Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

11 

Ce monde nouveau qui cherche à naître

Ça fera bientôt plus de neuf semaines que le mouvement des « gilets jaunes » manifeste contre le gouvernement français. Contrairement à ce qui avait été prévu par le pouvoir et ses éditocrates, le mouvement maintient le cap dans ses objectifs. Et ceci, malgré les fêtes de fin d’année et les miettes que Macron leur a concédées il y a quelques semaines.

Non, rien n’y fait ! Le mouvement le plus large que la France ait connu depuis l’après-guerre réclame plus. Il réclame d’avoir droit de regard sur les affaires publiques ... celles-là mêmes qui le concernent directement et dont le pouvoir cherche désespérément la totale mainmise.

Le mouvement des « gilets jaunes » ne réclame pas seulement des mesures de justice sociales. Ça, c’était hier. Aujourd’hui, le point de non-retour a été franchi et le mouvement ne revendique rien de moins que le pouvoir ! Ce qu’il réclame, c’est la DÉMOCRATIE ! La vraie !

À ce souhait, le pouvoir répond par la répression policière et par le cynisme. Calomniant et infantilisant des gens autrefois modérés & raisonnables, mais que la situation politique a elle-même radicalisés. Ces élites soi-disant éclairées se targuant de la légitimité démocratique et jouant le sketch de la lutte au « populisme ». Mais réalisent-ils que leur « légitimité » électorale n’a été gagnée que sur le rejet massif du Front national ? Combien des 66%, qu’a obtenu Macron lors de la dernière présidentielle, ont réellement plébiscité sa ligne politique (le néolibéralisme thatchérien) ? Réalise-t-il qu’une bonne partie de ses électrices et électeurs d’hier manifestent maintenant contre lui ?

Le rejet de ce système sans espoir est la cause évidente de l’effondrement des grands partis de gouvernement (PS/LR) et LREM en a naturellement tiré profit. Cependant, depuis le début de son mandat, Macron, loin de changer les choses, a surtout radicalisé la politique qui était rejetée au départ et concentre maintenant toutes les haines contre lui. Le mouvement des « gilets jaunes » est le résultat de cette étrange convergence des luttes contre cette élite cynique et arrogante.

Le mouvement est divers et confus sur bien des aspects, mais c’est parce qu’il va au-delà des querelles institutionnelles entre la gauche et la droite. Son défaut (le flou doctrinal) on le connait bien, mais sa force est justement dans le nombre qui cumule les doctrines et les volontés. Le mouvement des « gilets jaunes » est beaucoup plus fort que tous les autres mouvements qui les ont précédés depuis 1945. Mais de cette force, est-il possible de faire émerger une ligne politique cohérente ? Évidemment, celle-ci existe déjà et est la plus simple de toutes : la démocratie ! Celle qui met (presque) tout le monde d’accord, qui est au centre des institutions, mais qui, dans les faits, n’existe plus depuis des décennies. Cette démocratie sacrifiée au nom de l’Union européenne, autre nom du néolibéralisme, et maintenant appelé « populisme » par des « démocrates » autoproclamés. « Démocrates » qui vouent un culte à l’autocratie capitaliste et qui veulent garder tous les pouvoirs !

Pourtant (rappelons-le), ces « démocrates » n’avaient pas de mots assez durs pour condamner les États concurrents de leur impérialisme (Venezuela, Cuba, Syrie, Libye, etc.), en les accusant de réprimer l’opposition et de brimer leur population. Ce qui les emmenait à souhaiter la guerre... humanitaire ! Maintenant chez eux, c’est l’armée, la police et la répression qui devient le maître mot de leur « démocratie », celles-là mêmes qui rendaient coupables des États qui pourtant subissaient de véritables insurrections armées. Ce qui n’est heureusement pas encore le cas chez eux, mais dont tout est fait pour en accroître le risque.

L’hypocrisie et le cynisme sont le sous-entendu de ce régime qui craint le peuple et son courroux. Demain, un monde nouveau devra naître. Que ce monde s’éveille dans la bonne entente ou dans la violence, n’est pas du ressort du peuple en lutte, mais bien des élites qui ont confisqué ce droit !

Il est donc de leur responsabilité de rendre au peuple ce qui lui revient, car n’oublions pas : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » – Article 35, Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793.

Benedikt Arden (10 Janvier 2019)

»» https://www.lequebecois.org/ce-monde-nouveau-qui-cherche-a-naitre/
URL de cet article 34386
   
Le Climat otage de la finance
Aurélien BERNIER
Pour la première fois dans son histoire, le système économique est confronté à une crise environnementale qui, par son ampleur, pourrait menacer sa survie. Le changement climatique, présent dans presque tous les médias, est maintenant à l’ordre du jour de la plupart des rencontres internationales, des Nations unies au G8 en passant par les sommets européens. Mais l’alerte lancée par les scientifiques ne suffit pas à transformer les financiers en écologistes. Dès l’élaboration du Protocole de Kyoto en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.