RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des audiences - JOUR 9 (18 septembre 2020)

  • Les purges de documents par Assange ont protégé les informateurs
  • Trump a offert le pardon à Assange en échange de ses sources
  • Kidnappé et torturé par la CIA
  • La loi sur l’espionnage suscite un "effet paralysant"
  • Assange nous a dit ce que les Etats-Unis ne voulaient pas nous dire
  • Témoignage de Nicky Hager
  • Témoignage de Jennifer Robinson
  • Témoignage de Khaled el-Masri
  • Témoignage de Carey Shenkman
  • Témoignage de Dean Yates

Compte-rendu de Craig Murray

Vendredi nous a offert les moments les plus chargés d’émotion jamais vécus lors de l’audience d’Assange, a montré que d’étranges et brusques rebondissements dans l’histoire arrivent encore à la Old Bailey, et a mis en lumière certaines questions sur le traitement et la validité des preuves, que je vais aborder en commentaire.

NICKY HAGER

Le premier témoin de la journée était Nicky Hager, le journaliste d’investigation néo-zélandais chevronné. Dans son livre "Hit and Run", dont il est le co-auteur, Hager décrit un raid désastreux des SAS néo-zélandais en Afghanistan, "Operation Burnham", qui n’a abouti qu’à la mort de civils, dont un enfant. Hager a été l’objet de nombreuses calomnies et insultes, et même de raids de police sur sa maison, mais en juillet, un rapport officiel du gouvernement a constaté que tous les faits majeurs de son livre étaient corrects, et que l’armée néo-zélandaise était dangereusement hors de contrôle :

"Les ministres n’ont pas pu exercer le contrôle démocratique de l’armée. Les militaires n’existent pas pour leur propre usage, ils sont censés être contrôlés par leur ministre qui est responsable devant le Parlement".

Edward Fitzgerald a emmené Hager dans son témoignage. Hager a déclaré que les journalistes avaient le devoir de servir le public, et qu’ils ne pouvaient pas le faire sans avoir accès à des sources secrètes d’informations classifiées. C’était encore plus nécessaire pour le bien public en temps de guerre. Les gouvernements font toujours valoir des préjudices à l’encontre de telles divulgations. C’est toujours affirmé. De telles affirmations ont été fréquemment formulées à son encontre tout au long de sa carrière. Aucune preuve n’a jamais été apportée à l’appui de ces allégations selon lesquelles quelqu’un aurait subi un préjudice du fait de ses activités journalistiques.

Lorsque Wikileaks a publié les journaux de guerre afghans, ils ont été une source inestimable pour les journalistes. Ils montraient des détails sur les patrouilles régulières, les forces locales financées par la CIA, les opérations d’aide et de reconstruction, les opérations de renseignement technique, les opérations spéciales et les opérations psychologiques, entre autres. Ils avaient beaucoup contribué à ses livres sur l’Afghanistan. Les informations marquées comme confidentielles sont essentielles à la compréhension de la guerre par le public. Il utilisait fréquemment des documents qui avaient fait l’objet de fuites. Vous deviez juger s’il était dans l’intérêt supérieur du public d’informer le public. Les décisions de guerre et de paix étaient du plus haut intérêt public. Si le public était induit en erreur sur la conduite et le déroulement de la guerre, comment des choix démocratiques pouvaient-ils être faits ?

Edward Fitzgerald a ensuite posé des questions sur la vidéo de meurtres collatéraux et sur ce qu’elle révèle sur les règles d’engagement. Hager a déclaré que la vidéo de meurtres collatéraux avait eu "un impact profond à travers le monde". La publication de cette vidéo et les mots ""Regardez ces salauds morts"" ont changé l’opinion mondiale sur le sujet des victimes civiles. En fait, la conséquence directe est que les règles d’engagement ont été modifiées pour mettre davantage l’accent sur la nécessité d’éviter les pertes civiles.

En novembre 2010, Hager s’est rendu au Royaume-Uni pour rejoindre l’équipe de Wikileaks et s’est impliqué dans la purge et la publication d’articles tirés des câbles relatifs à l’Australasie. Il était l’un des partenaires locaux que Wikileaks avait fait venir pour les câbles, en complément du consortium médiatique initial qui s’occupait des journaux de guerre afghans et irakiens.

