Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Le Hamas revoit sa stratégie après l’assassinat de son commandant (Al Monitor)

Les membres palestiniens de l’aile armée du Hamas portent le corps du Commandant Mazen Faqha pendant ses funérailles dans la ville de Gaza, bande de Gaza, le 25 mars 2017 - Photo : Al-Jazeera

En mars, dans la bande de Gaza, la tension sécuritaire est montée à son plus haut niveau depuis la fin de la guerre de 2014 ; il y a eu un échange de roquettes, des manœuvres israéliennes le long de la frontière et des menaces israéliennes de mettre fin à la fragile trêve.

La situation s’est aggravée le 24 mars, lorsque des hommes armés non identifiés ont assassiné Mazen Faqha, un ancien prisonnier et un des commandants de l’aile militaire du Hamas, les Brigades Izz ad-Din al-Qassam, dans le quartier de Tal al-Hawa, à l’ouest de la ville de Gaza. Il a reçu quatre balles dans la tête et la poitrine provenant d’un pistolet équipé d’un silencieux, et il est mort sur le coup.

Le Hamas a été choqué par l’assassinat de Faqha pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Faqha était un important chef militaire. Après sa mort, les brigades Al-Qassam ont publié sur leur site Web, des photos de lui prises pendant un entrainement dans la bande de Gaza. Deuxièmement, l’assassinat a eu lieu au cœur de la bande de Gaza, le bastion du Hamas, là où le mouvement se targue de maintenir la sécurité. Troisièmement, Faqha a été tué à bout portant, alors que les précédents assassinats israéliens étaient exécutés par des raids aériens. Ceux qui en étaient responsables n’ont pas été inquiétés.

Entre 2002 et 2014, Israël a assassiné plusieurs militants du Hamas dans des raids aériens, parmi lesquels le fondateur du mouvement, Ahmed Yassin, et d’autres hauts dirigeants comme Abdel Aziz al-Rantissi, Salah Shehadeh, Adnan al-Ghoul et Ahmed al-Jabari. Et aussi Hussam Badran, un porte-parole du Hamas résidant au Qatar, un ancien commandant militaire du Hamas au nord de la Cisjordanie.

Un des camarades de Faqha, a déclaré à Al-Monitor : « Israël est le seul à bénéficier de cet assassinat. C’est lui le commanditaire. C’est dans son style. Il est clair que Faqha jouait un grand rôle en tant que commandant principal des brigades d’al-Qassam. Tout le monde le savait. Israël lui a attribué la responsabilité des attaques en Cisjordanie et l’a mis sur sa liste d’assassinats ciblés ».

Faqha était considéré comme l’un des leaders les plus importants des Brigades Al-Qassam de Cisjordanie. Les services de sécurité israéliens l’ont accusé d’avoir planifié l’attentat-suicide de 2002 dans la ville de Safed, au nord d’Israël, qui a coûté la vie à neuf Israéliens et en a blessé 40 autres. À l’époque, Israël a condamné Faqha à neuf peines de prison à vie.

En 2011, Faqha a été libéré dans un accord d’échange de prisonniers avec le Hamas. Mais Israël l’a exilé à Gaza compte tenu de la menace qu’il représentait en Cisjordanie. Faqha a ensuite travaillé dans la bande de Gaza à mettre en place une infrastructure militaire pour les Brigades Al-Qassam, et à activer, depuis Gaza, des cellules armées en Cisjordanie en vue d’opérations meurtrières, d’après Israël.

Le Hamas et ses dirigeants n’ont pas caché la colère que leur avait causée cet assassinat. Les membres les plus importants du bureau politique du Hamas, à savoir Yahya Sinwar, Ismail Haniyeh, Mahmoud al-Zahar, Khalil al-Hayya et Fathi Hamad, se sont rendus à l’hôpital d’Al-Shifa pour faire leurs adieux à Faqha quelques heures après l’assassinat.

Israël n’a ni revendiqué l’assassinat, ni nié en être responsable, mais la forte couverture médiatique israélienne de l’incident, et la déclaration du 26 mars du ministre de la Défense, Avigdor Liberman, sur leur nouvelle politique contre le Hamas, laissent penser qu’ils en sont responsables, d’autant plus qu’Israël a toujours accusé Faqha de planifier des attaques armées en Cisjordanie.

