Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Cuba : Ricardo Alarcón et les questions des étudiants cubains

Les images vidéo de quelques étudiants de l’Université d’Informatique de Cuba posant des questions très critiques au président du Parlement cubain, Ricardo Alarcón ont provoqué un grand émoi. Le choeur médiatique a présenté le cas comme une insurrection contre les inefficacités du gouvernement cubain. Cela justifie donc que nous nous donnions la peine de quelques réflexions.

En premier lieu, l’existence de cette vidéo démontre deux choses :
- Qu’à Cuba les dirigeants se mettent à disposition des citoyens pour qu’ils les interrogent sur ce qui les préoccupe. Ceci, de plus, n’est pas nouveau. J’ai assisté en avril 2005 à un acte similaire de Ricardo Alarcón (voir sur le perron de l’université, à l’air libre. Les étudiants, la presse étrangère et quiconque passant par là , pouvaient lever la main et poser la question de son choix.

- Qu’il n’existe aucune persécution envers ceux qui critiquent puisqu’ils posent des questions sans crainte.

Imaginons un tel scénario aux Etats-unis. A quel moment les grands en charge de ce pays se sont-ils mis à la disposition des étudiants pour qu’ils leur posent des questions ? Quand a-t-on parlé d’étudiants issus des classes défavorisées ayant accès gratuitement à l’université ? Voyons ce qui est arrivé à un étudiant qui lui aussi posa une question embarrassante à John Kerry : 19 policiers se chargèrent de le neutraliser et de le sortir du public. Mais comme il leur a semblé que cela était insuffisant, ils n’hésitèrent pas à se servir d’un taser (arme moderne qui délivre une décharge électrique de 17.000 à 50.000 volts) pour le « calmer » ou pour le faire taire [2], ce dont on peut se faire une idée sur ces vidéos.

Maintenant, voyons comment s’est développée la réaction médiatique (aux questions des étudiants en informatique au président de l’Assemblée cubaine, NDT). Comme on peut le lire sur Univisión, la vidéo de la séance de questions dure deux heures (NDT : je n’ai rien trouvé sur Univisión sur ce thème ?), mais les médias n’ont diffusé que quatre ou cinq minutes centrées sur des questions critiques des étudiants, ont ignoré le reste des questions et ont censuré les réponses de Ricardo Alarcón. Ainsi, les questions posées au président du Parlement cubain n’ont été censurées que dans ces médias de communication. Ceci peut se comparer avec un programme de questions télévisées à Rodriguez Zapatero sur TVE, où la question sur la monarchie fut à peine effleurée et où le débat tourna autour du prix du café dans un bar. Le tout considéré comme une tradition nationale espagnol, les médias internationaux ne donnant aucune importance aux questions critiques qui purent être adressées au président espagnol.

De la même façon, nous ne pouvons demander que les médias internationaux s’intéressent aux questions critiques d’étudiants à leurs hauts représentants politiques. Avons-nous déjà vu des étudiants colombiens questionnant Alvaro Uribe ? Cela n’a d’intérêt que lorsque que c’est le gouvernement cubain qui est sur la sellette.
La vidéo des questions des étudiants cubains à Ricardo Alarcón n’est pas une démonstration de rébellion contre le gouvernement, c’est l’exemple que la démocratie, la liberté d’expression et la maturité politique des gouvernants et des étudiants existent à Cuba,

Pascual Serrano
Rebelión

[1] El presidente del Parlamento cubano responde a las preguntas de cientos de estudiantes y la prensa internacional en un acto al aire libre "En Cuba hay tantos partidos polà­ticos como ciudadanos"

[2] Consecuencia de una pregunta incómoda a John Kerry. Estudiante torturado con electricidad en publico

»» http://www.rebelion.org/noticia.php++cs_INTERRO++id=63037

Traduction Le Grand Soir


URL de cet article 6024
   
Même Thème
La télécratie contre la démocratie, de Bernard Stiegler.
Bernard GENSANE
Bernard Stiegler est un penseur original (voir son parcours personnel atypique). Ses opinions politiques personnelles sont parfois un peu déroutantes, comme lorsqu’il montre sa sympathie pour Christian Blanc, un personnage qui, quels qu’aient été ses ralliements successifs, s’est toujours fort bien accommodé du système dénoncé par lui. J’ajoute qu’il y a un grand absent dans ce livre : le capitalisme financier. Cet ouvrage a pour but de montrer comment et pourquoi la relation politique elle-même est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il est grand temps qu’il y ait des mesures coercitives (contre les chômeurs)."

"Il y a des moyens très simples : soit vous faîtes peur soit vous donnez envie d’aller bosser. La technique du bâton et de la carotte."

Extrait sonore du documentaire de Pierre Carles "Danger Travail", interview auprès d’entrepreneurs assistants à l’université d’été du Medef en 2003


L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.