Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


De l’exploitation du terrorisme « djihadiste » par les néo-franquistes espagnols.

Alors que le peuple catalan a été admirable de sang-froid, de solidarité, d’unité, de courage, face au crime des « Ramblas », les dirigeants du Parti populaire en appellent à « l’unité nationale contre le terrorisme » (on connaît !) et tentent d’isoler, de discréditer, la mairesse de Barcelone : la progressiste et très populaire Ana Colau, à la tête d’une coalition podémiste, verts et rouges Catalans, nationalistes de gauche...

La stratégie anti-terroriste de la droite espagnole (le Parti populaire) relève plus de motivations et d’objectifs idéologiques que de préoccupations de sécurité.

Des preuves ? En voici. De 2011 à 2016, le gouvernement de Madrid a refusé à la police autonome catalane, les « Mossos de Esquadra » des informations vitales pour lutter contre Daesh. Luis Olivera Serrano, le responsable pépiste matamoresque du Centre de renseignement contre le terrorisme (le CITCO), Olivera « le tsar de l’antiterrorisme » (alors qu’il ne possédait ni compétences ni formation) avait été chargé de mettre en place un boycott informatif contre la police catalane, pour faire la démonstration que l’autonomie, cela ne fonctionne pas. La droite a joué avec la peau des Catalans. Le superflic promettait ses grands dieux qu’il n’y avait « aucune menace terroriste globale ». Ce « ripoux » galonné avait même aidé le PP à se débarrasser de quelques affaires gênantes.

Toutes ces révélations, tardives, ont envenimé davantage les relations entre le gouvernement catalan (la « Generalitat », présidée par l’indépendantiste de droite Carles Puigdemont) et le président du gouvernement madrilène, Mariano Rajoy, vestige du franquisme sociologique et idéologique.

On apprend même ces dernières heures que la CIA a dû contourner Madrid pour informer directement les « Mossos de Esquadra » (la police autonome catalane) d’une menace d’attentat plausible contre les Ramblas et la Sagrada Familia, plan frustré en partie par l’explosion d’Alcanar. Madrid a voulu, (avec cynisme et politicaillerie) démontrer la supposée « inefficacité » de la police « autonomiste » catalane. Donc, remettre en cause, en dernière instance, le droit à l’autodétermination des peuples. Organisations, Clubs de gardes civils et policiers madrilènes, nostalgiques du « bon vieux temps », critiquent depuis longtemps leurs homologues catalans, accusés de « séparatisme », de laxisme et de refus (c’est faux !) de toute coordination avec Madrid. Les services catalans ont fait la démonstration que l’on peut combattre le terrorisme « desde la diversidad » (à partir de la diversité), comme l’a proclamé devant le parlement catalan, et sous les ovations, sa présidente, Carme Forcadell

La police espagnole et le centre de renseignements (CNCA)°ont même révélé (voir le journal en ligne « Público ») que les superflics madrilènes ont refusé aux « mossos » d’accéder aux banques de données policières nationales sur les réseaux « jhihadistes », et même aux contacts avec Interpol.

Rajoy, charismatique comme un « churro » rue San Francisco, en rajoute. A gerber ! Il a même réquisitionné Garcia Lorca, amoureux des Ramblas et que les franquistes ont assassiné et jeté dans une fosse. Où est sa dépouille Monsieur Rajoy ? Ce sont les vôtres qui ont fusillé la poésie et la République. Sa Majesté ripolinée et le sieur Rajoy feignent aujourd’hui de « gronder » le Qatar, un des Etats les plus répressifs au monde, qui sponsorise manipule ou investit ou possède plusieurs institutions catalanes, dont le FCB (le « Barça ») et son tee shirt qatari ou sa pub pour « Qatar Aiways ». Ces démocrates qataris, avec l’Arabie saoudite (dixit, entre autres, madame Obama...) financeraient Daesh... Depuis longtemps la « Maison royale » espagnole est très royalement liée aux « Maisons royales » qataris et saoudites. Qui peut prouvez le contraire !

Une nouvelle fois aujourd’hui, par une immense manifestation, les peuples « des Espagnes », feront montre de dignité, de décence, d’unité dans la diversité. Il est urgent que l’Espagne devienne l’Espagne de toutes les Espagnes (fédérale ? Confédérale ? Aux Espagnols de décider.)

Jean ORTIZ

URL de cet article 32230
   
AGENDA
mercredi 22 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
mardi 28 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Même Auteur
CHE, PLUS QUE JAMAIS (ouvrage collectif)
Jean ORTIZ
Recueil d’interventions d’une vingtaine d’auteurs latino-américains et européens réunis à Pau en avril 2007 pour un colloque portant sur l’éthique dans la pratique et la pensée d’Ernesto Che Guevara, une pensée communiste en évolution, en recherche, qui se transforme en transformant, selon les intervenants. Quatrième de couverture On serait tenté d’écrire : enfin un livre sur le Che, sur la pensée et la pratique d’Ernesto Guevara, loin du Che désincarné, vidé d’idéologie, doux rêveur, marchandisé, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Il y a beaucoup d’ignorance sur ce qui se passe à Cuba et on ne veut jamais rien leur reconnaître. Si d’autres avaient fait ce que Cuba a fait [pour lutter contre le SIDA], ils seraient admirés par le monde entier."

Peggy McEvoy
représentante de UN-AIDS à Cuba de 1996 à 2001


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
91 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.