RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des audiences - JOUR 11 (22 septembre 2020)

  • Risque élevé de suicide si Assange est extradé
  • Témoignage de Dr. Michael Kopelman

Compte-rendu de Craig Murray

Lorsque Daniel Ellsberg a publié les Pentagon Papers, le gouvernement américain a cambriolé le bureau de son psychiatre afin de chercher des preuves médicales pour le discréditer. Julian Assange a été obligé de se soumettre, alors qu’il se trouvait dans un état d’affaiblissement mental et physique et dans des conditions d’incarcération des plus dures, à l’examen de psychiatres nommés par le gouvernement américain. Il a trouvé cette expérience intrusive et traumatisante. Il s’agit d’un cambriolage de l’esprit.

Julian est profondément inquiet que ses antécédents médicaux soient utilisés pour le discréditer, lui et tout ce pour quoi il a travaillé, pour dépeindre les réalisations de Wikileaks en matière de promotion d’un gouvernement ouvert et de la connaissance des citoyens comme le fruit d’un esprit dérangé. Je ne doute pas que cela sera tenté, mais heureusement, il y a eu un réel changement dans la compréhension et la reconnaissance de la maladie mentale par le public. Je ne pense pas que les épisodes périodiques et peu fréquents de dépression très grave de Julian seront présentés avec succès sous un mauvais jour, malgré l’attitude incroyablement grossière et insensible affichée aujourd’hui devant les tribunaux par le gouvernement américain, qui a apparemment échappé à l’évolution des mentalités de ces dernières décennies.

J’en parle avant de venir aux audiences de mardi car, pour une fois, mon récit sera moins détaillé que les autres, car j’ai décidé de censurer une grande partie de ce qui a été dit. Je le fais parce que, s’agissant de son passé médical, le droit à la vie privée de Julian ne doit pas être aboli par cette procédure. J’ai discuté de ce point en détail avec Stella Morris. J’ai bien sûr mis cela en balance avec mon devoir de journaliste envers vous, le lecteur, et j’ai décidé que le droit à la vie privée médicale est plus important, indépendamment de ce que d’autres publient. J’ai donc donné un compte rendu aussi complet que possible, en omettant toute mention de comportements, de symptômes et de détails plus personnels.

Je pense également que j’aurais pris cette décision indépendamment de l’identité du prévenu. Je ne suis pas seulement partial envers un ami. Dans tous mes comptes rendus de cette procédure, je n’oublie pas que j’étais ami avec Julian. Mais je n’ai rien inventé, et je n’ai rien omis par malveillance.

J’affirme avec fermeté et détermination que mon récit est véridique. Je ne prétends pas qu’il ait été impartial. Car dans un cas d’injustice extrême, la vérité n’est pas impartiale.

Le compte rendu suivant tente de vous donner une image fidèle des événements qui se sont déroulés aujourd’hui dans la salle d’audience, tout en omettant la substance et les détails d’une grande partie de la discussion. Le seul témoin de la journée a été l’éminent psychiatre, le professeur Michael Kopelman, que les lecteurs de Murder in Samarkand connaissent bien. Professeur émérite de psychiatrie au Kings College de Londres et ancien chef du service de psychiatrie de Guy’s et St Thomas’s, le Pr Kopelman a été nommé par la défense (il ne fait pas partie des psychiatres dont Julian se plaint, qui témoigneront plus tard) et avait rendu visite à Julian Assange à 19 reprises dans la prison de Belmarsh. Son rapport détaillé a conclu que

"Je répète que je suis aussi certain qu’un psychiatre peut l’être qu’en cas d’extradition imminente, M. Assange trouverait effectivement un moyen de se suicider,"

Selon les preuves fournies par M. Kopelman, son rapport était basé non seulement sur ses nombreuses consultations avec M. Assange, mais aussi sur une recherche détaillée de ses dossiers médicaux remontant à son enfance, y compris des contacts directs avec d’autres médecins qui avaient traité M. Assange, notamment en Australie, et de multiples entretiens avec sa famille et ses amis de longue date. Son diagnostic de dépression sévère était étayé par des antécédents médicaux de tels épisodes et par des antécédents familiaux étonnants de suicide, ce qui pourrait indiquer une disposition génétique.