Le 22 mars, le Shin Bet israélien a révélé que, selon leurs renseignements, le Hamas envisageait de mener une opération à grande échelle en Israël pendant la fête juive de Pâque en avril.

Un officiel palestinien de la sécurité en Cisjordanie a déclaré à Al-Monitor sous condition d’anonymat : « L’Autorité palestinienne tient compte les avertissements israéliens selon lesquels le Hamas pourrait mener des opérations de représailles en réponse à l’assassinat de Faqha pendant la Pâque juive. Mais nous ne permettrons pas que la Cisjordanie devienne le théâtre des règlements de comptes entre le Hamas et Israël ».

Dans ce contexte, M. Hisham al-Moghari, expert en sécurité palestinien et doyen de la faculté des sciences de la sécurité de l’université Al-Awda à Gaza, a déclaré à Al-Monitor : « L’assassinat de Faqha est une opération de sécurité par excellence. Israël a réussi à assassiner un commandant militaire qui portait une arme sur lui. Cela s’est passé près de chez lui, dans une rue relativement passante. Il semble que les assassins, qui pourraient être des espions palestiniens, aient pris Faqha par surprise et qu’il n’ait pas pu se défendre. Ils l’ont tué et ont immédiatement fui la scène sans laisser de traces. »

Saleh al-Nuaimi, un expert palestinien des affaires israéliennes, a déclaré à Al-Monitor : « Je crois que pour Israël, l’idéal aurait été que Faqha soit assassiné par des espions palestiniens, mais une opération aussi risquée nécessite un compétence professionnelle et une habilité au combat difficiles à trouver chez un espion palestinien. Il est plus probable qu’une unité israélienne a procédé à l’assassinat après que des espions ont fourni à Israël des informations sur les mouvements de Faqha. »

En l’absence d’informations précises sur les agresseurs, les Palestiniens se demandent comment cette opération sans précédent a pu réussir et comment les auteurs - s’ils étaient israéliens - ont pu entrer et quitter Gaza. Cela est d’autant plus surprenant que le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a annoncé le 26 mars qu’il avait fait fermer tous les points passages terrestres et maritimes pour empêcher les agresseurs de quitter Gaza, ajoutant qu’il ne les ouvrirait que pour des raisons humanitaires exceptionnelles.

Mushir al-Masri, un Porte-parole du bloc parlementaire du Hamas au Conseil législatif palestinien, a déclaré à Al-Monitor : « Israël paiera cher l’assassinat de Faqha, et sa tentative de changer les règles du jeu avec la Résistance de la bande de Gaza échouera, car c’est dangereux d’exécuter quelqu’un en plein milieu de Gaza. »

L’assassinat de Faqha a coïncidé avec les manœuvres israéliennes du 19 mars, près de Gaza, dans le sud d’Israël, ce qui peut laisser penser qu’Israël se prémunissait contre une éventuelle réaction du Hamas. Cependant, le Hamas n’a pas encore réagi à l’assassinat de Faqha, bien que ses dirigeants aient menacé de se livrer à des représailles. Khaled Meshaal, le chef du bureau politique du Hamas, a déclaré le 27 mars que l’assassinat de Faqha montre qu’Israël a changé les règles du jeu avec la Résistance et que les forces politiques et militaires du Hamas ont accepté le défi. Il a ajouté : « Une guerre est un lutte à mort : nous les tuons et ils nous tuent ».

Les Brigades Al-Qassam ont publié une déclaration, le 25 mars au matin, pour dire que ce meurtre allait rompre l’équation israélienne à Gaza, ce qu’elles ont qualifié de crime silencieux. Les brigades ont également dit qu’Israël allait regretter d’avoir voulu assassiner Faqha.

