RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

De la modernité à l’idiotie

Notre ère est celle où le règne de l’argent exerce son pouvoir le plus absolu dépassant ainsi toutes les époques de l’antériorité. Accroître son bien est le souci majeur si ce n’est le seul de l’individu moderne. Cet être qui se croit rationaliste et pratique et qui profite du confort et de la bénignité de la modernité grâce à la technologie ne ressemble en rien à son antécédent d’antan. Se mesurer avec lui au niveau de l’aspect, du style ou de la beauté ferait une comparaison injuste puisqu’à ce domaine, la différenciation tourne en notre faveur. Il faudrait chercher la laideur de l’homme contemporain au niveau de son égoïsme, de son attachement au matérialisme et de la prostration de ses capacités affectives, morales et intellectuelles. Sur le plan éthique, la dégradation est plus qu’évidente.

Sous un déguisement esthétique visant à captiver l’attention et séduire l’imaginaire, l’abrutissement du consommateur se fait en médiatisant des produits industriels périssables et précaires. L’objectif c’est de créer la demande et avoir un maximum de consommateurs dépendants dont les goûts et les tendances, manipulés discrètement, seront facilement satisfaits. De surcroit, et avec la disparition des spécificités et des particularités qui font la nature d’un être et l’essence de chacun, nous aurons des individus standardisés dont les motifs, les desseins et des résolutions sont identiques. Conséquemment à ce fait, nous nous dirigeons vers une société dont les prototypes sont facilement classifiables, et des personnes dont la perspicacité se réduit et la sensibilité s’appauvrit : c’est la prolétarisation des modes de vie. A force du moulage médiatique, on côtoie désormais non des êtres mais plutôt des spécimens insignifiants voire interchangeables.

On ignore si les personnages historiques valeureux et perspicaces qu’on décrit de la sorte l’étaient réellement, or ce qui est certains c’est que leurs vis-à-vis contemporains le sont beaucoup moins et encore moins est leur magnanimité et leur grandeur d’âme.

Même si on prétend que cette société moderne procure la douceur de vivre, sa hideur est évidente. Il faudrait découvrir sa rudesse dans la perte de l’amabilité. Avec un sou de moins, vous partirez sans le produit, vous dormirez sans dîner peut être. Et le sourire du vendeur se transformera en désolation voire en colère. Je vous fais référence, cher lecteur, chère lectrice, pour dramatiser davantage mes propos à la scène où Jean Valjean fut arrêté et traduit devant la justice pour un morceau de pain. C’était aux prémices du capitalisme dans la capitale. Et Victor Hugo ne manque pas d’en taxer l’impureté en disant que Les villes font des hommes féroces parce qu’elles font des hommes corrompus. Voilà ce que nous ont altérés les aspects ravageurs de l’économie libérale. Ils ont écrasé l’harmonie de la vie par l’accroissement de l’individualisme, du matérialisme. De l’égoïsme.

Au sein de la société capitaliste, tout se consomme et personne n’a le droit d’échapper. Le capitalisme a tout mis en service pour parvenir à ses finalités. Tout produit est esthétisé même le piètre et le trivial. L’art moderne a mis en marche une dynamique d’esthétisation du monde sans limite, n’importe quel objet pouvant être traité d’un point de vue esthétique, être annexé, absorbé dans la sphère de l’art par la seule décision de l’artiste (1) Voilà pourquoi les artistes de la commercialisation se permettent de s’approprier tout ce qui pourrait rendre le produit attirant et séduisant. Et sous le voile de l’esthétique, on s’aperçoit que des produits s’opposent même à leur notion et à leur utilité. C’est le cas des couteaux qui ne coupent pas ou du cache-maillot qui ne cache rien pour ne citer que ces deux exemples. Comment peut-on être berné à ce point ?!

Des troupeaux standardisés et ridiculisés consciemment et inconsciemment : voilà ce que nous sommes et où l’on en est dans cette société d’hyperconsommation. Je réclame la lucidité de mes ancêtres pour s’écarter de la foule !

(1) Gilles Lipovetsky, Jean Serroy. L’Esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste. Paris : Gallimard, 2013. P. 22

URL de cet article 31909
  

Même Thème
Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.