Le professeur Kopelman a affirmé avec fermeté qu’il ne trouvait pas qu’Assange était délirant. Les inquiétudes d’Assange concernant l’espionnage et le complot étaient parfaitement rationnelles dans les circonstances.

Kopelman n’avait aucun doute sur le fait que Julian était susceptible de se suicider s’il était extradé. "C’est le désordre qui entraîne le risque de suicide. L’extradition est le déclencheur".

James Lewis QC a contre-interrogé le professeur Kopelman pendant quatre heures. Comme toujours, il a commencé par dénigrer les qualifications du témoin ; le professeur Kopelman était un psychiatre cognitif et non un psychiatre légiste et n’avait pas travaillé dans les prisons. Le professeur Kopelman a souligné qu’il avait pratiqué la psychiatrie légale et témoigné dans de nombreux tribunaux pendant plus de trente ans. Lorsque Lewis s’obstinait à remettre en question ses références, Kopelman en a eu assez et a décidé de sortir de la réserve en matière d’étiquette dans les tribunaux :

"Je fais cela depuis plus de trente ans et à cinq ou six reprises, des avocats de Londres m’ont téléphoné pour me dire que James Lewis QC agissait dans une affaire d’extradition et qu’il était extrêmement désireux d’obtenir mes services pour un rapport. Je pense donc qu’il est un peu fort de votre part de remettre en question mes qualifications". Cela a provoqué des rires très forts au tribunal, que le juge n’a remarquablement pas tenté de faire taire.

L’autre tour que l’accusation a joué une fois de plus a été de donner au professeur Kopelman deux énormes liasses qui lui avaient été envoyées le matin même et qu’il a déclaré n’avoir jamais vues - ce qui n’est pas surprenant puisqu’il a commencé à témoigner à 10 heures. Il s’agissait de pièces importantes que le professeur Kopelman n’avait jamais vues auparavant mais sur lesquelles il devait être interrogé. Le premier était un article académique sur la simulation que Lewis a reproché à Kopelman de ne pas avoir lu. Il a déclaré avoir lu un grand nombre d’articles sur le sujet, mais pas celui-ci en particulier.

Lewis a ensuite lu plusieurs phrases de l’article et a invité Kopelman à les approuver. Il a notamment déclaré que "les compétences cliniques ne suffisent pas à elles seules pour diagnostiquer la simulation" et que l’équipe clinique est la mieux placée pour détecter la simulation. Le professeur Kopelman a refusé de souscrire à l’une ou l’autre de ces propositions sans réserve et a dû, à plusieurs reprises au cours des quatre heures, réfuter les affirmations de Lewis selon lesquelles il l’avait fait.

Il s’agit là d’une autre technique continuellement déployée par l’accusation, qui s’empare d’un seul élément et tente de lui donner le statut de sainte écriture, alors que JStor ferait sans doute ressortir des centaines d’articles contradictoires. Sur la base de ce seul article, Lewis devait continuellement affirmer et/ou insinuer que seul le personnel médical de la prison était en mesure de juger de l’état d’Assange. Edward Fitzgerald QC pour la défense devait plus tard affirmer que l’article, lorsqu’il faisait référence à "l’équipe clinique", parlait d’hôpitaux psychiatriques et non de prisons. M. Kopelman a refusé de faire des commentaires au motif qu’il n’avait pas lu l’article.

