Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Cuba-Etats-Unis : Marco Rubio et Mike Pompeo ont donné le feu vert à Trump pour une opération de « faux drapeau » contre Cuba (Resumen)

Comme on s'y attendait, parmi les nouvelles mesures anti-cubaines que met en place l’administration Trump, celui-ci a ordonné aujourd'hui le départ de 15 fonctionnaires de l'ambassade de Cuba à Washington, sous prétexte de riposter aux soi-disant « attaques » acoustiques qu'ont subi au moins 22 diplomates états-uniens à Cuba. Le Département d'Etat a déjà sélectionné les 15 diplomates cubains qui doivent partir sans qu'on connaisse exactement les critères de sélection.

Tout indique qu’aucune agence étasunienne n’a pu apporter de preuve concrète de la responsabilité de Cuba ou de quelqu’un en particulier dans ces faits douteux, de toute évidence fabriqués par la CIA comme opération de « faux drapeau. »

Ce qui est intéressant dans cette affaire, c’est que 2 sinistres individus de la droite ultra-conservatrice nord-américaine ont participé à la conception de cette opération : le sénateur mafieux Marco Rubio et le directeur général de la CIA, Michael Richard “Mike“ Pompeo, des amis intimes loin des yeux du public qui ont présenté au président Trump le projet d’opération secrète. Bien qu’il ait déjà été conçu par des secteurs de l’extrême-droite sous le gouvernement d’Obama – plus intéressé par le développement des relations diplomatiques entre les 2 pays – ces plans ont été gelés jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Donald Trump.

A partir de ce moment-là, la CIA a donné le feu vert pour mettre cette opération en place tandis que Marco Rubio – devenu en pratique le conseiller particulier de Trump pour les affaires concernant Cuba et l’Amérique Latine – se chargerait de chauffer les esprits anti-cubains et de la manipulation médiatique de l’affaire en question. Qui ne se souvient de sa menace d’il y a quelques jours : « Le Département d’Etat doit mener à bien sa propre enquête, indépendante du régime de Raúl Castro, et présenter un rapport complet au Congrès. » En même temps, il préparait le terrain pour l’expulsion massive de diplomates cubains en déclarant : « A la lumière de ces attaques nuisibles du personnel diplomatique états-unien à Cuba, il est stupide, inacceptable et révoltant que le Département d’Etat des États-Unis permette à Raúl Castro de conserver comme il voudra beaucoup de ses agents aux États-Unis. »

Cependant, ils ont caché au début que beaucoup des soi-disant victimes des « attaques » acoustiques faisaient partie d’un énorme et varié groupe d’officiers de diverses agences de l’échafaudage du renseignement des États-Unis qui ont été entraînés auparavant à accomplir des missions spéciales sur le terrain à Cuba dont l’une est d’être prêt à devenir une victime médiatisée au lieu de se consacrer à l’espionnage, mission pour laquelle ils ont été envoyés à La Havane. L’opération l’exigeait.

Ce qui est certain, c’est que faute de preuves concrètes et publiques, l’implication de Mike Pompeo, d’extrême-droite jusqu’à la moelle comme Marco Rubio et expert en renseignement en tant que chef de la CIA, fait flairer que tout cet enchevêtrement est un bobard grossier exacerbé par les grands médias impliqués dans la guerre médiatique anti-cubaine destinée à provoquer un rafraîchissement des relations entre les Etats-Unis et Cuba.

Nous avions déjà vu la manipulation de Trump par le duo Rubio-Pompeo au sujet des affaires cubaines à 3 reprises auparavant :

1) Le 12 mai 2017, Rubio a utilisé Pompeo ainsi que le chef du FBI, Andrew McCabe lors d’une session du Comité de Renseignement du Sénat pour discréditer le Gouvernement cubain en l’accusant faussement d’avoir essayé d’influencer un groupe de patrons et de dirigeants nord-américains pour qu’ils fassent pression sur l’administration Trump pour qu’elle favorise le rapprochement entre les 2 pays et même la levée du blocus criminel de l’Ile.

2) Á la demande de Rubio, Pompeo a ouvert les portes de la CIA, le 19 juin, à un groupe de mercenaires vaincus de la honteuse Brigade 2506 parmi lequel d’ex-agents de la CIA comme Félix Ismael Rodríguez, impliqué dans l’assassinat d’Ernesto Guevara en Bolivie en 1967.

3) Marco Rubio et Pompeo, tenant une promesse faite aux membres de cette brigade mercenaire vaincue lors de sa visite à la CIA deux mois auparavant, leur ont obtenu une rencontre avec le président Trump à la Maison Blanche, au début du mois d’août de cette année.

Cette sorte d’opération de « faux drapeau » organisée par la CIA et l’extrême-droite des Etats-Unis a été peu secrète en ayant le soutien et la manipulation des médias impliqués dans la guerre idéologique hystérique contre Cuba. Ce qui est faux, néanmoins, ce sont les soi-disant dommages subis par des agents de la CIA sur le terrain. Ce qui est faux et manipulé aussi, c’est de recourir à une transgression inventée de Cuba de la Convention de Vienne sur la protection des diplomates pour geler le processus de rapprochement initié par Obama et la partie cubaine.

Comme les opérations de « faux drapeau » sont des opérations secrètes utilisées pour attraper des espions grâce à l’utilisation d’un agent qui joue l’espion de l’autre côté, il suffit de dire que c’est AP qui a dévoilé la présence malintentionnée d’espions yankees à Cuba. En ce sens, cela a fait l’effet inverse.

Cuba, jusqu’à présent, n’a fait aucune déclaration. Le sage attend et ne se presse pas quand il sait que la vérité, tôt ou tard, sortira au grand jour.

Percy Alvarado

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol

»» http://bolivarinfos.over-blog.com/2017/10/cuba-etats-unis-marco-rubio-...
URL de cet article 32393
   
Même Thème
Cuba est une île
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur " Cuba est une île. Comment l’aborder ? S’agit-il de procéder à des sondages dans ses eaux alentours de La Havane, là où gisent toujours les épaves des galions naufragés ? Ou encore, aux côtés de l’apôtre José Marti, tirerons-nous une barque sur la petite plage d’Oriente, et de là le suivrons -nous dans la guerre d’indépendance ? Alors, est-ce qu’il l’a gagnée ? C’est compliqué ! L’écriture hésite, se veut pédagogique pour exposer les conséquences de la nomenclature sucrière. L’épopée (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Du vivant des grands révolutionnaires, les classes d’oppresseurs les récompensent par d’incessantes persécutions ; elles accueillent leur doctrine par la fureur la plus sauvage, par la haine la plus farouche, par les campagnes les plus forcenées de mensonges et de calomnies. Après leur mort, on essaie d’en faire des icônes inoffensives, de les canoniser pour ainsi dire, d’entourer leur nom d’une certaine auréole afin de « consoler » les classes opprimées et de les mystifier ; ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire de son contenu, on l’avilit et on en émousse le tranchant révolutionnaire.

Lénine


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.