Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Ça tombe comme à Gravelotte !

Ils tirent à vue, ils mitraillent, ils arrosent, ils bombardent, ils se déchaînent. Ils c’est qui ? Les possédants des grandes fortunes, les candidats de la honte et du système, leurs alliés qui n’ont que le nom de journalistes, les dirigeants actuels du pays, Président en tête suivi de sa horde d’apparatchiks aussi serviles qu’incompétents. Leur cible à tous, c’est le candidat de France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon. Le signe très clair de la peur qui les gagne. Ils avaient imaginé un scénario tranquille qui les maintiendraient au pouvoir tout en changeant les bonshommes. Le changement sans risques.

Leurs scénaristes se sont trompés. Le film prend une tournure inattendue. Mélenchon qui devait jouer le figurant de service déjoue tous les pronostics. on parle de lui comme un aspirant aux plus hautes fonctions de l’Etat tout en reconnaissant ses qualités, sa stratégie gagnante, ses capacités intellectuelles et la cohérence de son programme. Avouez qu’il y a de quoi se faire un sang d’encre. Que la cinquième puissance mondiale soit dirigée par un affreux partage , jamais les financiers ne l’avaient un tant soi peu imaginé ! On comprend la colère de Gattaz et des grands patrons qui voient leurs rêves s’éloigner de voir la fin du code du travail, la baisse des salaires, la disparition des retraites par répartition, les délocalisations et la fiscalité qui les enrichit sans investir dans le travail.

Hollande nous avait seriné : "mon ennemi c’est la finance" pour finir copain comme cochon avec tous les financiers qui étranglent le pays et les habitants. Macron, Fillon, les facettes de la même politique anti-sociale, austéritaire, asservie aux oukases européens et atlantistes. Quand à Le Pen, sa démarche anti-ouvrière, son racisme affiché, sa haine des autres ne peut qu’engendrer le désordre et la division. Les voici donc ensemble pour taper sur Méluche accusé de tous les maux. Mettant en joue leur adversaire, ils le désignent clairement comme le grain de sel enrayant leur système. Ainsi ils cristallisent autour de lui les déçus du quinquennat, les ulcérés des "affaires", les gens qui aspirent au changement démocratique, les partisans d’une nouvelle république, les jeunes en recherche d’un boulot et une partie des abstentionnistes. Un rassemblement populaire sans précédent sous la Cinquième République.

C’est la stratégie mélenchonnienne à l’oeuvre. Stratégie gagnante à terme car rassemblant par delà les partis sans les effacer, laissant l’initiative individuelle s’affirmer, incluant tous les citoyens sur un pied d’égalité dans un mouvement agrégatif. Nul ne sait le résultat final mais, dès aujourd’hui, Mélenchon marque le point. Au peuple de confirmer l’essai le 23 avril !

URL de cet article 31761
   
Le Climat otage de la finance
Aurélien BERNIER
Pour la première fois dans son histoire, le système économique est confronté à une crise environnementale qui, par son ampleur, pourrait menacer sa survie. Le changement climatique, présent dans presque tous les médias, est maintenant à l’ordre du jour de la plupart des rencontres internationales, des Nations unies au G8 en passant par les sommets européens. Mais l’alerte lancée par les scientifiques ne suffit pas à transformer les financiers en écologistes. Dès l’élaboration du Protocole de Kyoto en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il semblerait que la nature de l’ultime révolution à laquelle nous avons à faire face est précisément celle-ci : nous sommes en train de développer toute une série de techniques qui permettront aux oligarchies aux commandes - qui ont toujours existé et qui probablement existeront toujours - d’amener les gens à aimer leur servitude.

Aldous Huxley


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
115 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.