Lewis a maintenant fait un autre de ses tours de passe-passe habituels ; il a tenté de contester l’expertise de Kopelman en insistant pour qu’il déclare, sans vérifier, quels étaient les huit symptômes diagnostiques possibles d’une certaine classification de dépression sévère de l’OMS. Kopelman a simplement refusé de le faire. Il a dit qu’il avait fait un diagnostic clinique de l’état du patient et que ce n’est qu’ensuite qu’il l’avait calibré par rapport aux directives de l’OMS à des fins judiciaires ; et il a souligné qu’il faisait partie de certains des comités de l’OMS qui ont rédigé ces définitions. Elles étaient, dit-il, très politiques et certaines de leurs décisions étaient étranges.

Nous sommes alors entrés dans un processus très long et détaillé où Lewis a parcouru des centaines de pages des notes médicales de la prison d’Assange et a souligné des phrases omises dans le synopsis de seize pages de Kopelman qui tendaient à montrer que la santé mentale d’Assange était bonne, alors que le professeur a répliqué à plusieurs reprises qu’il avait inclus cette opinion sous une forme abrégée, ou qu’il avait également omis d’autres éléments qui disaient le contraire. Lewis a affirmé que le synopsis était partiel et biaisé et Kopelman a déclaré qu’il ne l’était pas.

Lewis a également souligné que certains des antécédents médicaux d’Assange en Australie ne contenaient pas les notes médicales originales. Kopelman a dit que cela provenait de la politique de destruction de l’Etat de Victoria. Lewis n’était prêt à accepter que les antécédents étayés par les notes médicales originales ; Kopelman a expliqué que ces notes elles-mêmes faisaient référence à des épisodes antérieurs, qu’il avait consulté le professeur Mullen qui avait traité Julian, et que si Lewis pouvait souhaiter écarter les comptes rendus de la famille et des amis, il les confierait à un professionnel de la santé qui appliquait la méthode standard de Maudsley pour aborder l’histoire des maladies mentales ; il y avait en outre un compte rendu dans un livre publié en 1997.

Après le déjeuner, Lewis a demandé au professeur Kopelman pourquoi son premier rapport avait cité Stella Morris sans mentionner qu’elle était la partenaire de Julian. Pourquoi dissimulait-il cette connaissance au tribunal ? Kopelman a répondu que Stella et Julian avaient été très soucieux de leur vie privée dans ces circonstances en raison du stress qu’elle et les enfants subissaient. Lewis a déclaré que le premier devoir de Kopelman était envers le tribunal et que cela l’emportait sur leur droit à la vie privée. Kopelman a déclaré qu’il avait pris sa décision. Son deuxième rapport l’a mentionné une fois qu’il a été rendu public. Lewis a demandé pourquoi il n’avait pas explicitement déclaré qu’ils avaient deux enfants. M. Kopelman a déclaré qu’il pensait qu’il valait mieux laisser les enfants en dehors de tout cela.

Lewis a demandé s’il cachait cette information parce que le fait d’avoir un partenaire était une garantie contre le suicide. M. Kopelman a déclaré que certaines études ont montré que le suicide était plus fréquent chez les personnes mariées. En outre, nous avons envisagé ici le stress de la séparation du partenaire et des enfants.

M. Lewis a ensuite abordé la référence faite dans le rapport du professeur Kopelman aux travaux du professeur Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture. Sans préciser le parcours ou la position du professeur Melzer, ni même faire la moindre mention des Nations unies, Lewis a lu sept paragraphes de la lettre du professeur Melzer à Jeremy Hunt, alors ministre britannique des affaires étrangères. Ces paragraphes traitent des circonstances de l’incarcération d’Assange à l’ambassade et de sa persécution continue, y compris la décision du groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire. Lewis a même réussi à laisser les mots "Nations Unies" en dehors du nom du groupe de travail.