L’idée de Wikileaks était un processus rigoureux de rédaction et de publication. Les câbles étaient passés en revue pays par pays. C’était un processus minutieux et diligent. Wikileaks était très sérieux et responsable dans ce qu’il faisait. Sa mémoire impérissable est celle d’être assis dans une pièce avec le personnel de Wikileaks et d’autres journalistes, chacun travaillant pendant des heures et des heures dans un silence total, concentré sur le passage des câbles. Hager avait été très heureux de voir le niveau de soin apporté.

Edward Fitzgerald l’a interrogé sur Julian Assange. Hager a déclaré qu’il le trouvait complètement différent de la présentation médiatique qu’il en avait faite. Il était réfléchi, humoristique et énergique. Il s’est consacré à essayer de rendre le monde meilleur, en particulier dans le climat de réduction des libertés citoyennes dans le monde après le 11 septembre. Assange avait la vision que l’ère numérique permettrait un nouveau type de dénonciation qui pourrait corriger le déséquilibre de l’information entre le gouvernement et le citoyen. Cette vision s’inscrivait dans un contexte où la torture, les restitutions forcées et les crimes de guerre étaient largement commis par les gouvernements occidentaux.

James Lewis QC s’est alors levé pour procéder à un contre-interrogatoire au nom du gouvernement américain.

Lewis : Avez-vous lu l’acte d’accusation et la demande d’extradition ?
Hager : Oui.
Lewis : Quelles sont les accusations que vous y voyez ?
Hager : Je vois un mélange. Des accusations de publication, de possession et d’autres choses encore.
Lewis : Assange n’est pas accusé d’avoir publié la vidéo de meurtre collatéral dont vous parlez tant
Hager : On ne peut pas regarder l’effet des révélations de Wikileaks sur le monde de cette manière ordonnée et compartimentée. Les câbles, les journaux et tout le reste ont affecté le monde dans son ensemble.
Lewis : Assange est-il accusé de la publication de l’un des documents sur lesquels vous vous êtes appuyés dans vos travaux ?
Hager : Il faudrait que je fasse des recherches pour savoir lequel il est accusé de publication et lequel de possession.
Lewis : Avez-vous déjà payé un fonctionnaire du gouvernement pour qu’il vous donne des informations secrètes ?
Hager : Non.
Lewis : Avez-vous déjà piraté un ordinateur ?
Hager : Non, probablement. Cela dépend de votre définition du terme "piraté".
Lewis : En tant que journaliste, vous n’avez été que le destinataire passif d’informations officielles. Vous n’avez probablement jamais rien fait de criminel pour obtenir des informations gouvernementales ?
Hager : Vous avez dit "passif". Ce n’est pas notre façon de travailler. Les journalistes ne se contentent pas de travailler activement avec nos sources. Nous allons à la recherche de nos sources. L’information peut provenir de documents. Elles peuvent provenir d’une clé USB. Dans la plupart des cas, nos sources enfreignent la loi. Notre devoir est d’aider à les protéger pour qu’elles ne se fassent pas prendre. Nous les aidons activement à couvrir leurs arrières parfois.
Lewis : Dans votre rapport sur l’opération Burnham, vous avez protégé vos sources. Mettriez-vous sciemment une source en danger ?
Hager : Non, bien sûr que non. Cependant...
Lewis : Non. Stop. Vous avez répondu.

Edward Fitzgerald QC s’est levé pour objecter mais n’a trouvé aucun soutien de la part du juge.