Le Hamas est tout à fait conscient que s’il répondait à l’assassinat de Faqha par les tirs de roquettes habituels sur Israël, une quatrième guerre éclaterait, ce que le mouvement veut éviter - du moins pour l’instant - à cause des dures conditions économiques qui règnent à Gaza. Cependant, s’il ne réagit pas, Israël risque de s’enhardir et de perpétrer davantage d’assassinats, ce qui mettrait le Hamas dans une situation d’autant plus difficile que les partisans palestiniens du Hamas pensent qu’il est nécessaire de riposter avec fermeté.

Sari Arabi, un auteur palestinien spécialiste des mouvements islamiques, a déclaré à Al-Monitor : « L’assassinat de Faqha fait partie intégrante du conflit ouvert qui oppose Israël au Hamas. La guerre fait rage entre les deux camps, même si les grandes batailles sont reportées. Israël se prépare à la guerre, et c’est pourquoi il a récemment effectué des manœuvres le long de la frontière de Gaza, dans un mouvement préventif contre une éventuelle riposte du Hamas ».

Le général Wasef Erekat a déclaré à Al- Monitor : « Il faut étudier attentivement la situation avant de riposter à l’assassinat car il se pourrait qu’Israël tente d’entraîner la Résistance dans une guerre. Il faut que les factions se coordonnent entre elles pour élaborer une stratégie de représailles commune. »

Le Hamas a très envie de venger l’assassinat de Faqha, mais il ne souhaite pas qu’une autre grande guerre avec Israël éclate. Le mouvement sait sans doute qu’une quatrième guerre serait encore plus violente que les précédentes, c’est pourquoi il pourrait privilégier des d’attaques en Cisjordanie ou des attentats-suicides en Israël. Le Hamas peut également essayer d’envoyer des tireurs d’élite abattre des soldats et des officiers israéliens à la frontière de Gaza. Une chose est sure, ni le Hamas, ni Israël, ne peuvent garantir que leurs réactions n’engendreront pas une nouvelle guerre.

Adnan Abu Amer

Adnan Abu Amer est doyen de la Faculté des Arts et responsable de la Section Presse et Information à Al Oumma Open University Education, ainsi que Professeur spécialisé en Histoire de la question palestinienne, sécurité nationale, sciences politiques et civilisation islamique. Il a publié un certain nombre d’ouvrages et d’articles sur l’histoire contemporaine de la Palestine.

Traduction : Dominique Muselet

»» http://chroniquepalestine.com/hamas-revoit-strategie-apres-assassinat-...
URL de cet article 31727
   
Même Thème
Si vous détruisez nos maisons vous ne détruirez pas nos âmes
Daniel VANHOVE
Né en 1952, Daniel Vanhove a une formation en psycho-pédagogie. Par ailleurs, il est bénévole à l’ABP (Association Belgo-Palestinienne) de Bruxelles, où il participe à la formation des candidats et à la coordination des Missions Civiles d’Observation en Palestine. Il a encadré une trentaine de Missions et en a accompagné huit sur le terrain, entre Novembre 2001 et Avril 2004. Au fil de ses voyages dans la région, l’urgence s’est manifestée de témoigner de l’insoutenable réalité de ce qu’il a vu et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsque l’on tente, comme ce fut le cas récemment en France, d’obliger une femme à quitter la Burqa plutôt que de créer les conditions où elle aurait le choix, ce n’est pas une question de libération mais de déshabillage. Cela devient un acte d’humiliation et d’impérialisme culturel. Ce n’est pas une question de Burqa. C’est une question de coercition. Contraindre une femme à quitter une Burqa est autant un acte de coercition que l’obliger à la porter. Considérer le genre sous cet angle, débarrassé de tout contexte social, politique ou économique, c’est le transformer en une question d’identité, une bataille d’accessoires et de costumes. C’est ce qui a permis au gouvernement des Etats-Unis de faire appel à des groupes féministes pour servir de caution morale à l’invasion de l’Afghanistan en 2001. Sous les Talibans, les femmes afghanes étaient (et sont) dans une situation très difficile. Mais larguer des "faucheuses de marguerites" (bombes particulièrement meurtrières) n’allait pas résoudre leurs problèmes.

Arundhati Roy - Capitalism : A Ghost Story (2014), p. 37


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.