En lisant chaque paragraphe, Lewis le qualifiait d’"ridicule", de "bêtise" ou de " absurde", et invitait le professeur Kopelman à le commenter. Chaque fois, le professeur Kopelman a donné la même réponse, à savoir qu’il n’avait utilisé que le travail du psychologue qui avait accompagné le professeur Melzer et qu’il n’avait aucun commentaire à faire sur les parties politiques, qui ne figuraient pas dans son rapport. Baraitser - qui est toujours si soucieux d’écarter les preuves de la défense comme étant non pertinentes et de gagner du temps - a permis que cette lecture des paragraphes non pertinents se poursuive encore et encore. Le seul but était d’inscrire les travaux du professeur Melzer dans le dossier avec une caractérisation dédaigneuse incontestée, et ils n’étaient tout simplement pas pertinents pour le témoin à la barre. C’était une fois de plus le double standard de Baraitser qui était à l’œuvre.

Lewis a ensuite présenté au professeur Kopelman de brefs extraits de la transcription du procès montrant l’interaction de Julian avec le tribunal, comme preuve qu’il n’avait pas de difficultés cognitives graves. Kopelman a répondu que quelques brefs échanges n’avaient en réalité aucune signification, alors que son cri depuis le banc des accusés, alors qu’il n’était pas autorisé à le faire, pouvait être considéré comme symptomatique de la maladie d’Asperger, sur laquelle d’autres psychiatres témoigneraient.

Lewis a de nouveau reproché à Kopelman de ne pas avoir prêté suffisamment attention à la simulation. Kopelman a répondu que non seulement il avait utilisé son expérience et son jugement clinique, mais que deux tests normatifs avaient été appliqués, l’un d’eux étant le test TOMM. Lewis a suggéré que ces tests n’étaient pas destinés à la simulation et que seul le test du Minnesota était la norme. À ce stade, Kopelman semblait réellement agacé. Il a déclaré que le test du Minnesota était très peu utilisé en dehors des États-Unis. Le test TOMM était en effet destiné à la simulation. C’est pourquoi on l’a appelé le Test of Memory Malingering. Encore une fois, il y a eu des rires au tribunal.

Lewis a ensuite suggéré qu’Assange ne pourrait recevoir qu’une peine légère aux États-Unis, de six ans seulement, et qu’il ne pourrait pas être détenu en isolement. Cela changerait-il le pronostic de Kopelman ? Kopelman a déclaré que oui, s’il était réaliste, mais il avait fait trop de cas d’extradition et vu trop d’engagements rompus pour y accorder de l’importance. En outre, il a cru comprendre qu’aucun engagement n’avait été pris.

Lewis a mis en doute l’expertise de Kopelman sur les conditions de détention aux Etats-Unis et a déclaré que Kopelman était partial parce qu’il n’avait pas pris en compte les preuves de Kromberg et d’un autre témoin américain sur le sujet qui doit venir. Kopelman a répondu qu’il n’avait reçu leur témoignage qu’après avoir achevé ses rapports. Mais il l’avait lu maintenant et il avait vu beaucoup d’autres preuves qui le contredisaient, tant dans cette affaire que dans d’autres. Lewis a suggéré qu’il ne lui appartenait pas d’usurper le jugement du tribunal sur cette question, et qu’il devrait modifier son opinion pour refléter l’effet du système carcéral américain sur Assange s’il était tel que Kromberg l’avait décrit. Kopelman a refusé de le faire, disant qu’il doutait de l’expertise de Kromberg et préférait s’appuyer entre autres sur le propre rapport du ministère de la justice de 2017, le rapport du Centre pour les droits constitutionnels de 2017 et le rapport Marshall de 2018.

Lewis a de nouveau fait pression sur Kopelman, et a demandé que si les conditions carcérales et les soins de santé aux États-Unis étaient bons, et si la peine était courte, cela entraînerait une modification de son opinion clinique. Kopelman a répondu que si ces facteurs étaient vrais, alors son opinion changerait, mais il doutait qu’ils soient vrais.

