RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Conflit syrien : le « plan B » américain se dévoile

Le ton monte entre Russes et Américains qui s’accusent mutuellement de non respect des clauses du cessez-le-feu instauré par eux en Syrie mais régulièrement violé sur le terrain. Pour Washington, ce sont les forces gouvernementales syriennes qui avec l’appui aérien russe violent le cessez-le-feu, alors que Moscou en rend responsable l’organisation terroriste le Front El Nosra mais aussi la prétendue opposition modérée qui quoique partie prenante à la trêve conclue partage avec elle ses positions sur le terrain.

Les Américains qui sont parfaitement au courant de la connivence qu’entretiennent les groupes armés qu’ils soutiennent avec le Front El Nosra non inclus dans les accords de cessez-le-feu, ne leur ont aucunement intimé de se démarquer de cette organisation qui s’attaque aux positions des forces du régime, ce qu’elles ne peuvent subir sans réagir. Mieux encore, ils ont prétexté de ce partage des positions entre rébellion « modérée » et El Nosra pour demander le plus officiellement aux Russes de ne pas procéder au bombardement des positions de celle-ci. Une demande qui démontre que Washington qui admet la nature terroriste de cette organisation ne la considère pas moins comme un allié pour la réalisation de l’objectif américain en Syrie qui est la chute du régime.

De la part des Américains, le cessez-le-feu négocié avec les Russes n’est à respecter scrupuleusement que par les forces du régime, même quand profitant de la couverture que lui offre l’imbrication de ses forces avec celle de la rébellion « modérée » c’est El Nosra qui est à la pointe des offensives et attaques contre elles.

En fait, les stratèges américains n’ont consenti à parrainer un cessez-le-feu en Syrie qu’avec le calcul qu’il leur procurerait les conditions d’un renforcement des capacités militaires de l’opposition armée au régime fût-ce le Front El Nosra en qui ils voient plus un groupe djihadiste faisant du « bon boulot » en Syrie contre le régime, selon la cynique appréciation de l’ancien ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, qu’une organisation terroriste à éradiquer au même titre que l’Etat islamique contre laquelle l’Amérique est prétendument en guerre.

Les Russes ne sont pas dupes des intentions américaines et n’ont été nullement impressionnés par le haussement du ton par Washington. Ils menacent au contraire d’intensifier leur soutien militaire aux forces du régime en faisant valoir que cela ne constitue pas une violation du cessez-le-feu car destiné à contrer les velléités du Front El Nosra de reprendre des positions reprises sur ses combattants. L’attitude plus qu’ambiguë des Américains à l’égard d’El Nosra est le signe en fait que Washington cherche à réaliser ce fameux « plan B » dont John Kerry a fait état alors même qu’il négociait le cessez-le-feu avec son homologue russe Sergueï Lavrov et dont les contours ont été révélés dans le fameux rapport des cinquante diplomates « dissidents » du secrétariat d’Etat américain, lesquels préconisent ni plus ni moins qu’une entrée en guerre ouverte contre le régime de Damas, avec le risque apparemment admis et accepté d’une confrontation militaire directe entre Américains et Russes.

Cette aventureuse option n’est pas à considérer à la légère car pour la Maison Blanche et ceux qui la poussent à l’adopter elle peut avoir un impact positif pour la campagne électorale de la candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine. Ce qui est possible mais terriblement menaçant pour la paix mondiale.

Kharroubi Habib

»» http://www.lequotidien-oran.com/
URL de cet article 30552
  

L’Eglise et l’école, de Marceau Pivert
La laïcité séduit au XIXe siècle une bourgeoisie soucieuse de progrès et d’efficacité. Les socialistes en font également leur cheval de bataille. La séparation de l’Église et de l’École puis de l’Église et de l’État en 1905 en est le symbole, mais ce fragile compromis est bientôt remis en cause. Face à une contestation grandissante, la bourgeoisie et l’Église s’allient pour maintenir l’ordre social, politique et moral. Depuis les années 1920, leur offensive conjointe reprend une à une les conquêtes laïques. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Ce n’est pas de Wikileaks que les Etats-Unis ont peur. Ce n’est pas de Julian Assange qu’ils ont peur. Qu’importe ce que je sais ? Qu’importe ce que Wikileaks sait ? Ce qui importe, c’est ce que VOUS savez." — Julian Assange

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.