Lewis : Le 2 septembre 2011, le Guardian a publié un article éditorial abhorrant la publication par Wikileaks de câbles non censurés et déclarant que des centaines de vies avaient été mises en danger. Êtes-vous d’accord avec ces déclarations ?
Hager : Selon mes informations, Wikileaks n’a pas publié les câbles avant que d’autres ne les aient publiés.
Lewis : Nous disons que votre compréhension est erronée. Le 25 août, Wikileaks a publié 134 000 câbles, dont certains portant la mention "protection stricte". Quelle est votre opinion à ce sujet ?
Hager : Je ne vais pas commenter un fait contesté. Je n’en sais rien personnellement.
Lewis : Le livre "Wikileaks : the Inside Story" de David Leigh et Luke Harding du journal Guardian indique qu’Assange "souhaitait publier tout le lot plus tôt". Il indique également que lors d’un dîner au restaurant El Moro, Assange a déclaré que si des informateurs étaient tués, c’est qu’ils l’avaient cherché. Souhaitez-vous faire un commentaire ?
Hager : Je sais qu’il y avait une grande animosité entre David Leigh et Julian Assange au moment où ce livre a été écrit. Je ne considérerais pas cela comme une source fiable. Je ne veux pas donner de la dignité à ce livre en y répondant.
Lewis : Essayez-vous d’aider la cour ou d’aider Assange ? Dans un discours enregistré au Frontline Club, Assange a déclaré que Wikileaks avait seulement le devoir de protéger les informateurs contre des représailles "injustes", et que ceux qui donnaient des informations aux forces américaines pour de l’argent ou qui avaient un comportement "vraiment traître" méritaient leur sort. Soutenez-vous cette déclaration ?
Hager : Non.
Lewis : Vous dites qu’il aurait été impossible d’écrire votre livre sans le matériel confidentiel de Wikileaks. Aviez-vous besoin des noms des informateurs ?
Hager : Non.
Lewis : Le rapport de l’opération Burnham a trouvé à la p.8 que, contrairement à vos affirmations, "les forces de défense néo-zélandaises n’ont pas participé à la préparation et à l’exécution de la planification".
Hager : Ce que vous avez cité ne concerne pas les principales opérations couvertes dans le livre. Il s’agit seulement d’une "note de bas de page mineure" dans le livre. La plupart des conclusions du livre ont été confirmées.
Lewis : Le rapport officiel indique que votre livre "Hit and Run était inexact à certains égards".
Hager : Nous nous sommes trompés sur certains points. Mais les principaux points étaient tous vrais. "Les pertes civiles ont été confirmées. Mort d’un enfant confirmée. Prisonnier battu confirmé. Rapports falsifiés confirmés."
Lewis : Combien de câbles avez-vous personnellement examinés ?
Hager : Quelques centaines. Il s’agissait de câbles concernant spécifiquement l’Australasie.
Lewis : Et quels critères avez-vous utilisés pour faire les expurgations ?
Hager : Il y avait un certain nombre de noms marqués "strictement protégé". Ce n’était pas, dans le contexte, pour des raisons de sécurité dans les pays sur lesquels je travaillais. C’était uniquement pour éviter tout embarras politique.
Lewis : Mais combien de temps avez-vous travaillé à Londres sur les câbles ?
Hager : C’était plusieurs jours, pour faire plusieurs centaines de câbles.
Lewis : Avez-vous montré votre déclaration à la défense sous forme de projet ?
Hager : Oui, je l’ai toujours fait lorsque j’ai soumis une déclaration sous serment.

[C’est normal. Les attestations ou les déclarations des témoins de la défense sont normalement rédigées et, s’il s’agit d’attestations, prises sous serment par les avocats de la défense.]

Lewis : La défense vous a-t-elle suggéré de placer la section sur les règles d’engagement à côté de la vidéo sur les dommages collatéraux ?
Hager : Oui. Mais j’étais très heureux de le faire, cela me semblait parfaitement logique.

Edward Fitzgerald QC s’est alors levé à nouveau pour le réexamen.

