Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Medias : le Courrier International sort du lot (un p’tit tour et puis s’en va ?)

Enfin une « une » de média … « intelligente » !

Le Courrier International (groupe Le Monde, Télérama, la Vie...), hebdomadaire de l’oligarchie médiatique se fend d’un dossier qu’aurait pu publier le Monde Diplomatique. Un lecteur ébahi et charmé nous en fait part ci-dessous. Heureuse surprise en effet.

A la suite de l’article, vous trouverez une note du Grand Soir qui replace les choses dans leur contexte.

Merci au lecteur qui nous a envoyé cet article surprenant de bienveillance pour un président « normal » qui est tout le contraire de François Hollande.

LGS.

Le courrier international de cette semaine fait sa une avec ce titre : « Uruguay : le vrai président normal », avec juste en dessous « Pepe Mujica a fait de son pays un laboratoire politique qui séduit la presse sud-américaine ».

Voici l’intro de ce dossier du courrier : « L’élection, en 2009, de José Mujica, deuxième président de gauche de l’histoire de l’Uruguay, ce petit pays souvent en avance sur son temps, aurait pu passer quasi inaperçue. Ce n’est pas le premier dirigeant de la région à ne pas appartenir au sérail politique. Et la presse tant latino-américaine qu’internationale l’a longtemps ignoré. Mais ce vieux guérillero rescapé des cachots de la dictature a une vraie particularité : il semble insensible aux sirènes du pouvoir, ­cultive son quotidien d’« homme normal », en refusant tout protocole et 90 % de son salaire présidentiel et en continuant à vivre dans sa ferme. Il dit ce qu’il pense - au grand dam de ceux qui souhaiteraient un président avec plus de prestance... Un président normal, un vrai, en somme ? »

Mais qui est donc ce président inconnu dont seul le courrier parle ?

Eh bien, oui, ce président là est un ancien guérillero, à l’époque de la dictature, et il l’a payé cher, avec ses 14 années d’emprisonnement. Mais le voilà désormais, non seulement libre, mais élu à la présidence de son pays.

Et quelle a été sa première décision, en tant que président, juste après les remerciements envers son peuple : il a décidé de donner 90 % de son salaire de président à des oeuvres caritatives, pour les pauvres, leur droit au logement et les petits entrepreneurs.

Uruguay : José Mujica, le « président le plus pauvre du monde »

En France comme dans la plupart des pays, le train de vie et le salaire du Président fait l’objet d’interminables débats, une partie des citoyens estimant que les avantages matériels de celui qui est à la tête de l’Etat le rendent complètement déconnecté de leur vie quotidienne.

Mais s’il y a un pays où ce débat n’a pas lieu d’être, c’est bien l’Uruguay, rapporte la BBC, qui est allée rencontrer chez lui le seul président au monde qui vit dans une ferme délabrée et reverse la grande majorité de son salaire à des oeuvres caritatives.

José Mujica a refusé la luxueuse résidence habituellement réservée aux présidents uruguayens et a choisi de rester sur la ferme de sa femme, au bout d’un chemin de terre près de la capitale Montevideo. Il tire son surnom du fait qu’il reverse 90% de son salaire mensuel de 9.300 euros à des oeuvres caritatives en faveur des pauvres ou des petits entrepreneurs. Le salaire qu’il lui reste correspond à peu près au revenu moyen d’environ 600 euros. Et il ne semble manquer de rien : « J’ai vécu comme ça la plupart de ma vie. Je peux vivre avec ce que j’ai. »

Sa déclaration de patrimoine, une obligation pour les élus uruguayens, s’élevait à 1.411 euros en 2010, soit la valeur de sa Coccinelle Volkswagen 1987. Cette année, il y a rajouté les biens de sa femme (du terrain, des tracteurs et une maison), amenant son total à 168.000 euros, une fortune toujours bien inférieure à celle de son vice-président ou de son prédécesseur.

Elu en 2009, Mujica a participé à la guérilla uruguayenne des Tupamaros, un groupe armé d’extrême-gauche inspiré de la révolution cubaine. Il a reçu six balles dans le corps et passé 14 années en prison dans des conditions difficiles avant d’être libéré en 1985, quand l’Uruguay est devenu une démocratie. C’est en prison qu’il a développé sa philosophie de vie :

« On m’appelle le président le plus pauvre, mais je ne me sens pas pauvre. Les pauvres sont ceux qui travaillent uniquement pour avoir un style de vie dépensier, et qui en veulent toujours plus. C’est une question de liberté. Si vous n’avez pas beaucoup de possessions, vous n’avez pas besoin de travailler comme un esclave toute votre vie pour les soutenir, et vous avez plus de temps pour vous-même. »

(source : http://www.slate.fr/lien/64975/uruguay-jose-mujica-president-pauvre)

Chien Gué n’avait pas loupé l’élection de cet homme source d’espoir : http://forget.e-monsite.com/pages/content/archives-2009-latinos/l-uruguay-vire-a-gauche.html

Pas plus que l’histoire des guérilleros TupaMaros : http://forget.e-monsite.com/pages/portraits/uruguay.html

Alors analysons le titre de Courrier International : Uruguay : le vrai président normal
Deux mots surprennent dans cette annonce, car en désaccord total avec notre société actuelle : « vrai » et « normal » .

« vrai président » , excusez-moi de vous choquer, mais ça veut dire président qui pense à son PEUPLE, et pas à l’image de marque de son pays au niveau international ; et c’est là que le titre de la « une », et encore plus le personnage en question, se détachent du mouvement brownien égocentrico-capitaliste actuel.

