RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Démilitariser le monde

Certaines croyances, avec la marche en avant de l’humanité, disparaissent d’elles-mêmes, dépassées par la volonté d’émancipation des peuples.

Démocratie et diplomatie, voilà politiquement deux concepts révolutionnaires desquels l’autorité, dans la crainte maladive de sa perte de pouvoir, tend toujours plus à nous éloigner. À provoquer ou mettre en scène des menaces d’ennemis extérieurs, pouvant compter sur des médias complices autant que sur la crédulité des gens pour justifier des mesures d’abord ultrasécuritaires puis totalitaires, le dirigeant illégitime se pose alors en défenseur de la nation et d’une cause commune : il ne s’agit pas ici de « diviser pour mieux régner », mais de « fédérer pour mieux abuser ».

Étonnamment, en 2024 encore, il est une croyance absurde et mortifère qui perdure, annulant dans le même temps les efforts de civilisation menés par tous les pacifistes engagés ici et là depuis que l’humanité sait communiquer au moyen du langage : la croyance en la résolution des tensions par le conflit, en la nécessité des armes à feu pour protéger les intérêts d’une collectivité. La guerre étant, comme la société de consommation, un globalisme fou qui ignore superbement tout des subtilités relationnelles – humaines, sociales et régionales ; l’aveu de lâcheté et d’incompétence d’une autorité qu’on choisit avant tout, précisément, pour sa capacité à garantir la paix...

Dans un cageot de prunes qui présente des traces de pourriture, il s’agit d’identifier et d’évacuer les fruits gâtés, non de se débarrasser de l’ensemble ! De la même façon qu’on ne jette par un cageot de prunes entier, on ne condamne pas un pays au seul motif qu’une minorité agressive s’en réclame, c’est tout bonnement insensé et parfaitement criminel ! Seuls les dirigeants mériteraient de se tirer dessus, tout comme on tolère que les mafieux s’éliminent les uns les autres, pourvu qu’ils épargnent le voisinage innocent...

Si l’on suit naïvement, mais sainement, la logique du progrès humain, dont le but universel est la fin des violences sur Terre, comment peut-on admettre encore aujourd’hui la légitimité de l’usage de la force militaire, le droit de tuer, au nom d’intérêts communs – quels qu’ils soient ? Comment peut-on même faire de l’armée – dont on abrite désormais la vocation belliqueuse derrière les paravents sémantiques de la « Défense » et de la « dissuasion » – la force d’un État dit démocratique ? Quel grossier paradoxe ! Étant entendu que l’armée finit toujours par obéir aux intérêts du pouvoir politique en place, jamais à ceux du peuple qu’elle est censée « protéger ».

Et la chair à canon qui meurt aveuglément « pour la patrie » devrait être élevée au rang de l’héroïsme et du noble sacrifice ? Mais enfin, jamais personne d’équilibré n’a voulu faire la guerre, ni tuer ni se faire tuer au nom de l’appartenance ! Que tous les soldats de bonne volonté commencent par se demander pourquoi ceux qui décident la guerre ne la font jamais eux-mêmes personnellement ! À moins que certains n’aient dépassé le stade infantile de la confrontation par l’épée de bois...

En réalité, tout conflit peut se résoudre de façon assez simple, universellement par les fondamentaux du Droit international, et localement par la négociation et la consultation populaire entre autres. Il suffit de mettre à contribution l’intelligence des hommes. Seulement les lois du marché, de l’économie de l’armement et des pactes tribaux, ne permettront jamais aux gens de gouverner par la paix – aussi ardue soit-elle. Mais aucune vérité ne naît de la violence, même défensive. Car la raison doit être, en toute circonstance politique, le seul guide. Demandons-nous sérieusement : quelle espèce de raison viable peut-on voir dans le sang versé ?

Si l’on a fait de l’utopie un gros mot, c’est qu’elle terrifie les prédateurs, ceux qui vivent de manipulation et de privilèges. On voudrait nous impressionner avec les derniers missiles et les nouvelles machines à massacrer, alors qu’il n’y a résolument pas plus régressif que la violence – qu’elle soit individuelle ou martiale... Pour ma part en tout cas, le seul État que je respecterai est celui qui saura se passer d’armée. Montrer sa confiance en l’autre, cela me semble être en effet un bon début de cohabitation sur Terre.

URL de cet article 39456
  

Du bon usage de la laïcité
sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso. Depuis quelques années, une frange de la mouvance laïque, qui se baptise elle-même « laïcité de combat », développe un prosélytisme anti-religieux qui vise essentiellement l’islam et, très accessoirement, les autres religions. Cela nous paraît un très mauvais combat pour la laïcité. Cette logique va-t-en-guerre est d’autant plus malvenue qu’elle se développe dans un contexte marqué, dans le monde, par l’unilatéralisme militaire américain, et, chez (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nous avons abattu un nombre incroyable de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s’est jamais avérée être une menace"

Stanley McChrystal,
ex Commandant des forces armées U.S en Afganistan
(Propos rapportés par le New York Times, 27/3/2010).

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.