RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Une analyse géopolitique toujours d’actualité.

Entretien avec Yasser Arafat

La situation du peuple palestinien demeure étrange et étrangère, parce qu‘il est difficile et presque impossible à qui ne l’a point connue de se représenter la vie d’un peuple qui pour survivre a du mener un combat quotidien contre le « vide dont on veut toujours le recouvrir » (1). Les quelques peuples dont les Peaux-Rouges qui ont connu de telles situations n’y ont pas survécu pour en parler, sauf à nous faire parvenir dans les fracas de la civilisation moderne, certaines rumeurs de leur mémoire abolie...

Dans ce qui suit, le Président de l’Organisation de libération de la Palestine (O.L.P), Yasser Arafat, livre son analyse sur cet état de fait. Une analyse géopolitique faite en 1982 mais toujours d’actualité. En particulier, en ce qui concerne le soutien inconditionnel de l’impérialisme occidental à l’Etat d’Israël. Un soutien auquel l’Etat français s’est joint sans aucune limite.

En prenant connaissance de cette analyse géopolitique, une question et une remarque s’imposent.

1°) La question : pourquoi le Président de l’O.L.P a signé les Accords d’Oslo, et ce, malgré le refus d’éminents représentants de l’O.L.P dont le poète Mahmud Darwich ?
2°) La remarque : la situation dont laquelle vit le peuple palestinien signifie que la Charte de l’O.L.P, loin d’être « caduque », est toujours d’actualité : un Etat démocratique et laïc sur l’ensemble de la Palestine.

Leyla Shahid Barrada, Elias Sanbar et Roger Nab’aa, membres du comité directeur de la revue d’études palestiniennes, introduisent l’entretien avec Y. Arafat dans les termes suivants : « Dans l’entretien qu’il a voulu nous accorder nous avons évité d’aborder les questions d’actualité. Non par prudence, ni parce que sans importance. Mais pour qu’il s’explique sur le sens du refus du peuple palestinien de se laisser recouvrir par ce vide. »

Ci-dessous un extrait de ce long entretien (1).

La violence ?

Ce terme de ’’terrorisme’’ dont les médias inféodés au sionisme nous taxent ne nous fait pas peur, notamment lorsqu’il est employé par des forces qui ont colonisé les peuples pendant des centaines d’années et qui ont qualifié de ’’terroristes’’ les mouvements de libération nationale quand ils luttaient contre l’occupation , le terrorisme et la discrimination raciale jusqu’à obtenir l’indépendance, comme ce fut le cas en Rhodésie-Zimbabwe.

C’est une accusation éculée. Elle constitue implicitement une insulte à la plupart des peuples dont les représentants siègent aujourd’hui à l’Assemblée générale de l’ O.N.U., et qui ont été accusés, avant leurs indépendances, d’être des terroristes par les milieux sionistes et impérialistes.

Qui menacent qui ? Les israéliens avec leurs F.16, leurs bombes nucléaires et les armes destructrices les plus modernes de l’arsenal américain, ou les défenseurs de la liberté, les résistants à l’occupant et ceux qui désirent vivre en paix dans leur patrie, libres et indépendants ?

De nouveaux Peaux-Rouges ?

...Cela ne veut pas dire que nos ennemis ne tenteront plus de pousser notre peuple à l’exil et d’affaiblir sa résistance. Les autorités israéliennes ont décidé récemment d’interdire à nos frères en Palestine occupée de recevoir l’assistance financière qui contribue à développer le réseau des services sociaux et éducatifs.
L’objectif de cette mesure est clair comme le jour : rendre les palestiniens illettrés, les affamer et les forcer à l’exil.

Malheureusement cette mesure a été appliquée sans provoquer de réaction, même de la part des forces arabes et internationales qui se déclarent hostiles à l’établissement de colonies de peuplement. Que serait-il arrivé si une telle mesure était appliquée à l’encontre des juifs ?

Si, par exemple le gouvernement français décidait d’interdire aux juifs de France de virer des dons aux institutions israéliennes ? Ou si la Grande-Bretagne, ou l’administration américaine en faisaient autant ?

La mesure israélienne a donc été décidée sans provoquer de réaction. N’est-ce pas dès lors notre droit de considérer cette indifférence comme un parti pris en faveur de notre ennemi, teinté d’une vision raciste qui établit une distinction entre les êtres selon leurs origines raciales, voire la civilisation à laquelle ils appartiennent ?

Quoi qu’il en soit nous ne nous faisons pas d’illusions sur les positions de bon nombre de forces, même si elles se réclament de certains mots d’ordre et de certains principes. Nous nous adressons à l’opinion publique et aux peuples pour leur expliquer notre juste cause, leur exposer nos justes revendications- et c’est l’une des formes de notre lutte- afin que nous ne connaissions pas le sort que les yankees ont infligé aux tribus des Peaux-rouges d’Amérique du Nord.

Mohamed EL BACHIR

NOTE (1) Revue d’études Palestiniennes . N° 2 Hiver 1982

URL de cet article 39294
  

Un autre capitalisme n’est pas possible
Rémy HERRERA
Le capitalisme est en crise. Il pourrait même s’agir d’une des plus graves crises de l’histoire moderne. Et pourtant, à suivre l’actualité au jour le jour, l’opinion publique peut avoir le sentiment que cette crise est déjà derrière nous. Or, le pire est sans doute encore à venir, malgré les propos rassurants tenus et les aménagements envisagés. En effet, la réactivation annoncée de l’intervention étatique a notamment pour objet la négation de la nature de biens publics à la fois gratuits et libres de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés"

Président George H.W. Bush (père)
cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.