Fitzgerald : On vous a demandé si vous saviez de quoi Assange est accusé. Savez-vous qu’il est chargé d’obtenir et de recevoir tous les câbles diplomatiques, les journaux de guerre irakiens, les journaux de guerre afghans, les règles d’engagement et les évaluations des détenus de Guantanamo ?
Hager : Oui.
Fitzgerald : Et il n’aurait pas pu en publier aucun sans les avoir obtenus et reçus au préalable ? Donc la distinction selon laquelle il est accusé d’avoir publié ne fait aucune différence quant à la responsabilité des journalistes comme vous en vertu de la loi sur l’espionnage pour avoir obtenu et reçu des informations classifiées des États-Unis ?
Hager : Oui.
Fitzgerald : Vous travaillez avec des sources. C’est-à-dire la personne qui vous fournit l’information ou le matériel. Et avez-vous le devoir de protéger cette source ?
Hager : Oui.
Fitzgerald : Vous avez été interrogé sur la publication des câbles de septembre 2011. Que savez-vous sur la façon dont cela s’est produit ?
Hager : J’ai cru les gens de Wikileaks et j’ai été témoin de leur extrême sérieux dans le processus de révision auquel ils m’ont invité. Je ne crois pas qu’ils aient soudainement changé d’avis à ce sujet. Cette publication est le fruit d’une série de malchance et d’événements malheureux, et non de Wikileaks. Mais ce processus de rédaction de neuf mois n’a pas été gaspillé. Wikileaks avait, à un stade précoce, averti les autorités américaines et les avait invitées à participer au processus de révision. M. Assange avait souligné aux autorités américaines le danger pour les personnes nommées dans le rapport. Bien que les autorités américaines ne se soient pas impliquées dans la révision du rapport, elles ont lancé un processus massif pour avertir les personnes nommées dans les rapports qu’elles pouvaient être en danger, et pour aider les personnes les plus exposées à prendre des mesures pour se relocaliser. Je pense que c’est un oubli. Julian Assange a offert neuf mois de répit à ces personnes. Je pense aussi que c’est la principale explication de l’absence de décès identifiable et de dommages importants.
Fitzgerald : Selon vous, quelle a été la malchance ?
Hager : Je comprends qu’il s’agissait de la publication d’un mot de passe dans le livre de Leigh/Harding, mais je n’en ai aucune connaissance directe.
Fitzgerald : Dans ce livre, vous avez dit qu’il y avait des tensions entre Luke Harding, David Leigh et Julian Assange.
Hager : Oui, personnellement, je n’accorderais pas beaucoup de confiance à ce livre en tant que source.

J’espère que vous me pardonnerez d’ajouter des connaissances personnelles ici, mais le désaccord n’avait rien à voir avec la révision et tout à voir avec l’argent. Julian Assange a été brièvement l’homme le plus célèbre du monde pendant un certain temps et n’avait pas encore été terni par les allégations arrangées en Suède. Les droits d’un livre d’Assange sur Wikileaks et d’une biographie valaient potentiellement des millions pour les auteurs. Une collaboration a été envisagée avec Leigh, mais Julian a décidé de ne pas y donner suite. Le Guardian était furieux. C’est ce qui s’est réellement passé. Cela semble expliquer pourquoi ils ont plutôt publié un livre pour faire de l’argent en attaquant Assange. Cela n’explique pas vraiment pourquoi ils ont publié dans ce livre le mot de passe].

Fitzgerald : Julian Assange a déclaré au Frontline Club que les sources devaient être protégées de "rétribution injuste". Êtes-vous d’accord avec cela ?
Hager : Oui.
Fitzgerald : Il essayait de faire une distinction avec les catégories qui ne méritent pas d’être protégées. Les informateurs qui donnent de fausses informations pour de l’argent, les agents provocateurs, ceux qui dénoncent des innocents pour des motifs personnels. Nous avons vu la presse au Royaume-Uni, par exemple, nommer certains informateurs en Irlande du Nord qui avaient joué un mauvais rôle. Que pensez-vous du fait de nommer des informateurs dans ce genre de circonstances ?
Hager : Je ne veux pas faire de commentaires sur l’Irlande du Nord. C’est un sujet très difficile.
Fitzgerald : Pouvez-vous nous en dire plus sur la vidéo de meurtre collatéral et les règles d’engagement ?
Hager : Les règles d’engagement régissent simplement quand les soldats peuvent et ne peuvent pas utiliser la force. Elles soulèvent des questions importantes. Sont-elles correctes ? Est-ce qu’elles minimisent les pertes civiles ? Sont-elles compatibles avec le droit des conflits armés ?
Fitzgerald : Une des accusations portait sur la réception et l’obtention des règles d’engagement. Est-ce pour cela que vous les avez mentionnées ?
Hager : Oui. Les soldats conservent toujours le droit de base de la légitime défense. Il n’y a aucune raison de prétendre que leur publication représente un risque grave pour les troupes. On peut dire qu’elle conduit à moins de conflits si les gens savent quand la force sera utilisée et ne le sera pas.
Fitzgerald : Vous affirmez que lorsque la défense vous a demandé de monter la vidéo du meurtre collatéral avec les règles d’engagement, vous avez accepté uniquement sur la base qui était correcte et juste à votre avis ?
Hager : Oui.

