RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Racisme et néocapitalisme : that’s enough !

La rencontre de l’homme noir avec son congénère blanc fut souvent malencontreuse. Serait-il judicieux de rappeler la veulerie de ce dernier lors du commerce triangulaire pour faire de son vis-à-vis une marchandise, ou lors du déferlement colonial pour lui spolier ses biens ou alors la discrimination raciale dont souffre l’homme de couleur dans les sociétés interraciales ?

La puissance militaire et technologique des sociétés occidentales est considérée parmi les raisons principales d’un sentiment de hauteur et de supériorité chez les Blancs ; même dans le subconscient de ceux qui ont les meilleures prétentions. Un sentiment dont ils n’arrivent pas à se défaire vu l’écart du prestige, mais surtout par l’ordre immuable du système capitalisme libéral qui interpelle un féodalisme dominé par des seigneurs blancs. Devant le complexe de supériorité, se dresse le complexe d’infériorité chez le Noir appartenant généralement à classe ouvrière marginalisée qui peine à disposer de ses droits d’égalité et de considération. De ce fait, une hiérarchie s’installe entre les deux races pour aboutir à une société compartimentée séparant les dominants des dominés.

Cette disparité raciale ne date pas d’hier. Un retour vers le passé impérialiste de l’Occident fait valoir ces propos. Dans chaque pays conquis, l’administration coloniale intime à ses ressortissants l’ordre de garder leurs distances et de maintenir leur statut de supériorité vis-à-vis des aborigènes même si, théoriquement parlant, ils sont leurs concitoyens. C’est ce que confirme l’aveu d’un administrateur colonial qui affirme que quelques soient les sentiments à l’égard de l’indigène, quand l’un d’eux semble vouloir relever la tête, je la lui rabaisse avec brusquerie [...] je veux bien dire, moi : "vous avez les mêmes droits que nous." Mais quand, eux, ils disent : "nous avons les mêmes droits que vous...", halte-là !

Aujourd’hui, les choses ont évolué...mais pas assez. Encouragés en cela par une société compartimentée, conformiste et rigide, les Blancs vivent à l’aise dans leur monde supérieur où le Noir s’efforce de trouver une place. Et le capitalisme sauvage ne lui rend les choses que plus difficiles. S’il en trouve une, ce serait comme employer par milliers dans tous domaines pour développer la richesse au service d’une minorité propriétaire des multinationale sans en bénéficier.

L’objectif de cette minorité ne se limite pas à posséder le capital, il est encore plus dominateur. Le système éducatif par exemple est soigneusement conçu pour en servir les intérêts et maintenir cette classe capitaliste monopolistique de la richesse avec une armée de travailleurs à son service en propageant la mentalité de consommation sans laquelle le capitalisme perdrait énormément ; ou en enracinant la pensée défaitiste qui tue l’ambition ou alors en généralisant ce « modèle de vie » selon lequel il faudrait avoir un travail ou une voiture à un certain âge et se marier à certain autre ; ce qui pèse sur les jeunes et influence leur choix pour opter finalement à des études qui donneront accès à un travail « docile » leur permettant d’atteindre leurs objectifs. De ce fait, la prochaine génération n’aura plus l’ambition du travail libre qui pourrait créer des concurrences ou mettre en danger ses intérêts.

Il en est de même pour le domaine de la santé. Le système libéral garantie les soins au plus payant. Les inégalités dans le domaine sanitaires sont énormes. Les soins dentaires d’une personne de quartier démuni sont-ils pareils à ceux de celui d’une classe sociale aisée ? Certainement pas, sans parler des molécules qui déterminent la qualité d’un médicament et en déterminer par conséquent le prix et le marché. La thérapeutique progresse à l’aune de l’économie et la pandémie du COVID19 en est la meilleure démonstration.

A chaque action il y’a une réaction égale ou opposée. C’est ce que nous indique la troisième loi de Newton. Avec ce capitalisme sauvage, il n’y a pas de justice sociale, de la révolte se révèlent peut être violentes. Or ce n’est que la contrepartie qui se manifeste après des longues décennies de privation des droits usurpés et empiétés par ses compatriotes du premier choix... Il est temps que ça s’arrête.

URL de cet article 36216
   

Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?
Monique Pinçon-Charlot - Michel Pinçon - Étienne Lécroart
Un ouvrage documentaire jeunesse engagé de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, illustré par Étienne Lécroart Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour questionner la société et ses inégalités, les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot, passés maîtres dans l’art de décortiquer les mécanismes de la domination sociale, s’adressent pour la première fois aux enfants à partir de 10 ans. Avec clarté et pédagogie, ils leur expliquent les mécanismes et les enjeux du monde social dans lequel ils vont grandir et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.