RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des audiences - JOUR 13 (24 septembre 2020)

  • Des experts médicaux sur les dangers de l’extradition
  • "Risque très élevé" de suicide si Assange est extradé
  • Cryptome a publié en premier les câbles non expurgés
  • Témoignage de Dr. Nigel Blackwood
  • Témoignage de Dr. Sondra Crosby
  • Témoignage de Dr. Michael Kopelman
  • Témoignage de John Young

Compte-rendu de Craig Murray

Au cours de l’audition des pièces médicales ces trois derniers jours, le gouvernement britannique a été pris à deux reprises à raconter directement des mensonges importants sur les événements survenus dans la prison de Belmarsh, chaque mensonge étant prouvé par des éléments de preuve documentaire. Le facteur commun a été les dossiers médicaux tenus par le Dr Daly, chef des services médicaux de la prison. Il y a également eu, pour ne pas dire plus, une déformation apparente de la part du Dr Daly. Personnellement, je me méfie du genre de personne qui impressionne Ross Kemp.

"La semaine prochaine vous verrez la plus grande unité de soins d’une prison au Royaume Uni et nous rencontrerons l’impressionnante Dr Daly qui traite certains des criminels les plus dangereux de Belmarsh et du RU."

Voici une photo du Dr Daly tirée du documentaire de Ross Kemp sur la prison de Belmarsh.

Voici la description que fait M. Kemp de l’aile médicale de Belmarsh : "La sécurité est d’un autre niveau ici, avec six fois plus de personnel par détenu que dans le reste de la prison".

Alors qu’il était dans l’aile médicale ou "clinique", Julian Assange était en fait en isolement, et trois psychiatres et un médecin ayant une grande expérience du traitement des traumatismes ont tous témoigné devant le tribunal que l’état mental et physique d’Assange s’est détérioré alors qu’il était en "soins de santé" pendant plusieurs mois. Ils ont également déclaré que son état s’était amélioré après qu’il ait quitté les "soins de santé". Cela en dit long sur les "soins de santé" qui lui ont été prodigués. Les mêmes médecins ont témoigné qu’Assange a une mauvaise relation avec le Dr Daly et qu’il ne lui confiera pas ses symptômes ou ses sentiments, ce qui a également été affirmé par les avocats de la défense.

Tout cela constitue le contexte essentiel des mensonges. J’en arrive maintenant aux mensonges. Malheureusement, pour ce faire, je dois révéler les détails de l’état de santé de Julian que j’avais cachés, mais je pense que la situation est si grave que je dois maintenant le faire.

Je n’ai pas signalé que le professeur Michael Kopelman avait donné des preuves que, parmi d’autres préparatifs de suicide, Julian Assange avait caché une lame de rasoir dans ses sous-vêtements pliés, mais cela a été découvert lors d’une fouille de sa cellule. Comme je l’ai signalé, Kopelman a été soumis à un contre-interrogatoire extrêmement agressif par James Lewis, qui, le matin, s’était concentré sur l’idée que la maladie mentale de Julian Assange n’était que de la simulation, et que Kopelman n’avait pas détecté cela. La lame de rasoir a été un facteur clé dans le fait que Lewis ait intimidé Kopelman, et il l’a attaqué encore et encore et encore.

Lewis a déclaré que Kopelman "s’est appuyé" sur l’histoire de la lame de rasoir pour son diagnostic. Il l’a ensuite décrite comme un fantasme concocté par Assange pour étayer sa simulation. Lewis a demandé à plusieurs reprises à Kopelman pourquoi, si l’histoire était vraie, elle ne figurait pas dans les notes cliniques du Dr Daly ? Si un prisonnier, connu pour être dépressif, avait une lame de rasoir trouvée dans sa cellule, elle figurerait sûrement dans le dossier médical de la prison. Pourquoi le professeur Kopelman n’avait-il pas noté dans son rapport que le dossier médical du Dr Daly ne contenait aucune preuve de l’existence de la lame de rasoir ? Cachait-il cette information ? N’était-il pas très étrange que cet incident ne figure pas dans les notes médicales ?

