RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Délit d’opinion en Europe ?

Avec le procès intenté à Turin contre l’écrivain italien Erri de Luca, le délit d’opinion, qu’on croyait depuis longtemps disparu en Europe, est rétabli.

En effet, pour avoir soutenu les actions de sabotage de l’association NO-TAV contre les chantiers de la future ligne à grande vitesse (LGV) Turin-Lyon lors d’un interview dans un journal américain et protesté contre l’occupation militaire du Val di Susa, l’écrivain italien risque jusqu’à cinq ans de prison. La phrase incriminée : « la LGV doit être sabotée et ces actes de sabotage sont nécessaires pour faire comprendre qu’il s’agit d’un chantier inutile et nocif ».

Suite au dépôt de plainte de la société franco-italienne Lyon-Turin-ferroviaire qui mène les travaux, Erri de Luca est poursuivi pour incitation à la violence par le parquet de Turin et appelé à comparaître mercredi 28 janvier.

Tout récemment, les responsables politiques européens tous bords confondus, dont le chef du gouvernement italien Renzi, ont eu beau jeu de défiler à Paris pour la liberté d’expression suite à l’attentat perpétré contre la rédaction de Charlie Hebdo. En réalité, ils ne se réclament de ce principe que pour récupérer le crédit d’image que cela engendre et servir leurs objectifs.

Erri de Luca revendique le droit de déclarer légitime la lutte des habitants de la vallée contre un projet sur-dimensionné, d’un coût exorbitant et comportant de gros risques de pollution.

Désormais, il ne suffit plus de poursuivre les opposants à de tels projets comme s’ils étaient des terroristes, il faut en plus faire taire toutes velléités d’opposition et de solidarité. L’ennemi à combattre devient donc la possibilité même de s’opposer, la liberté de dire non ou d’exprimer un désaccord, dès lors que des intérêts financiers sont en jeu.

Prenons le droit d’affirmer haut et fort ce que nous pensons, faisons front contre tous les dénis de liberté et de démocratie et avec Erri, défendons le droit à une parole libre et contraire.

On ne peut pas incriminer un écrivain pour ses mots !

La Parole contraire, dernier ouvrage de Erri de Luca, est édité chez Gallimard.

Bref rappel des faits antécédents à la mise en examen de Erri de Luca :

En mai 2013 à Chiomonte dans le val de Suse, une trentaine de manifestants avaient coupé le grillage du chantier militarisé et lancé des cocktails Molotov entraînant des dégâts matériels limités. Quatre militants italiens du mouvement No TAV ont été accusés d’avoir participé à l’action de sabotage.

Après des mois d’enquête, le parquet antiterroriste de Turin a ordonné leur arrestation et leur placement en prison de haute sécurité en décembre 2013. La qualification pénale retenue pour l’incendie de quelques machines était « attentat à finalité terroriste ».

Après un an de prison sous un régime ultra contraignant, le parquet de Turin a enfin rendu sa décision le 17 décembre 2014 : les quatre militants sont condamnés à 3 ans et demi de prison, mais relaxés pour les chefs d’inculpations « d’attentat à finalité terroriste » et de « transport d’armes de guerre ».

Lien pétition en italien : Firme di adesione / Signatures for support

URL de cet article 27880
  

Même Thème
Roberto Saviano. Gomorra. Dans l’empire de la camorra. Gallimard, 2007.
Bernard GENSANE
Il n’est pas inutile, dans le contexte de la crise du capitalisme qui affecte les peuples aujourd’hui, de revenir sur le livre de Roberto Saviano. Napolitain lui-même, Saviano, dont on sait qu’il fait désormais l’objet d’un contrat de mort, a trouvé dans son ouvrage la bonne distance pour parler de la mafia napolitaine. Il l’observe quasiment de l’intérieur pour décrire ses méfaits (je ne reviendrai pas ici sur la violence inouïe des moeurs mafieuses, des impensables tortures corporelles, véritable (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La vérité, c’est que le gouvernement ne peut construire une prison qui soit pire que celle qui consisterait à trahir ma conscience ou mes principes."

Chelsea Manning.

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.