RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Brésil : Auschwitz de la "reprise" à l’étude, ou quand l’armée enlève les pères et les mères des travailleurs

Le ministère de l’économie et le gouvernement ont, finalement, un plan pour relancer l’économie après la nouvelle crise du coronavirus.

On pourrait bien l’appeler le Plan Auschwitz, en hommage au tristement célèbre camp de concentration (en fait, trois d’entre eux) de l’Allemagne nazie, où sur la porte de fer était écrit "Arbeit macht frei", "le travail libère"(1), en allemand.

Exagération ? Lisez ce qui est écrit dans la Folha (quotidien de São Paulo), aujourd’hui le 14 mai (à la fin du texte, parce que les journalistes, peut-être à cause de leur jeunesse, n’ont pas réalisé la gravité de ce qui est prévu, ce que je souligne dans le texte :

Le contrôle [de la reprise du travail] serait garanti par un protocole à définir par le ministère de la santé avec les procédures nécessaires (adaptations des chaînes de montage, comme la distance entre les employés) pour éviter la contagion. Pour cela, des tests de masse seraient nécessaires.

Une autre idée en cours serait de retirer la population qui fait partie du groupe à risque, comme les personnes âgées, du domicile de ces travailleurs, en particulier les plus nécessiteux.

Les personnes qui participent aux discussions disent qu’une proposition en cours d’analyse au Ministère de l’intérieur prévoit la sélection des personnes âgées, surtout dans les grands centres urbains, et leur transfert dans des hôtels qui sont actuellement fermés.

L’organisation de ce groupe de travail sera laissée à l’armée.

Voyez ce que cela signifie : pour que l’ homme jeune puisse retourner au travail "en toute sécurité", une troupe de l’armée (ou de la police) se rend chez lui et "enlève" sa mère, une femme de 65 ans, et l’emmène, en voiture, dans un hôtel où sont stationnés des soldats, d’où elle ne pourra pas sortir et sera placée à côté de quelqu’un qu’elle n’a jamais vu de sa vie, sans visiteurs et avec la concession suprême de pouvoir regarder par la fenêtre d’une minuscule chambre (bien sûr, les "cinq étoiles" ne seront pas les hôtels choisis).

A la fin du XVIIIe siècle, le mot yiddish pogrom a désigné la persécution des Juifs (puis des Slaves, des Tsiganes, des Protestants...). Le gouvernement brésilien veut maintenant faire le pogrom des "vioques", en enfermant les pères et les mères des travailleurs, afin que leurs enfants soient la viande des machines à faire de l’argent.

C’est à l’étude, dit le journal, au ministère de l’intérieur du général Braga Netto.

Nous sommes face à des nazis, des gens qui – peut-être ne s’en rendent-ils pas compte, ce qui ne les disculpe pas – considèrent les êtres humains comme de simples machines à produire et qui pensent qu’au nom de cela, ils peuvent faire arracher des pères et des mères à leur foyer et les déposer dans des cuticules, afin que le mécanisme du capital puisse à nouveau tourner.

Même si c’est au prix d’enlever nos mères et nos pères par des soldats.

(1) NDT : sans aucune vergogne, le service de communication du gouvernement (secom), a lancé une campagne pour le retour au travail (contre l’avis de la majorité des gouverneurs), en utilisant le slogan "le travail libère", soulevant un tollé dans le pays et réveillant (un peu) les associations juives, généralement d’une extrême discrétion sur les dérives fascistes du gouvernement.

Question de la traductrice : jusqu’où faudra-t-il s’enfoncer avant de pouvoir remonter ?

»» http://www.tijolaco.net/blog/o-auschwitz-da-retomada-exercito-levando-...
URL de cet article 36137
  

Même Thème
SALARIÉS, SI VOUS SAVIEZ... DIX IDÉES RECUES SUR LE TRAVAIL EN FRANCE
Gérard FILOCHE
« Le droit du licenciement doit être assoupli », « les 35 heures n’ont pas profité aux salariés », « les charges sociales sont trop lourdes », « les fonctionnaires sont des privilégiés », « à terme, on ne pourra plus financer les retraites », etc. Telles sont quelques-unes des idées reçues qui dominent le débat public sur le travail en France. En dix réponses critiques, chiffres à l’appui, Gérard Filoche bat ici en brèche ces préjugés distillés par la vulgate néolibérale pour tenter de liquider un siècle de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Bon, j’imagine que vous ne pouvez tout de même pas tuer vos subordonnés"

seule réponse fournie par les élèves d’une école de commerce de Philadelphie
lorsque le professeur demanda à ses élèves de lui donner un exemple de
comportement repréhensible dans une entreprise.

Cité par Serge Halimi, dans le Monde Diplomatique de février 2005, page 2

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.