Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


De la modernité à l’idiotie

Notre ère est celle où le règne de l’argent exerce son pouvoir le plus absolu dépassant ainsi toutes les époques de l’antériorité. Accroître son bien est le souci majeur si ce n’est le seul de l’individu moderne. Cet être qui se croit rationaliste et pratique et qui profite du confort et de la bénignité de la modernité grâce à la technologie ne ressemble en rien à son antécédent d’antan. Se mesurer avec lui au niveau de l’aspect, du style ou de la beauté ferait une comparaison injuste puisqu’à ce domaine, la différenciation tourne en notre faveur. Il faudrait chercher la laideur de l’homme contemporain au niveau de son égoïsme, de son attachement au matérialisme et de la prostration de ses capacités affectives, morales et intellectuelles. Sur le plan éthique, la dégradation est plus qu’évidente.

Sous un déguisement esthétique visant à captiver l’attention et séduire l’imaginaire, l’abrutissement du consommateur se fait en médiatisant des produits industriels périssables et précaires. L’objectif c’est de créer la demande et avoir un maximum de consommateurs dépendants dont les goûts et les tendances, manipulés discrètement, seront facilement satisfaits. De surcroit, et avec la disparition des spécificités et des particularités qui font la nature d’un être et l’essence de chacun, nous aurons des individus standardisés dont les motifs, les desseins et des résolutions sont identiques. Conséquemment à ce fait, nous nous dirigeons vers une société dont les prototypes sont facilement classifiables, et des personnes dont la perspicacité se réduit et la sensibilité s’appauvrit : c’est la prolétarisation des modes de vie. A force du moulage médiatique, on côtoie désormais non des êtres mais plutôt des spécimens insignifiants voire interchangeables.

On ignore si les personnages historiques valeureux et perspicaces qu’on décrit de la sorte l’étaient réellement, or ce qui est certains c’est que leurs vis-à-vis contemporains le sont beaucoup moins et encore moins est leur magnanimité et leur grandeur d’âme.

Même si on prétend que cette société moderne procure la douceur de vivre, sa hideur est évidente. Il faudrait découvrir sa rudesse dans la perte de l’amabilité. Avec un sou de moins, vous partirez sans le produit, vous dormirez sans dîner peut être. Et le sourire du vendeur se transformera en désolation voire en colère. Je vous fais référence, cher lecteur, chère lectrice, pour dramatiser davantage mes propos à la scène où Jean Valjean fut arrêté et traduit devant la justice pour un morceau de pain. C’était aux prémices du capitalisme dans la capitale. Et Victor Hugo ne manque pas d’en taxer l’impureté en disant que Les villes font des hommes féroces parce qu’elles font des hommes corrompus. Voilà ce que nous ont altérés les aspects ravageurs de l’économie libérale. Ils ont écrasé l’harmonie de la vie par l’accroissement de l’individualisme, du matérialisme. De l’égoïsme.

Au sein de la société capitaliste, tout se consomme et personne n’a le droit d’échapper. Le capitalisme a tout mis en service pour parvenir à ses finalités. Tout produit est esthétisé même le piètre et le trivial. L’art moderne a mis en marche une dynamique d’esthétisation du monde sans limite, n’importe quel objet pouvant être traité d’un point de vue esthétique, être annexé, absorbé dans la sphère de l’art par la seule décision de l’artiste (1) Voilà pourquoi les artistes de la commercialisation se permettent de s’approprier tout ce qui pourrait rendre le produit attirant et séduisant. Et sous le voile de l’esthétique, on s’aperçoit que des produits s’opposent même à leur notion et à leur utilité. C’est le cas des couteaux qui ne coupent pas ou du cache-maillot qui ne cache rien pour ne citer que ces deux exemples. Comment peut-on être berné à ce point ?!

Des troupeaux standardisés et ridiculisés consciemment et inconsciemment : voilà ce que nous sommes et où l’on en est dans cette société d’hyperconsommation. Je réclame la lucidité de mes ancêtres pour s’écarter de la foule !

(1) Gilles Lipovetsky, Jean Serroy. L’Esthétisation du monde. Vivre à l’âge du capitalisme artiste. Paris : Gallimard, 2013. P. 22

URL de cet article 31909
   
Même Thème
Rêves de droite : Défaire l’imaginaire sarkozyste
Mona CHOLLET
« Elle, je l’adore. D’abord, elle me rassure : elle ne dit jamais "nous", mais "moi". » Gilles Martin-Chauffier, « Fichez la paix à Paris Hilton », Paris-Match, 19 juillet 2007. En 2000, aux États-Unis, un sondage commandé par Time Magazine et CNN avait révélé que, lorsqu’on demandait aux gens s’ils pensaient faire partie du 1 % des Américains les plus riches, 19 % répondaient affirmativement, tandis que 20 % estimaient que ça ne saurait tarder. L’éditorialiste David Brooks l’avait (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Sous une dictature, il y a une chose pour laquelle nous avons plus de chance que vous en Occident. Nous ne croyons à rien de ce que nous lisons dans la presse, à rien de ce que nous voyons à la télévision, parce que nous savons que c’est de la propagande et des mensonges. Contrairement aux Occidentaux, nous avons appris à voir au-delà de la propagande et à lire entre les lignes et, contrairement à vous, nous savons que la vérité est toujours subversive.

Zdener Urbanek


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.