RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Et pendant qu’on sauve les banques, on laisse crever les Africains.

La crise financière qui nous accable est déjà un scandale en elle-même : les excès de ceux-là mêmes qui nous y ont plongé continuent, pendant que les peuples ont déjà commencé à rembourser la facture pour eux. Mais le plus gros scandale n’est peut-être pas celui-là  : à quelques milliers de kilomètres de là , des millions d’êtres humains sont en train de mourir de faim, sans que la communauté internationale ne trouve rien d’autre à faire que de constater son échec.

Pourtant, et au delà des sinistres comparatifs que l’on peut faire à ce sujet, ces deux crises simultanées devraient nous faire comprendre ce qui est réellement en train de se passer : le capitalisme est en train de tuer non seulement la démocratie dans les pays qui ont eu la chance d’en pouvoir bénéficier- ce qui est déjà grave ; mais surtout de laisser crever des enfants, des femmes et des hommes innocents…

Il faut bien comprendre qu’en acceptant de sauver les banques par l’injection de centaines de millions d’euros dans le système, nous acceptons également de ne pas les employer à autre chose, que ce soit en Afrique ou ailleurs. Et les peuples, les individus qui composent ce peuple, sont tout aussi responsables de cette situation que les dirigeants qu’ils laissent faire.

Car ces deux crises sont liées par le même système qui fonde les inégalités dont il se nourrit pour fructifier, au mépris des droits les plus élémentaires, et jusqu’à la vie elle-même. Comment ?

En usant leurs ressources qui nous servent à produire du Fukushima, en corrompant leurs régimes pour y faire nos profits, en exploitant leurs peuples pour en faire nos esclaves, nous avons créé les conditions de leur misère, et nous avons bâti sur elles notre propre prospérité.

Nous sommes responsables également du réchauffement climatique par nos pratiques productivistes , responsables aussi des guerres civiles pour posséder des terres qui seront revendues aux Chinois ou à d’autres, responsables encore d’armer ces guerres, ou de leur faire miroiter un "ailleurs" qu’on leur refuse d’atteindre une fois parvenus à nos frontières….

Pourquoi s’étonner, après, que tous ces gens désirent plus que tout s’échapper de l’enfer que nous avons contribué à construire pour eux ?

Et on les refuse à l’entrée de nos pays, sous prétexte de "crise financière" , alors qu’on vient juste de trouver plusieurs centaines de milliards d’euros pour continuer à regarder sur nos écrans plats nos semblables crever en 3D sous nos yeux compatissants ?

Comment peut-on continuer à laisser faire cela ? que sont devenus les droits de l’homme, que sont devenus les hommes ?

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

http://calebirri.unblog.fr/tag/mondialisation/

URL de cet article 14268
  

Même Thème
We Feed The World (documentaire)
DIVERS
Synopsis Un film pour éveiller les consciences sur les absurdités et les gachis de la production, la distribution et la consommation des produits alimentaires. Chaque jour à Vienne, la quantité de pain inutilisée, et vouée à la destrction, pourrait nourrir la seconde plus grande ville d’Autriche, Graz... Environ 350 000 hectares de terres agricoles, essentiellement en Amérique latine, sont employés à la culture du soja destiné à la nourriture du cheptel des pays européens alors que près d’un quart de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nous avons abattu un nombre incroyable de personnes, mais à ma connaissance, aucune ne s’est jamais avérée être une menace"

Stanley McChrystal,
ex Commandant des forces armées U.S en Afganistan
(Propos rapportés par le New York Times, 27/3/2010).

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.