RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Connaissez-vous Cafougnette ?

Cette note ne s’adresse pas aux Ch’tis qui connaissent leur Cafougnette sur le bout des doigts, comme les Marseillais connaissent leurs Marius et Olive et les Tarasconais leur Tartarin. Le personnage de Cafougnette fut inventé en 1896 par Jules Mousseron, mineur de fond et poète ch’ti. Mousseron publia une soixantaine d’histoires dans Le Galibot (1), une revue publiée à Denain.

On ne sait trop d’où vient ce joli nom de Cafougnette. Peut-être du verbe cafouiller, voire du piémontais cafognetta, propos tenus par un paysan mal dégrossi, un peu butor.

Cafougnette, c’est un "pauf’ diape" sur qui s’abattent toutes les catastrophes. Mais son verbe conjure tous les malheurs du monde. Même les comètes. Avec Cafougnette, on n’est jamais "dins l’berdoulle".

Bourdieu l’avait dit en son temps : le dit et le dire des classes dominées ne sont pas entre leurs mains, car ces classes ne parlent pas : "elles sont parlées". Cafougnette offre une jolie exception à la règle : un discours ouvrier, constitué de récits singuliers de vie individuelles, condition de la constitution d’une conscience de groupe, de communauté ou de classe.

Le grand acteur Jacques Bonaffé, ch’ti pur sucre, a mis en scène et enregistré les histoires de Cafougnette.

Ci-dessous, "La Fin du monte", un des textes que je préfère. C’est poétique, métaphysique et, pour finir, optimiste.

À Alfred Hazard

Ch’étot du temps d’ l’étoile à queue
Annoncé pa les arménachs.
Not’ coeur battot comme un hoch’ queue
Tell’mint qué nous avott’s el trac !

In n’ parlot fauque ed fin du monte,
D’ délug’, d’ boulevers’mint sans parel !
La lun’, comm’ du burre, allot fonte
Dins l’immens’ payèl du solel !

Et l’feu s’répandant su la Terre
Couvrant l’ mont’ dé s’ terrip fléau,
Un grand trembelmint d’allot faire
Craqu’ler not’ planèt’ comm’ del chaux !

Ah ! c’ cop-là, ch’ n’étot point pou rire !
D’après l’ prédiction des anciens,
L’Etoile à queu’, – n’y-a pas à dire, –
Ch’étot vraimint la fin des fins !

Aussi chacun i riot jonne.
Malgré l’ prochaine égalité,
Beaucoup trannott’n dins leu marronne
D’vant l’ grand jug’mint d’ l’éternité !

El pus heureux ch’tot cor les biêtes.
Tout l’ z’ animaux d’ nos alintours
N’ sé souciott’ pas eun’ seul’ milette
D’être aussi près del fin d’ leus jours.

Mais les avar’s, les mauvais riches,
Les égoïst’s ed’ parvénus,
Ceux qui-ont toudis l’air d’ s’in fiche,
In v’là qui-étott’nt bin arkaius !

Les pauvr’s, bons bougr’s, par habitude
Fixés su l’sort des sans-av’nir,
S’démandott’nt avec inquiétude,
Si d’ l’autr’ côté ch’ n’étot point pir’,

La vie humain’ est si bizarre !
In y rincontr’ peu d’ gins contints,
Et malgré tout, ch’est putôt rare
Qu’in quitt’ l’existenc’ joyeus’mint.

Dins l’ ciel rayonnant, suspindue
Comme eun’ bell’ montre et s’chaîne in or,
Infin l’étoîle à queue est v’nue
Sans causer au monte aucun tort.

Quand in n’a pus vu cheull’ comète,
Chacun r’parlot d’ ses émotions :
« Mi, qui disot Zeph Cafougnette,
J’avos bin pris mes précautions !

Avant qu’ l’étoile à queu’ s’amoutre,
J’ m’étos mis inter deux mat’las,
Et tant qu’alle n’a point été outre,
Ej’ n’ai jamais bougé dé d’là…

Chaqu’ momint j’ rinfrognos m’ n’ échine
Pou t’nir moins d’ plache ed’ large et d’ long,
Tout minc’ comme inter deux tartines
Eun’ misérap trinque ed’ gambon !

Ch’est vrai… in n’ sait jamais… peut-ête
Qué l’ laine à mat’las m’ protégeant,
Dins l’ z’ espitur’s ed’ not’ planète
Ej’ m’aros artrouvé vivant !

— Ouais ! qu’i fait l’un d’ ses comarates
Té pouvot fin bin réussir,
Mais t’ s’ros bintôt kaïu malate :
Té t’ s’ros innuyé à morir.

Qu’est-c’ t’aros fait su l’ tierr’ du monte,
Tout seul, dins l’Univers intier ?
— Bé, qu’i dit Zeph, acout’ queu conte !
Eh bin ! j’ m’aros mis cabar’tier ! »

Jules Mousseron

(1) Un galibot était un enfant mineur de fond.

URL de cet article 38828
  

Même Auteur
Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Ceux qui n’ont pas le courage de lutter devraient au moins avoir la décence de se taire.

José Marti

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.