Dans une tentative d’humilier Kopelman, Lewis a déclaré

"Vous dites que vous ne comptez pas sur la lame de rasoir pour votre diagnostic. Mais vous vous y fiez. Examinons donc votre rapport. Vous vous appuyez sur la lame de rasoir au paragraphe 8. Vous le mentionnez à nouveau au paragraphe 11a. Ensuite, au paragraphe 11c. Puis au paragraphe 14, au paragraphe 16, au paragraphe 17b, au paragraphe 18a. Puis nous arrivons à la section suivante et la lame de rasoir est là, aux paragraphes 27 et 28. Puis à nouveau dans le résumé, elle se trouve aux paragraphes 36 et 38. Alors dites-moi, professeur, comment pouvez-vous dire que vous ne comptez pas sur la lame de rasoir ?"

[Je ne donne pas les vrais numéros des paragraphes ; ils sont indicatifs].

Lewis a ensuite invité Kopelman à modifier son diagnostic. Il lui a demandé plus d’une fois si son diagnostic serait différent s’il n’y avait pas de lame de rasoir et que c’était une invention d’Assange. Kopelman était manifestement déconcerté par cette attaque. Il a convenu qu’il était "très étrange" que les notes médicales ne mentionnent pas si c’était vrai. La flagrante attaque selon laquelle il avait naïvement cru à un mensonge évident a déconcerté Kopelman.

Sauf que c’était Lewis qui ne disait pas la vérité. Il y avait vraiment une lame de rasoir cachée, et ce qu’Assange avait dit à Kopelman, et ce que Kopelman avait cru, était vrai dans chaque détail. Dans une scène tout droit sortie d’un drame juridique télévisé, lors du témoignage de Kopelman, la défense avait réussi à obtenir l’acte d’accusation de la prison de Belmarsh - Assange avait été accusé du délit de la lame de rasoir. L’acte d’accusation est daté du 7 mai 2019 à 9 heures, et voici ce qu’il dit :

Gouverneur,

Le 19/05/19 vers 15h30, l’officier Carroll et moi-même avons effectué une recherche matricielle de routine dans le 2-1-37 occupé uniquement par M. Assange A9379AY. On lui a demandé avant de commencer la fouille si tout ce qui se trouvait dans la cellule lui appartenait, ce à quoi il a répondu "à ma connaissance, oui". Au cours de cette fouille, j’ai soulevé une paire de ses sous-vêtements personnels tout en fouillant l’armoire. Lorsque je les ai soulevés, j’ai entendu un objet métallique tomber dans l’armoire. Lorsque j’ai cherché ce que c’était, j’ai vu la moitié d’une lame de rasoir qui avait été dissimulée dans ses sous-vêtements personnels. Cet objet avait été placé dans le dossier de pièces à conviction numéro M0001094.

Ceci conclut mon rapport

Signé
Off Locke

On m’a ensuite montré une copie et j’ai eu droit de la photographier :

Lorsque, mardi, Edward Fitzgerald QC a produit cette feuille d’accusation au tribunal, elle ne semblait pas être une nouvelle pour l’accusation. James Lewis QC a paniqué. Un peu trop vite, Lewis s’est levé d’un bond et a demandé au juge de noter qu’il n’avait jamais dit qu’il n’y avait pas de lame de rasoir. Fitzgerald répondit que ce n’était pas l’impression qui avait été donnée. Depuis la barre des témoins et sous serment, Kopelman a déclaré que ce n’était pas non plus l’impression qu’on lui avait donnée.

Et ce n’était certainement pas l’impression qu’on m’avait donnée dans la tribune du public. En affirmant à plusieurs reprises que si la lame de rasoir existait, ce serait dans les notes médicales, Lewis avait, à tout le moins, induit le témoin en erreur sur un fait matériel, qui avait en fait affecté son témoignage. Et Lewis l’avait fait précisément dans ce but.

Paniqué, Lewis s’est ensuite enfoncé en affirmant désespérément que l’accusation portée contre M. Assange avait été rejetée par le gouverneur. L’accusation en savait donc certainement plus sur les événements entourant la lame de rasoir que la défense.

Baraitser, voyant arriver le naufrage, a saisi la même branche à laquelle Lewis s’accrochait avec désespoir, et a déclaré que si l’accusation avait été rejetée, alors il n’y avait aucune preuve de l’existence de la lame de rasoir. Fitzgerald a souligné que c’était absurde. L’accusation peut avoir été rejetée pour de nombreuses raisons. L’existence de la lame ne faisait aucun doute. Julian Assange l’avait attestée et deux gardiens de prison l’avaient attestée. Baraitser a déclaré qu’elle ne pouvait se baser que sur la décision du directeur de la prison.

