Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Discours de Vladimir Poutine lors du 74e anniversaire de la Victoire de 1945

Le 9 mai 2019, Vladimir Poutine a assisté à la parade militaire commémorant le 74e anniversaire de la victoire de l’URSS durant la Grande Guerre Patriotique de 1941 à 1945.

Transcription :

Citoyens de Russie, Chers vétérans, Camarades soldats et marins, sergents et maîtres-sergents, adjudants et adjudants-chefs, Camarades officiers, généraux et amiraux,

Je vous adresse mes félicitations en ce jour de la victoire, notre journée de fierté et de deuil, et vous fais part de notre gratitude sans bornes envers les défenseurs de la patrie qui ont écrasé le nazisme.

Ils sont tous sur le piédestal de la formidable victoire. C’est pour cette victoire qu’ils ont combattu et travaillé, qu’ils ont parcouru cette route du sacrifice jonchée d’abominables épreuves, se sont dressés comme une forteresse inflexible dans le feu des combats, ont donné tout ce qu’ils avaient, et, par la souffrance, ont atteint la Victoire !

Chaque année, nous réalisons plus profondément le pouvoir moral de cet exploit sans précédent et la valeur éternelle du triomphe militaire de notre peuple.

C’est le peuple qui a défendu et sauvé notre patrie, et qui est devenu l’espoir et une citadelle de force pour l’humanité, le principal libérateur des nations européennes.

L’histoire de notre pays compte un grand nombre d’actes héroïques, mais pourtant, la victoire sur le nazisme se distingue, en ce qu’elle constitue le châtiment mérité des nazis pour tous leurs crimes, pour s’être considérés comme une « race supérieure » et avoir déclenché la terrible guerre.

Cette force insolente a subjugué de nombreuses nations et l’impunité a voilé les yeux des nazis. Ils pensaient pouvoir également conquérir l’Union soviétique en quelques semaines – la Russie historique millénaire. Ils ont échoué.

Oui, après l’attaque perfide de l’ennemi sur notre territoire (en juin 1941), nous avons subi des défaites, des retraites et de lourdes pertes, mais cela n’a pas brisé l’esprit de la Russie.

Dès juillet 1941, plus de 5 millions de soldats ont rejoint les rangs de l’armée et des dizaines de milliers de volontaires sont devenus des miliciens.

Sous un feu terrible, des centaines de grandes usines ont été évacuées vers l’Est et le processus de fabrication a repris de manière extraordinairement rapide dans l’Oural, dans la région de la Volga et en Sibérie.

« Tout pour la victoire » est devenu le slogan du front intérieur. C’est ce qui a marqué l’ouverture de notre « deuxième front » – le front héroïque des ouvriers. Son puissant arsenal fonctionnait parfaitement.

La victoire a été forgée par toute la nation. La garnison de la tour de Brest fut la première à subir le choc brutal et perfide des envahisseurs. Les défenseurs de la forteresse se sont battus jusqu’au dernier soldat, et ils ont laissé des inscriptions sur les murs de la citadelle qui nous font encore battre le cœur. Elles ressemblent à un serment et à un testament : « Je meurs mais je ne me rends pas. »

Les exploits des soldats russes aujourd’hui nous disent que leur lutte n’a pas été oubliée. Ce serment a été adopté par la génération actuelle des défenseurs de la Patrie et constitue la principale garantie de la fiabilité absolue et de l’invincibilité des armes russes.

C’est exactement ce que les gens pensaient et ce qu’ils ont fait pendant la Grande Guerre patriotique, alors qu’ils se battaient pour leur Patrie dans les batailles décisives pour Moscou et à Stalingrad, à Koursk et sur le Dniepr.

La victoire a été obtenue avec le courage des défenseurs des anciennes capitales russes de Kiev et de Veliky Novgorod, des défenseurs intrépides de Smolensk, Odessa, Sébastopol et le courage infini des habitants de Leningrad assiégée.

À chaque tête de pont et à chaque ligne militaire, des exploits d’une puissance spirituelle énorme ont été accomplis, souvent par de très jeunes gens. Plus de la moitié des héros de l’Union soviétique avaient moins de 25 ans.

Beaucoup sont allés au front directement depuis l’école et y sont restés pour toujours, ne connaissant jamais le bonheur de l’amour, de la famille ou des enfants.

