui violait l’espace aérien et soutenait les terroristes autour de Palmyre. Quel média a enquêté sur cette affaire ?

+ + +

Comment comprendre ces événements ? En 2013, Trump s’était opposé à un bombardement. Répétant dans sa campagne que Washington ne devait pas s’engager dans les conflits du Moyen-Orient. Promesses électorales, direz-vous, tous les présidents US avaient fait de telles promesses, George W. Bush y compris !

Cependant, 57% des citoyens aux Etats-Unis ont déclaré que ceux-ci devaient moins s’occuper des affaires des autres pays et davantage de leurs propres problèmes. Trump a senti qu’il fallait dire cela pour être élu.

Mais à présent l’establishment US déclenche une pression énorme pour qu’il rentre dans le rang et rejoigne les va-t-en-guerre. Les marchands d’armes se réjouissent et pressent les pays européens de doubler leurs dépenses militaires au détriment des budgets sociaux. La guerre, ça rapporte !

Ceci mènerait à un grand conflit avec la Russie et la Chine. Nous vivons dans un monde de plus en plus dangereux. Il est urgent de recréer un mouvement anti-guerre international. En commençant par surveiller l’info.

Comme nous l’écrivions en 2008, à l’arrivée d’Obama, la politique des USA n’est pas décidée par un seul homme et le président est au fond un employé. Des forces supérieures décident : les multinationales dominantes. Inquiètes de voir le déclin des Etats-Unis, elles cherchent la parade. Les stratèges US sont divisés, la campagne l’a montré.

De plus en plus dangereux, le monde devient aussi plus complexe. Il convient donc d’analyser de façon réfléchie ce qui se passe aux Etats-Unis et où va le monde. C’est le thème du prochain livre d’Investig’Action : Le Monde selon Trump, par Grégoire Lalieu et moi-même. Sortie fin avril. Infos bientôt par notre newsletter.

»» http://www.investigaction.net/bombardement-us-en-syrie-trois-reflexion...
URL de cet article 31724
   
AGENDA
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Même Auteur
Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.