Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

19 

Doit-on privilégier Johnny à l’idée ?

Moi aussi j’aimais bien Johnny. Moi aussi je suis triste que cette grande voix de la chanson française soit disparue. C’est un énorme interprète qui nous a quitté. Il m’a accompagné de l’enfance à la retraite, c’est dire.

Mais que toutes les chaînes de télé diffusent en continu des hommages et des rétrospectives de ses entrevues et de ses concerts, n’est-ce pas en faire un peu trop ? Que le président de la République le qualifie de héros français, n’est-ce pas abusif ? Ou la notion de héros serait-elle galvaudée ? Pourquoi ne pas décréter trois jours de deuil national ? Il y a même une pétition qui circule pour le faire entrer au Panthéon ! Il semblerait que la déraison ait envahie bon nombre de cerveaux et que quiconque ne fonde pas en larmes et ne tarisse pas d’éloges sur le défunt soit immédiatement cloué au pilori. Alexis Corbière en a fait les frais après un tweet où il soulignait, en même temps que la triste nouvelle, qu’il y avait d’autres sujets à l’ordre du jour, comme la menace de non-revalorisation du SMIC, qui méritaient que l’on s’y intéresse.

Si Johnny est aujourd’hui au centre de l’actualité, se souvient-on qu’hier seulement un grand homme de lettre nous a quitté ? Grand bien lui a pris de ne pas mourir le même jour car il serait passé aux oubliettes de la postérité sans autre forme de procès. Jean d’Ormesson, académicien, homme de droite assumé, au regard pétillant, au sourire moqueur et au verbe coloré, nous laisse un héritage culturel bien plus important que celui d’un interprète de chansons de variété, aussi talentueux soit-il. N’en déplaise aux fans de l’idole des jeunes.

Mais ce n’est pas tout. Ne s’est-il donc rien passé dans le monde aujourd’hui qui ne mérite le moindre petit temps d’antenne ? Non, trois fois rien. Simplement que Trump reconnaît Jérusalem comme capitale d’Israël, ce qui risque, une nouvelle fois, d’embraser le proche orient mais c’est vrai, c’est loin. Et puis, quelques morts de plus, après tout, ce n’est pas grave.

A ce rythme là, on peut craindre le jour où Rocco Siffredi va casser sa pipe car si les télés nous diffusent ses films pendant toute une journée, les urgences risquent de regorger de cas de priapisme !

Jean-Michel HUREAU

URL de cet article 32657
   

Déposséder les possédants - La grève générale aux « temps héroïques » du syndicalisme révolutionnaire (1895-1906)
Miguel CHUECA
Textes de Édouard Berth, Henri Girard, Jean Jaurès, Hubert Lagardelle, Paul Louis, Fernand Pelloutier, Émile Pouget, Georges Sorel et Henri Van Kol Réunis & présentés par Miguel Chueca La grève générale exprime, d’une manière infiniment claire, que le temps des révolutions de politiciens est fini. Elle ne sait rien des droits de l’homme, de la justice absolue, des constitutions politiques, des parlements ; elle nie le gouvernement de la bourgeoisie capitaliste. Les partisans de la grève générale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.