RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Des essais cliniques d’ un médicament cubain seront réalisés aux États-Unis sur des enfants atteints du cancer.








Le nimotuzumab, connu commercialement sous le nom de CIMAher ou TheraCIM et destiné à combattre le cancer de la tête et du cou est actuellement dans sa phase IV d’essais cliniques dans l’île.



Granma international, La Havane, 14 décembre 2006


Dans le but de mener des essais cliniques sur des enfants malades, les États-Unis importeront un médicament cubain qui a été testé avec succès dans le traitement des tumeurs de la tête et du cou, en alternance avec la radiothérapie.

L’organisation mondiale de la santé a attribué le nom de Nimotuzumab à ce médicament découvert par des spécialistes du Centre d’immunologie moléculaire (CIM) du Complexe scientifique de l’Ouest de La Havane, et que Cuba commercialise sous l’appellation de CIMAher ou TheraCIM.

Daniel Alvarez et Gretel Montiel, les responsables du volet commercialisation de la compagnie cubaine CIMAB S.A. - une entité qui a l’exclusivité de la vente et de la commercialisation des médicaments du CIM auprès d’une vingtaine de pays -, a rapporté au Granma international qu’en septembre dernier, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (OFAC) a approuvé une licence à la compagnie YM BioSciences USA pour importer cet anticorps monoclonal aux États-Unis aux fins d’essais cliniques chez des patients pédiatriques.

Alvarez et Montiel ont expliqué que même si le CIMAher n’a pas encore été expédié aux États-Unis, un petit groupe d’enfants états-uniens l’ont tout de même expérimenté avec de bons résultats. Une de ces enfants, qui a sa propre page Web, raconte même sur son site comment sa situation s’est améliorée depuis qu’on lui administre ce médicament dont elle vante les vertus.

Le CIMAher, enregistré en 2002 et ayant des licences dans 17 pays, a reçu la Médaille d’or de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. Ce médicament en est à sa phase IV d’essais cliniques pour soigner les tumeurs de la tête et du cou dans tous les hôpitaux du pays qui possèdent un département d’oncologie.

Selon des données fournies par Alvarez et Montiel à partir d’études provenant des phases I et II du traitement des tumeurs de la tête et du cou, 86% des patients ont réagi favorablement au traitement. Les chances de survie sont de 65% après deux ans, et de 67% après trois ans.

Neuf essais cliniques ont été réalisés avec ce médicament, et plus de 400 patients y ont participé. Ces personnes étaient atteintes de cancer épithélial de la tête et du cou et de glioblastome multiforme (une tumeur du cerveau très agressive). Le médicament a été utilisé seul ou en alternance avec des traitements de radiothérapie et de chimiothérapie.

Selon les spécialistes, le CIMAher est bien toléré chaque fois qu’il est administré, quel que soit le mode d’application. Aucune manifestation d’éruption cutanée n’a été observée lors de son application. Son efficacité a été démontrée dans le traitement des tumeurs à la tête, au cou et au cerveau, mais cette efficacité augmente lorsque le traitement s’accompagne de traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.

En Chine, en Inde et au Canada, l’anticorps monoclonal humanisé a été testé en clinique dans sa phase I et II pour guérir le cancer de la tête et du cou, tandis qu’en Allemagne le même médicament dans sa phase I et II a été utilisé pour soigner le glioblastome multiforme chez les enfants.

En Chine, par exemple, 137 patients ont reçu le médicament tout en ayant recours à la radiothérapie. Les résultats ont été jugés « efficaces de façon significative ». Ce traitement s’annonce « prometteur » dans la lutte aux tumeurs d’origine épithéliale, selon ce qu’a révélé et publié GI, en octobre 2005.

L’an passé, le géant asiatique a construit une usine de fabrication et de commercialisation de ce médicament. Elle est située dans la zone industrielle de Beijing et appartient au complexe Biotech Pharmaceutique, une entreprise mixte chinoise-cubaine.

De son côté, la compagnie biotechnologique allemande Oncoscience AG a présenté, lors du 37e Congrès de la Société internationale de pédiatrie oncologique, tenu en septembre 2005, les résultats encourageants de ses essais cliniques dans leur phase II, réalisés sur un groupe d’enfants atteints de tumeurs au cerveau.

Selon les informations fournies alors à l’hebdomadaire Granma international par Rafael Magadán, gérant du marketing de la firme CIMAB S.A., parmi les 27 enfants ayant fait l’objets de ces essais cliniques, 9 avaient une tumeur très résistante et malgré tout, le médicament CIMAher a agi. Cinq ont démontré d’excellents résultats ; chez trois autres enfants, la maladie s’était stabilisée, tandis qu’un seul cas affichait une réponse partielle.

En même temps que le Congrès international de biotechnologie de La Havane 2006, se tenait un Atelier d’immunothérapie où le docteur Agustin Lage, directeur du CIM, a expliqué que les résultats des tests effectués avec ce traitement, aussi bien à Cuba qu’en Inde, en Chine et en Allemagne, étaient très concluants puisqu’on avait obtenu une rémission significative de la lésion maligne sur un certain nombre de tumeurs cérébrales (presque toutes inopérables) et dans des cas de cancer du pharynx.

Lilliam Riera


- Source : Granma international www.granma.cu



Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria, par Viktor Dedaj.

Fidel Castro malade, Miss Monde acnéique, presse métastasée, par Maxime Vivas.




URL de cet article 4514
  

Même Thème
Figures Révolutionnaires de l’Amérique latine
Rémy HERRERA
Cet ouvrage propose au lecteur sept chapitres consacrés à quelques-uns des révolutionnaires les plus importants d’Amérique latine et caribéenne : Simón Bolívar, José Martí, Ernesto Che Guevara, Hugo Chávez, Fidel Castro et Evo Morales. L’Amérique latine et caribéenne offre depuis le début des années 2000 l’image de peuples qui sont parvenus à repasser à l’offensive, dans les conditions historiques très difficiles qui sont celles de ce début de XXIe siècle. C’est cette puissante mobilisation populaire qui est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« les Afghans (...) auraient brûlé eux-mêmes leurs enfants pour exagérer le nombre de victimes civiles. »

Général Petraeus, commandant des forces US en Afghanistan lors d’une réunion avec de hauts responsables afghans,
propos rapportés par le Washington Post, 19 février 2011

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.