Soudain, Baraitser a répété à haute voix la citation partielle selon laquelle si les conditions de détention aux États-Unis étaient bonnes et si la peine était courte, alors l’opinion clinique de Kopelman changerait, et l’a tapée ostensiblement sur son ordinateur portable, comme si elle était très significative en effet.

C’était de très mauvais augure. Comme elle vit dans un monde particulier où il n’est pas prouvé que quiconque ait jamais été torturé à Guantanamo Bay, je comprends que dans l’univers interne de Baraitser, les conditions de prison dans le Colorado ADX sont parfaitement humaines et les soins médicaux sont très bons. J’ai pu constater que Baraitser s’est soudainement rendue compte de la façon de faire face au professeur Kopelman dans son jugement. Je ne pouvais pas m’empêcher de penser que Julian était la dernière personne de cette cour à avoir besoin d’un psychiatre.

Lewis demandait maintenant, dans son meilleur style rhétorique et sarcastique, si la maladie mentale avait empêché Julian Assange d’obtenir et de publier des centaines de milliers de documents classifiés qui étaient la propriété des États-Unis ? Il a demandé comment, s’il souffrait de dépression sévère, Julian Assange avait pu diriger Wikileaks, écrire des livres, faire des discours et animer une émission de télévision ?

J’avoue qu’à ce stade, je me suis vraiment mis en colère. Le fait que Lewis n’ait pas reconnu la nature épisodique de la maladie dépressive grave, même après que le professeur l’ait expliquée à plusieurs reprises, était intellectuellement pathétique. Il est également grossier, insensible et dépassé de suggérer que le fait d’être atteint d’une maladie dépressive grave pourrait vous empêcher d’écrire un livre ou de diriger une organisation. C’était tout simplement stigmatiser les personnes souffrant de troubles mentaux. J’avoue que j’ai pris cela personnellement. Comme les lecteurs de longue date le savent, j’ai lutté toute ma vie contre la maladie dépressive et je n’ai jamais caché le fait que j’ai été hospitalisé par le passé pour cette maladie, et que j’ai été placé sous surveillance. Pourtant, j’ai réussi les examens de la fonction publique, je suis devenu le plus jeune ambassadeur de Grande-Bretagne, j’ai présidé un certain nombre d’entreprises, j’ai été recteur d’une université, j’ai écrit plusieurs livres et je fais des discours au pied levé. Le fait que Lewis qualifie les dépressifs d’incapables permanents n’est pas seulement grossièrement insensible, c’est une forme de discours de haine et ne devrait pas être acceptable devant un tribunal.

(Je suis un partisan de la liberté d’expression, et si Lewis veut se ridiculiser en affichant son ignorance des maladies mentales en public, je n’ai aucun problème. Mais au tribunal, non).

En outre, Lewis ne représentait pas ses propres opinions mais s’exprimait sur les instructions directes du gouvernement des États-Unis d’Amérique. Pendant quatre heures complètes, Lewis, au nom du gouvernement des États-Unis, a non seulement montré qu’il ne comprenait pas du tout la maladie mentale, mais il n’a jamais, pas une seule seconde, montré un seul signe que la maladie mentale est un sujet pris au sérieux ou pour lequel il existe un minimum de sympathie et de préoccupation. Pas seulement pour Julian, mais pour tout autre malade. Le seul point de vue qui a été exprimé est que la maladie mentale est soit une simulation soit elle vous disqualifie de tout rôle dans la société. Il a par exemple déclaré au nom du gouvernement américain que les antécédents de maladie mentale de Julian en Australie ne seront pas pris en compte parce que les dossiers médicaux ont été détruits.

La seule conclusion possible du témoignage d’hier est que la performance du représentant du gouvernement américain était, en soi, une preuve complète et suffisante qu’il n’y a aucune possibilité que Julian Assange reçoive une considération et un traitement équitables de ses problèmes de santé mentale au sein du système américain. Le gouvernement américain vient de nous le démontrer, en audience publique, à la perfection.

https://www.craigmurray.org.uk/archives/2020/09/your-man-in-the-public...