Le deuxième mot qui surprend, c’est « normal » : ah bon, les autres présidents de la planète seraient anormaux ? Dans le fonctionnement actuel, bien sur que non ; ils sont tous, pas vraiment « normaux », mais plutôt dans la normalité ; la normalité de la mondialisation, de l’Onu, de l’Otan, de la communauté européenne, etc ..

De là à dire que normalité serait signe de soumission …

Et bien non, enfin, un journal, ose afficher en « une » que la normalité pour un président pourrait être autre chose que suivre les directives bien-pensantes imposées sournoisement par les états, banques ou organismes dominants.

Il semblerait donc, à lire cet hebdomadaire, qu’un président « normal », serait un président qui montrerait l’exemple, pour appeler le peuple à le copier (comme l’avaient fait Castro et Guevara, lors de leur accession au pouvoir à Cuba).

Vrai ? Faux ? Bien sur que oui, c’est vrai, en fait : détachez-vous de votre monde individuallo-capitaliste, reculez de trois pas, et regardez vous, regardez votre président, votre pays, oubliez quelques instants votre nombril, votre portefeuille (si ces deux derniers ne sont pas liés, vous avez encore une chance de vous en sortir, soit dit en passant…).

Oui, bien sur qu’un président se devrait d’être « normal » et donc de montrer l’exemple ; mais pas en diminuant son salaire de député + maire + conseiller général + sénateur + … ; mais plutôt en l’offrant à ceux qui en ont besoin.

Ce qui séduit chez Mujica

En juin dernier, lors de la conférence sur le développement durable des Nations unies Rio + 20, il a fait un discours qui a été repris des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux, et il y a notamment dit : « Nous ne pouvons pas continuer, indéfiniment, à être gouverné par les marchés ; nous devons gouverner les marchés. »

Ses résultats font rêver les pays voisins : les salaires ont progressé de 36,6 % en sept ans, grâce notamment à une croissance économique de 6,4 %. Le taux de chômage (5,3%) est au plus bas. et 13,7 % des uruguayens vivent sous le seuil de pauvreté, soit une baisse de cinq points en un an. L’analphabétisme a quasiment disparu et tous les enfants sont scolarisés. Aucun des pays du Mercosur n’a des indicateurs aussi bons, à tel point que de nombreux migrants de pays voisins (Argentine et Brésil notamment), mais aussi d’Espagne et d’Italie, viennent en nombre croissant s’installer en Uruguay.

Alors, à quand un vrai président normal chez nous ?

Chien Guevara

L’article dans sa niche : Medias : le courrier international sort du lot


NOTE DU GRAND SOIR :

On peut être surpris quand on sait que Jean-Hébert Armengaud, rédacteur en chef du Courrier International signe l’éditorial de ce dossier Uruguay. Armengaud est ce journaliste qui, quand il travaillait à Libération, a tronqué un discours d’Hugo Chavez pour en dénoncer le prétendu antisémitisme. http://www.legrandsoir.info/Chavez-antisemitisme-et-campagne-de-desinf...

Il fut alors couvert dans son trucage par un directeur de Libération, Pierre Haski, aujourd’hui président de Rue89. http://www.legrandsoir.info/Proces-contre-Chavez-Libe-persiste-et-sign...

Rue89 qui use des mêmes méthodes pour dénoncer le prétendu antisémitisme du Grand Soir. http://www.legrandsoir.info/rue89-article-11-lgs-et-les-autres-confere...

Surprenant quand on se rappelle comment le Courrier International, dans un plantage journalistique remarquable avait annoncé par avance le succès de Chavez à une élection.

Après une « une » illustrée d’un dessin où Chavez, brandissant une Kalachnikov fournie par la Russie de Poutine (Poutine en arrière-plan car moins dangereux pour l’humanité), on pouvait lire un article sous le titre musclé « Des coups d’Etat en forme de plébiscites » qui faisait une analogie avec le coup d’Etat du 2 décembre 1851 qui porta au pouvoir Louis-Napoléon Bonaparte. La suite expliquait pourquoi Chavez allait nécessairement être plébiscité. Pas de chance, il a perdu ces élections-là (référendum). www.legrandsoir.info/Courrier-International-degaine.html

Donc, délectons-nous de ce texte en nous attendant au pire pour demain avec une présentation dans le genre : « Nos lecteurs se souviennent que Courrier International n’avait a priori aucune hostilité pour Pepe Mujica, le président de l’Uruguay. Mais aujourd’hui… Chavez… Castro… populiste…médias muselés… ».

A moins que cet hebdomadaire ne cherche à élargir un lectorat qui s’amenuise au fil des ans, ce qui impacte défavorablement les bénéfices escomptés par ses propriétaires.

A suivre, donc..

Le Grand Soir.

URL de cet article 18521
   
Chroniques de GAZA 2001-2011
Christophe OBERLIN
L’auteur : Christophe OBERLIN est né en 1952. Chirurgien des hôpitaux et professeur à la faculté Denis Diderot à Paris, il enseigne l’anatomie, la chirurgie de la main et la microchirurgie en France et à l’étranger. Parallèlement à son travail hospitalier et universitaire, il participe depuis 30 ans à des activités de chirurgie humanitaire et d’enseignement en Afrique sub-saharienne, notamment dans le domaine de la chirurgie de la lèpre, au Maghreb et en Asie. Depuis 2001, il dirige régulièrement des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je l’ai invitée lors d’un prochain séjour à venir jouer avec l’orchestre de Paris et l’Ensemble orchestral de Paris.

Bertrand Delanoe
maire socialiste de Paris, Fév. 2005, en parlant de Condoleezza Rice


La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.