RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Etat du monde : un scénario que rien ne dément

Et si la Libye, l’Irak et des pays à venir devaient constituer le champ expérimental de privatisation de la violence en détruisant le monopole qu’en avaient les États ? En tout cas, cela en a tout l’air...

La situation internationale donne l’impression que les stratèges de la reconquête des espaces perdus ont trouvé la solution qui leur économise une implication coûteuse en matériels et en hommes. De même qu’elle a l’avantage de ne rien laisser au hasard d’une reconfiguration du pouvoir politique qui leur serait hostile.

Le chaos, établi et maintenu loin des centres de profit, fixe la menace d’une résistance à la prédation, qui peut prospérer à son aise.
Dans le même temps, les revendications économiques et sociales se dissolvent dans la lutte pour la survie ou de la guerre de tous contre tous. Une lutte qui pousse au regroupement identitaire ou mafieux, au refuge dans le groupe protecteur, quand la société, la nation, qui jouait ce rôle, s’est effondrée.

On aura atteint l’étape décisive de démantèlement des projets nationalistes ou communistes, qui allaient à l’encontre du déploiement des « forces du marché » et leur soustrayaient des richesses indispensables à leur logique d’accumulation. Sinon, cette entreprise ne serait pas compréhensible.

Le processus, observé dans la périphérie, prend des formes plus subtiles en Occident où les peuples voient leurs « acquis » fondre, sans trouver les formes traditionnelles d’organisation pour les protéger. Alors que, face à la rupture du « contrat social » et à l’affaiblissement de l’État, le développement de la délinquance et le recours à l’émeute servent d’argument à la mise en place d’un discours sécuritaire musclé, on s’achemine vers une exacerbation des conflits sans qu’une alternative ne se profile, autre que fascisante si tant est qu’elle puisse triompher.

Les ingrédients sont le profond discrédit qui frappe la démocratie en vigueur et les personnels politiques qui alternaient au pouvoir : les attaques frontales contre les conditions de vie de la majorité de la population, la dérégulation du marché du travail, l’expansion du chômage et de la précarité, et une communication qui sème la peur de l’autre.

Autant de facteurs qui laissent entrevoir une confrontation majeure entre les États et la société, sur fond d’exploitation du communautarisme, au premier chef, et de violences qui pourraient entraîner des ruptures irrémédiables de groupes sociaux entiers, constitués en riposte à la répression qui ne manquera pas de se généraliser.

Un remake de la « République de Weimar » (Allemagne) est à l’œuvre, avec, en principe, l’expérience en plus.

En ce sens, les soubresauts internes aux puissances industrialisées peuvent, toutefois, être canalisés dans une « solidarité nationale » vers la consécration d’un retour aux empires coloniaux, qui ont été à la base du boom économique et de la prospérité. Ils en sont certainement l’un des moteurs, même si la ploutocratie bancaire ne se préoccupe pas de la stabilité des pouvoirs en place et maintient sa dictature budgétivore qui produit pauvreté et révolte.

A. H.

Ahmed Halfaoui

URL de cet article 20464
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Guide du Paris rebelle
Ignacio RAMONET, Ramon CHAO
Mot de l’éditeur Organisé par arrondissement - chacun d’eux précédé d’un plan -, ce guide est une invitation à la découverte de personnages célèbres ou anonymes, français ou étrangers, que l’on peut qualifier de rebelles, tant par leur art, leur engagement social ou encore leur choix de vie. Depuis la Révolution française, Paris est la scène des manifestations populaires, des insurrections et des émeutes collectives. Toutes ayant eu un écho universel : la révolution de 1830, celle de 1848, la Commune, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"cette cloture a été placée pour votre protection. Ne vous en approchez pas, ne tentez pas de la traverser ou nous vous tirerons dessus".

panneau (en anglais) accroché sur une cloture de fils de fer barbelés qui entoure la ville d’Abu Hishma (Irak)

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.