Bien que Baraitser puisse essayer de le cacher, Lewis attaqua le professeur Kopelman sur l’existence de la lame lorsque Lewis donna par la suite toutes les apparences d’un homme qui savait très bien depuis le début qu’il y avait des preuves irréfutables de l’existence de la lame. Le fait que Baraitser tente de protéger à la fois Lewis et l’accusation en prétendant que l’existence de la lame dépend de l’issue de l’accusation, alors que les trois personnes présentes dans la cellule au moment de la perquisition étaient d’accord sur son existence, y compris Assange, constitue peut-être l’abus de procédure judiciaire le plus flagrant de Baraitser à ce jour.

Après son témoignage, je suis allé prendre un gin tonic avec le professeur Kopelman, qui est un vieil ami. Nous n’avons eu aucun contact depuis deux ans, précisément à cause de son implication dans l’affaire Assange en tant qu’expert médical. Michael était très inquiet de ne pas avoir été très performant lors de sa séance de preuves le matin, bien qu’il ait pu répondre plus clairement l’après-midi. Et son inquiétude pour le matin était due au fait qu’il avait été déconcerté par la question de la lame de rasoir. Il avait bien compris que Lewis disait qu’il n’y avait pas de lame de rasoir dans les dossiers de la prison et que Michael avait donc été trompé par Julian. S’il avait été trompé, il s’agissait bien sûr d’un échec professionnel et Lewis avait réussi à lui faire éprouver de l’anxiété alors qu’il se trouvait à la barre des témoins.

Je dois dire clairement que je ne crois pas un seul instant que la partie gouvernementale ne savait pas tout au long de la procédure que la lame de rasoir était réelle. Lewis a procédé à un contre-interrogatoire à l’aide de notes détaillées préparées sur la lame de rasoir et avec toutes les références à celle-ci figurant dans le rapport de Kopelman. Que l’accusation ait procédé ainsi sans demander à la prison si l’incident était vrai, défie le bon sens.

Le jeudi, Edward Fitzgerald a remis à Baraitser le compte-rendu de l’audience de la prison où l’accusation a été discutée. C’était un long document. La décision du gouverneur se trouve au paragraphe 19. Baraitser a dit à Fitzgerald qu’elle ne pouvait pas accepter le document car c’était une nouvelle pièce à conviction. Fitzgerald lui a dit qu’elle avait elle-même demandé l’issue de l’accusation. Il a dit que le document contenait des informations très intéressantes. Baraitser a dit que la décision du gouverneur se trouvait au paragraphe 19, c’est tout ce qu’elle avait demandé, et qu’elle refuserait de prendre en considération le reste du document. Fitzgerald a déclaré que la défense pourrait souhaiter faire une déclaration officielle à ce sujet.

Je n’ai pas vu ce document. Sur la base des déclarations antérieures de Baraitser, je suis assez certain qu’elle protège Lewis de cette manière. Au paragraphe 19, la décision du gouverneur rejette probablement les accusations, comme l’a dit Lewis. Mais les paragraphes précédents, que Baraitser refuse de prendre en compte, indiquent presque certainement que la possession de la lame de rasoir par Assange était incontestée, et explique très probablement son intention de l’utiliser pour se suicider.

Donc, pour citer Lewis lui-même, pourquoi cela ne figurerait-il pas dans les notes médicales du Dr Daly ?

Même cette histoire alarmante ne m’a pas semblé suffisamment puissante pour justifier la publication des détails personnels concernant Julian. Mais cela s’est produit à nouveau.

Jeudi matin, le Dr Nigel Blackwood, lecteur en psychiatrie médico-légale au Kings College de Londres, a témoigné pour l’accusation. Il a essentiellement minimisé tous les diagnostics de maladie mentale de Julian, et a contesté qu’il souffrait du syndrome d’Asperger. Au cours de cette minimisation, il a déclaré que lorsque Julian avait été admis dans l’aile des soins de santé le 18 avril 2019, ce n’était pas pour une raison médicale. C’était uniquement pour l’isoler des autres prisonniers en raison de la vidéo de lui qui avait été prise et diffusée par un prisonnier.

Fitzgerald a demandé à Blackwood comment il savait cela, et Blackwood a répondu que le Dr Daly lui avait dit pour son reportage. La défense a alors produit un autre document de la prison qui montrait que le gouvernement mentait. Il s’agit d’un rapport du personnel de la prison daté de 14h30 le 18 avril 2019 et qui dit spécifiquement que Julian était "très déprimé" et qu’il avait des pulsions suicidaires incontrôlables. Il suggérait de le transférer dans l’aile médicale et mentionnait une rencontre avec le Dr Daly. Julian a en fait été transféré le jour même.

