RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Aimer la vérité sans épouser un système ...

Echange d’artillerie sur la péninsule coréenne : ce n’est pas le bon pays qui est accusé

Bien que la Corée du Nord ait été blâmée pour l’échange de tirs d’artillerie de mardi sur la péninsule coréenne, une lecture attentive des bulletins d’information montre que c’était la Corée du Sud qui a créé une véritable poudrière et a ensuite provoqué l’étincelle.

L’incident s’est produit le long de la Northern Limit Line, une frontière maritime occidentale unilatéralement établie par les États-Unis à la fin de la guerre de Corée et qui n’a jamais accepté par le Nord. La Northern Limit Line a été le théatre d’un grand nombre d’accrochages entre les forces navales de la République Sud-Coréenne et la République Nord-Coréenne (RPDC).

Il y a un an, les navires de guerre de ces pays se sont affrontés dans la zone contestée, et un navire de guerre nord-coréen a été descendu en flammes. "En 1999, un navire nord-coréen a coulé avec 30 marins morts et peut-être 70 blessés" dans la même zone. [1] La frontière litigieuse ne fait pas partie de l’accord d’armistice qui a mis fin aux hostilités actives.

La toile de fond pour le dernier incident en date a été la mobilisation par le Sud de 70.000 soldats, 50 navires de guerre, 90 hélicoptères, 500 avions de combat et 600 chars, dans des exercices de simulation de guerre que le Nord a vigoureusement dénoncé. Pyongyang a décrit ces exercices, qui impliquent également les Marines US et l’US Air Force, comme "simulant une invasion du Nord", "un moyen de provoquer une guerre" et "une répétition pour une invasion." Les rapports dans la presse occidentale et les officiels du gouvernement US ont rejeté les inquiètudes de Pyongyang au sujet de cette war-game comme étant exagérées, soulignant que les exercices avaient été annoncés à l’avance. Mais ’annoncer à l’avance’ ne réduit guère la menace potentielle de masser des troupes, ni ne rend plus aisée la tâche de l’armée nord-coréenne de distinguer entre ’war-game’ et préparation d’une invasion.

Avec les Nord-Coréens déjà sur les nerfs, la Corée du Sud a agi pour accroître la tension.

Selon un rapport d’Associated Press : "Le combat a commencé mardi, lorsque la Corée du Nord a averti le Sud de mettre fin aux exercices militaires à proximité de leur frontière maritime ... Quand Séoul a refusé et a commencé des tirs d’artillerie dans les eaux contestées ... Le Nord a riposté en bombardant la petite île de Yeonpyeong ..." [2]

Le journal sud-coréen, The Hankyoreh, a publié un rapport similaire : "Avant l’incident, l’armée sud-coréenne a effectué un exercice de tir ... dans la zone (litigieuse) autour de l’île de Yeonpyeong et de l’île de Baengnyeong (...) la Corée du Nord a envoyé un message matin mardi qu’elle ne tolérerait pas de tir dans ses eaux territoriales." [3]

Le New York Times a noté que « des unités d’artillerie [de la Corée du Sud] avaient tiré à partir d’une batterie sur l’île sud-coréenne de Baeknyeongdo, à proximité de la côte nord-coréenne » et que « le Sud a reconnu avoir fait des tirs d’essai dans la zone (contestée). » [ 4]

Ces rapports de presse indiquent que la Corée du Sud a agi de manière à enflammer une situation déjà explosive. Bien que la plupart des médias passent sous silence ce point, c’est la Corée du Sud qui a tiré les premières salves.

Le Sud organise régulièrement des exercices de ’jeux de guerre’ visant la Corée du Nord, mettant le Nord sur un pied de guerre continuel et constamment dans un état d’alerte élevé. La réponse de la Corée du Nord à la provocation est utilisée pour justifier un accroissement des forces étatsuniennes dans la région, et un accroissement des exercices militaires conjoints entre les États-Unis et Republique Sud-Coréenne.

« Le président Obama et le président sud-coréen ont convenu (...) de tenir des exercices militaires conjoints comme une première réponse », a rapporté le New York Times. « Les exercices comprendront l’envoi du porte-avions George Washington et un certain nombre de navires l’accompagnant dans la région ... » [5]

Plus tôt cette année, les États-Unis et la Corée du Sud ont utilisé le naufrage du Cheonan, un navire de guerre sud-coréen, comme une excuse pour augmenter la pression militaire sur la Corée du Nord. Le navire de guerre semble avoir échoué dans la même zone dans laquelle le dernier incident s’est produit. Séoul et Washington ont accusé la Corée du Nord pour le naufrage, mais la preuve présentée par la Corée du Sud, dans un rapport rédigée par elle-même et ses alliés, est contestée en Corée du Sud même, et a été mise en question par une enquête officielle russe. La Corée du Nord nie avec véhémence avoir coulé ce navire de guerre.

La dernière provocation Sud-Coréenne peut faire partie d’une plus vaste campagne pour intensifier la pression militaire sur la Corée du Nord, avec comme objectif de forcer Pyongyang à détourner encore davantage de ses ressources limitées pour la défense, au risque de comprommettre les perspectives de développement de la Corée du Nord et, éventuellement, d’initier l’effondrement du pays. Washington a longtemps suivi la pratique de l’isolement, du blocus et de l’utilisation de menaces militaires pour intimider les pays qui se sont libérés de la domination impérialiste. Ceci n’est pas un incident isolé, dans lequel une Corée du Nord imprévisible et belliqueuse, se comporterait mal dans le but d’arracher des concessions à l’Occident - comme, de manière prévisible les médias occidentaux l’affirment - mais bien une partie d’une shéma plus large où l’Occident recherche la destruction de la RPDC via un programme d’isolement diplomatique accru, de guerre économique et de provocations militaires.

Stephen Gowans

SOURCE : Comité Valmy.

Mondialisation.ca - Le 5 decembre 2010.

Article original en anglais : http://gowans.wordpress.com/2010/11/24/wrong-country-blamed-for-artill...

1. "Historian Bruce Cumings : US Stance on Korea Ignores Tensions Rooted in 65-Year-Old Conflict ; North Korea Sinking Could Be Response to November ’09 South Korea Attack" , Democracy Now, May 27, 2010.

2. Hyung-Jin Kim and Kwang-Tae Kim, "Tensions high as North, South Korea trade shelling" , The Associated Press, November 23, 2010.

3. Kwon Hyuk-chul, "President Lee has changed his position from controlled response to manifold retaliation" , The Hankyoreh, November 24, 2010.

4. Mark McDonald, "Crisis Status’ in South Korea After North Shells Island" The New York Times, November 23, 2010.

5. David E. Sanger, "U.S. to send carrier for joint exercises off Korea" , The New York Times, November 23, 2010

Article original en anglais : http://gowans.wordpress.com/2010/11/24/wrong-country-blamed-for-artill...

Version française : Alerte Otan

URL de cet article 12216
  

Georges Séguy. Résister, de Mauthausen à Mai 68.
Bernard GENSANE
Il n’a jamais été le chouchou des médias. Trop syndicaliste, trop communiste, trop intransigeant à leur goût. Et puis, on ne connaissait même pas l’adresse de son coiffeur ! Seulement, à sept ans, il participe à sa première grève pour obtenir la libération de son professeur qui a pris part aux manifestations antifascistes de Février 34. Huit ans plus tard, à l’âge de quinze ans, il rejoint les rangs de la Résistance comme agent de liaison. Lui et les siens organisent de nombreuses évasions de militants (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

Henry Ford (1863-1947)

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.