Psychiatre : Risque élevé de suicide si Assange est extradé

Le Dr Michael Kopelman, professeur émérite de neuropsychiatrie à l’Institut de psychiatrie du King’s College de Londres, a pris la barre aujourd’hui pour témoigner de ses visites en prison à Julian Assange et de ses évaluations médicales. Par respect pour la vie privée de Julian, nous ne partagerons pas tous les détails qui ont été discutés au tribunal, mais nous résumerons les parties les plus pertinentes. Plus pertinent encore, le Dr Kopelman a déclaré que M. Assange, qui a été diagnostiqué comme souffrant de dépression clinique et du syndrome d’Asperger, serait exposé à un risque élevé de suicide s’il était extradé vers les États-Unis.

Le Dr Kopelman a observé chez Julian "une perte de sommeil, une perte de poids, un sentiment de préoccupation et d’impuissance à la suite des menaces qui pèsent sur sa vie, la dissimulation d’une lame de rasoir comme moyen d’automutilation et des ruminations obsessionnelles sur les moyens de se suicider".

"Je suis aussi certain qu’un psychiatre peut l’être qu’en cas d’extradition imminente, M. Assange trouverait effectivement un moyen de se suicider", a-t-il écrit dans ses observations écrites au tribunal.

L’article 91 de la loi britannique de 2003 sur l’extradition interdit l’extradition si "l’état physique ou mental de la personne est tel qu’il serait injuste ou oppressant de l’extrader". La section 91 de la loi de 2003 sur l’extradition interdit l’extradition si "l’état physique ou mental de la personne est tel qu’il serait injuste ou oppressif de l’extrader".

L’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme stipule que "Nul ne peut être soumis à la torture ni à des peines ou traitements inhumains ou dégradants".

L’article 91 et l’article 3 ont tous deux été cités dans l’affaire de Lauri Love, dans laquelle la Haute Cour s’est prononcée contre l’extradition vers les États-Unis de Love, un étudiant en informatique basé au Royaume-Uni qui souffre également du syndrome d’Asperger, pour des crimes informatiques présumés. Ce tribunal a donné raison à Love pour deux raisons : le "forum bar" (c’est-à-dire que les États-Unis, et non le Royaume-Uni, n’étaient pas le bon endroit pour le juger) et les conditions auxquelles il serait confronté dans une prison américaine. "Nous sommes arrivés à la conclusion que l’extradition de M. Love serait oppressante en raison de son état physique et mental", a déclaré le tribunal.

Le tribunal a spécifiquement cité le manque de soins de santé mentale adéquats dans le système carcéral américain. "La surveillance du suicide n’est pas une forme de traitement ; il n’y a aucune preuve qu’un traitement serait ou pourrait être mis à disposition dans le cadre de la surveillance du suicide pour les conditions mêmes que la surveillance du suicide elle-même exacerbe".

Lauri Love a parlé de son cas et de son lien avec celui de Julian lors de notre table ronde en ligne, "A quoi Julian Assange serait-il confronté aux Etats-Unis", à laquelle ont également participé le procureur américain Barry Pollack et le lanceur d’alerte de la CIA Jeffrey Sterling, qui a parlé de son emprisonnement après avoir été condamné en vertu de la loi sur l’espionnage.

Le Dr Kopelman a également témoigné dans l’affaire Love. Dans ce cas, a-t-il dit aujourd’hui, il a reçu des assurances que les prisons américaines protègent contre le suicide. Mais depuis lors, a-t-il noté, Jeffrey Epstein s’est suicidé en prison, et Chelsea Manning a tenté de se suicider dans l’établissement même où Assange serait détenu en détention préventive. "Ces assurances n’étaient pas si rassurantes", a-t-il déclaré.

