Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Contre l’apologie et la pratique du deux poids, deux mesures

Une certaine vision de l’esprit de Noël :

« Un lycéen du Cher a été condamné hier à cinq ans de prison par le tribunal correctionnel de Bourges, dont trois ferme, pour apologie du terrorisme par voie de communication électronique et consultation habituelle de sites faisant l’apologie du terrorisme. Il n’était pas soupçonné de vouloir préparer un attentat. Le jeune homme, âgé de 18 ans et scolarisé à Vierzon, a été placé sous mandat de dépôt. » (Le Parisien, 24 décembre 2016)

Ce lycéen tout juste majeur va donc passer au moins trois ans en prison – c’est bien connu, les voyages en prison forment la jeunesse... – alors qu’il n’a commis, favorisé ou même préparé aucune action violente. Voilà une nouvelle qui n’aide pas à digérer les repas de fête. Surtout que ce n’est pas la première condamnation du genre. Depuis les attentats de janvier 2015 et l’instauration (sans cesse prolongée) de l’état d’urgence, la « justice » a frappé dur sur des personnes qui n’ont fait que tenir des propos provocateurs ou irréfléchis – parfois sous l’empire de l’alcool et/ou de la colère – ou consulter des sites Internet faisant la promotion du djihadisme, sans qu’elles n’aient le moindre lien objectif avec un groupe terroriste ou un quelconque projet d’attentat.

Un Dijonnais de 18 ans a même été condamné pour apologie du terrorisme à trois mois de prison avec sursis uniquement pour avoir nommé son réseau Wi-Fi « Daesh 21 » (des précisions ici). On est évidemment libre d’y voir une forme de mauvais goût et un humour douteux mais cela justifie-t-il une condamnation en justice qui risque en plus d’avoir des répercussions très préjudiciables – notamment professionnelles – sur la vie de ce jeune homme ? Poser la question c’est y répondre. Nous sommes dans le domaine de l’absurdité et de l’injustice flagrantes.

Si notre société devenait subitement juste et rationnelle – il y a du boulot –, toute personne ayant été condamnée pour de simples propos ou la fréquentation de sites Internet devrait être immédiatement amnistiée et dédommagée.

Mais le plus révoltant c’est que les nombreux petits télégraphistes de l’OTAN et fauteurs de « guerres humanitaires » qui plastronnent dans les médias, eux, n’ont jamais été condamnés pour « apologie de crime contre la paix » et « apologie de la violation du droit international » alors qu’il y a là des victimes bien réelles, et par centaines de milliers. Cet Everest d’injustices et de souffrances étant en plus le principal carburant du terrorisme, loin devant le fanatisme religieux (avec lequel les puissances occidentales s’acoquinent quand elles pensent que cela peut servir leurs objectifs géopolitiques).

Il y a vraiment quelque chose de pourri au royaume de Hollande. Mais cela vaut aussi pour tous les gouvernements passés et futurs adeptes du « droit d’ingérence » et de la déstabilisation plus ou moins ouverte de pays étrangers.

Cela dit, bonnes fêtes, hein ! Souhaitons – et surtout œuvrons pour – que la paix et la justice se portent mieux en 2017.

Laurent Dauré

URL de cet article 31363
   
200 citations pour comprendre le monde - passé présent et à venir.
Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Viktor Dedaj et Maxime Vivas présentent 200 citations pour comprendre le monde passé, présent et à venir suivies du programme du Conseil National de la Résistance préface de Jean-Luc Mélenchon Voici un petit livre de 75 pages avec en complément le programme du CNR. Un exercice qui réactive nos méninges, Jean-Luc Mélenchon apportant sa plume afin d’interroger dans la préface, et de belle manière, la fonction des citations. Si votre libraire a la négligence de ne pas disposer de cet ouvrage et la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où il s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
40 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.