Fitzgerald a fait savoir à Blackwood qu’Assange avait manifestement été transféré dans l’aile médicale pour des raisons médicales. Son témoignage était faux. Blackwood continue à affirmer qu’Assange a été déplacé uniquement à cause de la vidéo. Les notes médicales du Dr Daly n’indiquent pas qu’il a été déplacé pour des raisons médicales. La juge a rappelé Fitzgerald à l’ordre pour avoir dit "n’importe quoi", bien qu’elle ait permis à Lewis d’être beaucoup plus dur que cela avec les témoins de la défense. Fitzgerald a demandé à Blackwood pourquoi Assange serait déplacé dans l’aile médicale à cause d’une vidéo prise par un autre prisonnier ? Blackwood a répondu que le gouverneur avait trouvé la vidéo "embarrassante" et s’inquiétait de "l’atteinte à la réputation" de la prison.

Voyons donc ce qu’il en est. Le Dr Daly n’a pas mis dans les notes médicales qu’Assange avait caché un rasoir pour suicide dans sa cellule. Le Dr Daly n’a pas indiqué dans les notes médicales que, le jour même où Assange a été transféré dans l’aile médicale, une réunion du personnel avait dit qu’il devrait être transféré dans l’aile médicale pour des pulsions suicidaires incontrôlables. Ensuite, Daly raconte à Blackwood les raisons du transfert d’Assange dans l’aile médicale, pour l’aider à minimiser l’état de santé d’Assange.

Ou alors, examinons l’autre histoire. L’histoire officielle est que les soins de santé - pour citer Ross Kemp où "la sécurité est à un autre niveau" - sont utilisés pour l’isolement, pour maintenir les prisonniers en isolement pour des raisons entièrement non médicales. En effet, pour éviter "l’embarras", pour éviter "l’atteinte à la réputation", Assange a été maintenu en isolement dans "les soins de santé" pendant des mois alors que, selon quatre médecins dont sur ce point même Blackwood, sa santé s’est détériorée à cause de l’isolement. Alors qu’il était sous les "soins" du Dr Daly. Et c’est là l’histoire officielle. Le mieux qu’ils puissent trouver est "il n’était pas malade, nous l’avons mis en "soins de santé" pour des raisons totalement illégitimes en guise de punition". Pour éviter la "gêne" si les prisonniers prenaient sa photo.

Je vais écrire au juge Baraitser pour lui demander une copie de la transcription du contre-interrogatoire de Lewis sur la lame de rasoir du professeur Kopelman, en vue de dénoncer Lewis au Conseil de l’ordre des avocats. Je me demande si le Conseil médical général n’aurait pas de raison de se pencher sur la pratique du Dr Daly dans cette affaire.

Le dernier témoin était le Dr Sondra Crosby, en tant que médecin qui avait soigné Julian depuis son séjour à l’ambassade d’Équateur. Le Dr Crosby semblait être une personne merveilleuse et bien que son témoignage ait été très convaincant, je ne vois là encore aucune raison valable de le révéler.

À la fin de la séance de jeudi, deux déclarations de témoins ont été très rapidement lues dans le compte rendu. C’était en fait très important, mais cela est passé presque inaperçu. John Young, de cryptome.org, a témoigné que Cryptome avait publié les câbles non expurgés le 1er septembre 2011, c’est-à-dire la veille de leur publication par Wikileaks. Cryptome est basé aux Etats-Unis mais n’a jamais été approché par les forces de l’ordre pour ces câbles non expurgés, ni demandé de les retirer. Les câbles sont toujours en ligne sur Cryptome.

De même, Chris Butler, responsable de Internet Archives, a témoigné que les câbles non expurgés et d’autres documents classifiés étaient toujours disponibles sur Wayback Machine. On ne leur avait jamais demandé de les retirer ni menacé de poursuites.

https://www.craigmurray.org.uk/archives/2020/09/your-man-in-the-public...


Des experts médicaux sur les dangers de l’extradition

La procédure d’aujourd’hui a principalement consisté en un témoignage en direct du Dr Nigel Blackwood, le psychiatre de l’accusation qui a examiné Assange en prison, et du Dr Sondra Crosby, qui a rendu visite à Assange à plusieurs reprises à l’ambassade équatorienne et à Belmarsh. Une fois de plus, comme ce témoignage portait sur l’état de santé et l’histoire personnelle de Julian, nous allons essayer de résumer les parties pertinentes plutôt que de fournir tous les détails.