"L’isolement qu’il connaîtrait en Amérique du Nord serait bien pire que tout ce qu’il a connu à l’ambassade ou à Belmarsh"

Mais avant d’en arriver aux conditions carcérales américaines, la défense établit l’état mental et les évaluations médicales actuelles d’Assange. Le Dr Kopelman a témoigné avoir rencontré Assange à plusieurs reprises, et a constaté qu’il souffrait d’une grave dépression et qu’il se préparait à la fin de sa vie.

Le Dr Kopelman a passé en revue les antécédents personnels, médicaux et familiaux d’Assange comme facteurs de détermination, ainsi que les observations qu’il a faites lors de ces visites. Il a également noté que le Dr Simon Baron-Cohen, expert renommé en autisme, a constaté que le risque de suicide est neuf fois plus élevé chez les patients atteints du syndrome d’Asperger.

En contre-interrogatoire avec le médecin, le procureur James Lewis a tenté de saper l’expertise du Dr Kopelman sur le sujet, suggérant qu’en tant que neuropsychiatre, il traite de l’interaction entre les maladies du cerveau et la santé mentale et n’est donc pas suffisamment qualifié pour commenter cette affaire. Insulté, le Dr Kopelman a déclaré qu’il n’est pas "seulement" un neuropsychiatre, et en fait, Lewis lui-même a demandé les services psychiatriques du Dr Kopelman pour un cas différent, "alors c’est un peu fort" pour Lewis de remettre en question ses qualifications.

Lewis a ensuite suggéré que le Dr Kopelman est "plus un avocat qu’un psychiatre", ce à quoi le Dr Kopelman a répondu qu’il aimerait répondre à cela par un "mot non conventionnel".

Lewis a également tenté à plusieurs reprises d’insinuer qu’Assange "fait des simagrées" ou exagère ses symptômes pour induire un diagnostic et éviter l’extradition. Le Dr Kopelman a déclaré qu’il était bien conscient de cette possibilité et qu’il savait qu’il fallait en rechercher les signes, qu’il n’a pas trouvés.

Lewis a ensuite fait valoir que les commentaires de Julian au tribunal, y compris sa réponse à la question de savoir s’il acceptait d’être extradé ("Non") et ses commentaires sur le banc des accusés au milieu des témoignages, indiquent sa capacité à suivre la procédure et donc qu’il ne souffre pas de dépression grave (il avait auparavant essayé d’établir avec le Dr Kopelman qu’une dépression grave signifie une incapacité à fonctionner au travail et dans les activités sociales).

Le Dr Kopelman a réitéré qu’il a principalement évalué Assange de mai à décembre 2019, ainsi qu’une visite au printemps, mais il ne pense pas que ces commentaires excluent un diagnostic de dépression grave. Au contraire, a-t-il dit, ces commentaires au milieu d’une procédure judiciaire apparaissent au Dr Kopelman comme une preuve vers le diagnostic du syndrome d’Asperger.

https://assangedefense.org/live-blog-entry/day-11-september-22-2020-assangecase/

EN COMPLEMENT :

Traduction "tout ce que les médias ne vous raconteront pas" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des audiences
URL de cet article 36498
  

Même Thème
Julian Assange parle
Karen SHARPE
200 citations qui reprennent les mots d’Assange, privé de la parole depuis si longtemps maintenant. A travers différentes thématiques, on comprend l’homme et les raisons qui ont poussé les États-Unis à le poursuivre sans raison. APPEL POUR JULIAN ASSANGE De Julian Assange vous avez beaucoup entendu parler. Souvent en mal. Mais lui-même, l’avez-vous entendu ? Savez-vous ce qu’il a vraiment dit et fait, pourquoi il a fondé Wikileaks, ce qu’il pense de la guerre, d’Internet, du journalisme et de bien (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand l’ordre est injustice, le désordre est déja un commencement de justice.

Romain ROLLAND

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.