En tant que soldats de leur pays, ils n’ont pas épargné leur vie pour préserver sa liberté, son avenir pacifique et chacun d’entre nous. Nous n’oublierons jamais leur courage, leur abnégation et le grand prix payé pour la victoire.

Nous nous inclinons dans le respect devant la mémoire des fils, filles, pères, mères, grands-pères, époux, épouses, frères, sœurs, compagnons d’armes, familles et amis. Nous pleurons les anciens combattants qui ne sont plus avec nous.

Faisons une minute de silence.

(Une minute de silence.)

Chers amis,

Le souvenir de la Grande Guerre patriotique et la vérité à ce sujet font partie de notre conscience et de notre responsabilité.

Aujourd’hui, nous voyons comment un certain nombre de pays déforment délibérément les événements de guerre et comment ceux qui, oubliant l’honneur et la dignité humaine, ont servi les nazis, sont maintenant glorifiés et à quel point ils mentent sans vergogne à leurs enfants et trahissent leurs ancêtres.

Notre devoir sacré est de protéger les vrais héros. Nous nous inclinons devant tous les anciens combattants de la génération des vainqueurs. Vous vivez dans différents pays, mais l’exploit que vous avez accompli ensemble ne peut être divisé. Nous honorerons toujours chacun d’entre vous et glorifierons la victoire, qui a toujours été et reste une pour nous tous.

Chers camarades,

Les leçons de la guerre passée sont toujours pertinentes. Nous avons fait et continuerons de faire de notre mieux pour assurer la haute capacité de combat de nos forces armées, le potentiel de défense du niveau le plus moderne, et nous continuerons à renforcer le prestige du service militaire et la réputation des soldats et des officiers, les défenseurs de la patrie.

Dans le même temps, la Russie est ouverte à la coopération avec tous ceux qui souhaitent résister au terrorisme, au néonazisme et à l’extrémisme. La résistance collective aux porteurs d’idées mortelles est redevenue cruciale.

Nous appelons tous les pays à prendre pleinement conscience de notre responsabilité commune dans la création d’un système de sécurité efficace et équitable pour tous.

Notre pays est bien conscient de ce qu’est la guerre. Elle a amené le deuil et d’innombrables souffrances à chaque famille. Nous n’avons rien oublié. Nous nous souvenons de tout et considérons comme sacrés la valeur des soldats de la victoire. Nos parades militaires, le tonnerre de feux d’artifice et la marche du Régiment Immortel ont pour but de les honorer.

Le Jour de la victoire rassemble et unit toujours toutes les générations et ouvre le cœur des gens. Aujourd’hui, nous ne cachons pas nos émotions et ces sentiments sincères unissent la Russie.

Nous sommes fiers de notre unité et nous sommes heureux d’avoir nos enfants et nos petits-enfants avec nous ici, afin que nous puissions leur transmettre le souvenir sacré des réalisations héroïques de nos pères et de nos grands-pères et avoir la certitude que leurs exploits et leurs victoires vivront pour toujours.

Gloire à la nation victorieuse !

Bonne fête à vous !

Bonne fête de la victoire !

Hourra !

[Hymne national de la Russie]

Source : http://en.special.kremlin.ru/events/president/news/60490

Traduction : https://lecridespeuples.fr/2019/05/11/discours-de-vladimir-poutine-lor...

Discours de Vladimir Poutine lors du 74e anniversaire de la Victoire de 1945 from Sayed Hasan on Vimeo.

URL de cet article 34997
   
Même Thème
Roger Faligot. La rose et l’edelweiss. Ces ados qui combattaient le nazisme, 1933-1945. Paris : La Découverte, 2009.
Bernard GENSANE
Les guerres exacerbent, révèlent. La Deuxième Guerre mondiale fut, à bien des égards, un ensemble de guerres civiles. Les guerres civiles exacerbent et révèlent atrocement. Ceux qui militent, qui défendent des causes, tombent toujours du côté où ils penchent. Ainsi, le 11 novembre 1940, des lycées parisiens font le coup de poing avec des jeunes fascistes et saccagent les locaux de leur mouvement, Jeune Front et la Garde française. Quelques mois plus tôt, les nervis de Jeune Front avaient détruit les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
53 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.