Le Dr Nigel Blackwood est consultant en psychiatrie légale auprès du NHS, et il a produit un rapport pour l’accusation sur la santé mentale d’Assange et son risque de suicide en cas d’extradition. Le Dr Blackwood a déjà témoigné en faveur de l’extradition dans l’affaire Korcala contre l’autorité judiciaire polonaise en 2017.

Le témoignage médical est utilisé pour établir si "l’état physique ou mental de la personne est tel qu’il serait injuste ou oppressif de l’extrader", car cela violerait la section 91 de la loi britannique sur l’extradition de 2003, et pour prévenir la violation de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui stipule que "Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants".

Le Dr Blackwood a déterminé qu’Assange était "modérément déprimé" et a reconnu "qu’il y a sans aucun doute un certain risque de tentative de suicide en cas d’extradition", mais il ne pense pas que cela représente un "risque élevé". Blackwood s’est appuyé sur la norme établie dans l’affaire USA contre Turner, selon laquelle la personne faisant l’objet d’une extradition doit être "capable de contrôler" son propre risque de suicide, et il a estimé qu’Assange, qu’il a qualifié de "très résistant" et de "débrouillard", en serait capable.

Outre l’affaire USA v Turner, il existe également un précédent pertinent dans l’affaire USA v Lauri Love, dans laquelle la Haute Cour britannique a annulé la décision du juge de la juridiction inférieure selon laquelle Love pouvait être extradé parce que le juge s’était trop appuyé sur les assurances que le Bureau américain des prisons pouvait fournir des soins de santé mentale adéquats et prévenir le suicide en prison.

L’avocat de la défense Ed Fitzgerald a donc demandé au Dr Blackwood de commenter la question de savoir si les conditions dans lesquelles Assange serait détenu aux États-Unis pouvaient être considérées comme "largement équivalentes" à celles du Royaume-Uni. La défense et l’accusation s’accordent à dire que si Assange est extradé, il sera détenu avant son procès au centre de détention d’Alexandria (ADC) en Virginie. La défense soutient que s’il est condamné, Assange sera envoyé après le procès à ADX Florence, une prison Supermax dans le Colorado. L’accusation ne confirme pas qu’Assange y serait envoyé, mais fournit des preuves concernant l’établissement pour répondre aux arguments de la défense.

Au tribunal, le Dr Blackwood a admis qu’il avait pris sa décision en se basant sur la déclaration sous serment du gouvernement américain de l’assistant du procureur américain Gordon Kromberg, dans laquelle ce dernier affirme qu’"il n’y a pas d’isolement cellulaire" à l’ADC en Virginie. Il a fait sa déclaration avant de voir la déposition d’Eric Lewis, avocat de Reprieve, qui a témoigné sur l’expérience de ses clients dans le cadre des MAS et en isolement au CDA. Le Dr. Blackwood a seulement déclaré qu’il acceptait qu’il y ait un éventail d’opinions en ce qui concerne l’isolement cellulaire, mais il a largement reconnu que le placement d’Assange en isolement cellulaire sous MAS, qui l’empêcherait pratiquement de communiquer avec le monde extérieur, serait "nuisible" à sa santé mentale. Le Dr Blackwood a également convenu que la question devrait être traitée par des experts des prisons américaines, ce qu’il n’est pas.

Dr. Sondra Crosby : "risque très élevé" de suicide si Assange est extradé

Cet après-midi, nous avons entendu le témoignage du Dr Sondra Crosby, témoin de la défense, professeur associé de médecine et de santé publique à l’université de Boston et expert de l’impact physique et psychologique de la torture, qui a visité Assange à l’ambassade équatorienne à Londres, à partir d’octobre 2017.

En janvier 2018, le Dr Crosby a co-écrit, avec les deux médecins qui ont visité Assange avec elle,"Nous avons examiné Julian Assange, et il a grandement besoin de soins - mais il ne peut pas les obtenir"

"En tant que cliniciens ayant une expérience combinée de quatre décennies de soins aux réfugiés et autres populations traumatisées, nous avons récemment passé 20 heures, sur trois jours, à effectuer une évaluation physique et psychologique complète de M. Assange. Bien que les résultats de cette évaluation soient protégés par le secret médical, nous sommes d’avis, en tant que professionnels, que la poursuite de son internement est dangereuse pour lui, physiquement et mentalement, et constitue une violation manifeste de son droit aux soins de santé."

