Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Cuba : Ricardo Alarcón et les questions des étudiants cubains

Les images vidéo de quelques étudiants de l’Université d’Informatique de Cuba posant des questions très critiques au président du Parlement cubain, Ricardo Alarcón ont provoqué un grand émoi. Le choeur médiatique a présenté le cas comme une insurrection contre les inefficacités du gouvernement cubain. Cela justifie donc que nous nous donnions la peine de quelques réflexions.

En premier lieu, l’existence de cette vidéo démontre deux choses :
- Qu’à Cuba les dirigeants se mettent à disposition des citoyens pour qu’ils les interrogent sur ce qui les préoccupe. Ceci, de plus, n’est pas nouveau. J’ai assisté en avril 2005 à un acte similaire de Ricardo Alarcón (voir sur le perron de l’université, à l’air libre. Les étudiants, la presse étrangère et quiconque passant par là , pouvaient lever la main et poser la question de son choix.

- Qu’il n’existe aucune persécution envers ceux qui critiquent puisqu’ils posent des questions sans crainte.

Imaginons un tel scénario aux Etats-unis. A quel moment les grands en charge de ce pays se sont-ils mis à la disposition des étudiants pour qu’ils leur posent des questions ? Quand a-t-on parlé d’étudiants issus des classes défavorisées ayant accès gratuitement à l’université ? Voyons ce qui est arrivé à un étudiant qui lui aussi posa une question embarrassante à John Kerry : 19 policiers se chargèrent de le neutraliser et de le sortir du public. Mais comme il leur a semblé que cela était insuffisant, ils n’hésitèrent pas à se servir d’un taser (arme moderne qui délivre une décharge électrique de 17.000 à 50.000 volts) pour le « calmer » ou pour le faire taire [2], ce dont on peut se faire une idée sur ces vidéos.

Maintenant, voyons comment s’est développée la réaction médiatique (aux questions des étudiants en informatique au président de l’Assemblée cubaine, NDT). Comme on peut le lire sur Univisión, la vidéo de la séance de questions dure deux heures (NDT : je n’ai rien trouvé sur Univisión sur ce thème ?), mais les médias n’ont diffusé que quatre ou cinq minutes centrées sur des questions critiques des étudiants, ont ignoré le reste des questions et ont censuré les réponses de Ricardo Alarcón. Ainsi, les questions posées au président du Parlement cubain n’ont été censurées que dans ces médias de communication. Ceci peut se comparer avec un programme de questions télévisées à Rodriguez Zapatero sur TVE, où la question sur la monarchie fut à peine effleurée et où le débat tourna autour du prix du café dans un bar. Le tout considéré comme une tradition nationale espagnol, les médias internationaux ne donnant aucune importance aux questions critiques qui purent être adressées au président espagnol.

De la même façon, nous ne pouvons demander que les médias internationaux s’intéressent aux questions critiques d’étudiants à leurs hauts représentants politiques. Avons-nous déjà vu des étudiants colombiens questionnant Alvaro Uribe ? Cela n’a d’intérêt que lorsque que c’est le gouvernement cubain qui est sur la sellette.
La vidéo des questions des étudiants cubains à Ricardo Alarcón n’est pas une démonstration de rébellion contre le gouvernement, c’est l’exemple que la démocratie, la liberté d’expression et la maturité politique des gouvernants et des étudiants existent à Cuba,

Pascual Serrano
Rebelión

[1] El presidente del Parlamento cubano responde a las preguntas de cientos de estudiantes y la prensa internacional en un acto al aire libre "En Cuba hay tantos partidos polà­ticos como ciudadanos"

[2] Consecuencia de una pregunta incómoda a John Kerry. Estudiante torturado con electricidad en publico

»» http://www.rebelion.org/noticia.php++cs_INTERRO++id=63037

Traduction Le Grand Soir


URL de cet article 6024
   
Même Thème
Double Morale. Cuba, l’Union européenne et les droits de l’homme
Salim LAMRANI
En juin 2003, sous l’impulsion de l’ancien Premier ministre espagnol, José Marà­a Aznar, l’Union européenne décide d’imposer des sanctions politiques et diplomatiques à Cuba. Cette décision se justifie, officiellement, en raison de la « situation des droits de l’homme » et suite à l’arrestation de 75 personnes considérées comme des « agents au service d’une puissance étrangère » par la justice cubaine et comme des « dissidents » par Bruxelles. Le seul pays du continent américain condamné par l’Union européenne (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faut s’endurcir, mais sans jamais se départir de sa tendresse.

Ernesto "Che" Guevara


Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.