Le Dr Crosby a également écrit que sa visite de février 2019 à l’ambassade a été espionnée et que ses notes médicales ont été recueillies. "Le droit de M. Assange au secret médical a été violé, et ses informations confidentielles ont été violées", a-t-elle déclaré.

Témoignant par liaison vidéo à distance, le Dr Crosby a déclaré aujourd’hui qu’à l’ambassade, M. Assange a présenté des symptômes de SSPT et de détresse psychologique. Il s’est plaint d’un certain nombre de symptômes physiques que le Dr Crosby a trouvés "très inquiétants", mais elle n’avait aucun moyen de procéder à une évaluation physique nécessaire à l’époque.

Sur la question de savoir s’il serait injuste d’envoyer Julian aux États-Unis, le Dr Crosby a déclaré : "Assange court un très grand risque de se suicider s’il devait être extradé".

Cryptome a publié en premier les câbles non expurgés

À la toute fin de la procédure d’aujourd’hui, la défense a lu à haute voix une déclaration de témoin importante et conséquente de John Young, administrateur de cryptome.org.

"J’ai publié sur Cryptome.org des câbles diplomatiques non expurgés le 1er septembre 2011 à l’adresse https://cryptome.org/z/z.7z et cette publication est toujours disponible à l’heure actuelle.

Depuis que j’ai publié sur Cryptome.org les câbles diplomatiques non expurgés, aucune autorité policière américaine ne m’a notifié que cette publication des câbles est illégale, qu’elle consiste ou contribue à un crime de quelque manière que ce soit, et n’a demandé leur retrait."

Cette déclaration est un élément de preuve essentiel contre l’inculpation du gouvernement américain contre Assange pour avoir publié les câbles diplomatiques non expurgés en 2011. L’accusation doit prouver la "double incrimination", c’est-à-dire que les délits présumés d’Assange aux États-Unis seraient également un crime au Royaume-Uni. La republication de documents classifiés n’est pas un crime aux termes de la loi britannique sur les secrets officiels, contrairement à leur publication.

Cette déclaration de témoin corrobore les témoignages précédents de John Goetz et d’autres personnes sur la chronologie des événements, selon lesquels WikiLeaks n’a pas été le premier à publier les câbles non expurgés et a en fait pris grand soin d’empêcher la divulgation des noms.

La défense a également lu une déclaration de Christopher Butler de l’Internet Archive, également connu sous le nom de Wayback Machine, un registre historique de l’internet basé aux Etats-Unis et basé sur des instantanés de sites web au fil du temps. Butler confirme que l’Internet Archive héberge encore aujourd’hui les archives des publications de WikiLeaks et que le gouvernement américain n’a jamais tenté de retirer ces données de la circulation.

https://defend.wikileaks.org/extradition-hearing/

Traduction "tout ce que les médias ne vous raconteront pas" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des audiences
URL de cet article 36500
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Histoire de ta bêtise
François Bégaudeau
PREFACE D’abord comme il se doit j’ai pensé à ma gueule. Quand en novembre les Gilets jaunes sont apparus pile au moment où Histoire de ta bêtise venait de partir à l’imprimerie, j’ai d’abord craint pour le livre. J’ai croisé deux fois les doigts : une première fois pour que ce mouvement capote vite et ne change rien à la carte politique que le livre parcourt ; une second fois pour que, tant qu’à durer, il n’aille pas jusqu’à dégager Macron et sa garde macronienne. Pas avant le 23 janvier 2019, date de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Citoyens,

Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre vie, souffrant des mêmes maux. Défiez-vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables. Défiez-vous également des parleurs, incapables de passer à l’action ; ils sacrifieront tout à un beau discours, à un effet oratoire ou à mot spirituel. Evitez également ceux que la fortune a trop favorisés, car trop rarement celui qui possède la fortune est disposé à regarder le travailleur comme un frère. Enfin, cherchez des hommes aux convictions sincères, des hommes du peuple, résolus, actifs, ayant un sens droit et une honnêteté reconnue. Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste, et c’est aux électeurs à choisir leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. Citoyens, Nous sommes convaincus que si vous tenez compte de ces observations, vous aurez enfin inauguré la véritable représentation populaire, vous aurez trouvé des mandataires qui ne se considèrent jamais comme vos maîtres.

Le Comité Central de la Garde Nationale »

Texte de l’affiche apposée avant l’élection de la Commune de Paris, 25 mars 1871.

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.