JENNIFER ROBINSON

Le tribunal s’est ensuite tourné vers son premier témoin avec "lecture des preuves". Il a été convenu que certains témoins que l’accusation ne souhaite pas contre-interroger verront leur témoignage "lu" dans le dossier sans avoir à se présenter. Après des discussions approfondies et des désaccords entre les avocats, il a été décidé que ce serait un bref résumé ou "l’essentiel" de leur témoignage. Mes rapports pour ce groupe de témoins sont donc l’essentiel d’un essentiel ; dans ce cas-ci, il s’agit du témoignage de Jennifer Robinson.

Jennifer Robinson est une avocate qui conseille Julian Assange depuis 2010. Elle l’a représenté dans ses affaires juridiques suédoises. Le 15 août 2017, il lui a demandé de le rejoindre pour une réunion à l’ambassade équatorienne à Londres avec le membre du Congrès américain Dana Rohrabacher et un assistant Charles Johnson. Rohrabacher avait déclaré qu’il agissait au nom du président Donald Trump et qu’il lui ferait rapport à son retour à Washington.

Rohrabacher a déclaré que l’histoire du "Russiagate" était politiquement préjudiciable au président Trump, qu’elle portait atteinte aux intérêts américains et aux relations américano-russes. Il serait donc très utile que Julian révèle la véritable source des fuites du DNC. Ce serait dans l’intérêt du public.

Julian Assange a demandé la grâce complète de Chelsea Manning et l’abandon de toute accusation portée contre lui en tant qu’éditeur pour des raisons liées au Premier amendement. Rohrabacher a dit qu’il y avait une solution évidente "gagnant-gagnant" et qu’il allait enquêter sur "ce qui pourrait être possible pour le faire sortir". Assange pourrait révéler la source de la DNC en échange d’une "grâce, d’un accord ou d’un arrangement". Assange ne lui avait cependant pas révélé de source.

KHALED EL-MASRI

Il y a eu trois jours d’intenses discussions entre l’avocat et le juge, le gouvernement américain s’opposant âprement à ce que M. El-Masri soit entendu. Un compromis avait été trouvé pour qu’il puisse témoigner à condition de ne pas alléguer qu’il avait été torturé par le gouvernement américain. Cependant, lorsqu’il est venu témoigner, M. El-Masri était étrangement incapable de se connecter par liaison vidéo, alors que l’équipe de la défense avait pu lui parler par vidéo quelques heures auparavant. Le personnel technique du tribunal n’ayant pas été en mesure de résoudre le (hum... hum...) problème technique, plutôt que de simplement reporter son témoignage jusqu’à ce qu’une liaison vidéo soit établie - comme cela s’était déjà produit avec deux autres témoins lorsque des problèmes de qualité se sont posés - la juge Baraitser a soudainement décidé de soulever à nouveau la question de savoir si le témoignage de M. El-Masri devait être entendu.

James Lewis QC pour le gouvernement américain a déclaré qu’ils ne s’opposaient pas uniquement à son témoignage de torture. Ils étaient opposés à toute affirmation selon laquelle un câble diffusé par Wikileaks montrait qu’ils avaient fait pression sur le gouvernement allemand pour qu’il n’arrête pas les personnes concernées par sa prétendue extradition. Le gouvernement américain n’a pas fait pression sur le gouvernement allemand, a déclaré M. Lewis. Mark Summers QC pour la défense a déclaré que la Chambre suprême de la Cour européenne de Strasbourg avait déjà jugé ses affirmations comme étant vraies, et que le câble Wikileaks montrait clairement et sans aucun doute que le gouvernement américain exerçait des pressions sur l’Allemagne.

La juge Baraitser a déclaré qu’elle n’allait pas déterminer si les États-Unis avaient fait pression sur l’Allemagne ou si El-Masri avait été torturé. Ce n’étaient pas les questions qui lui étaient posées. Mark Summers QC a déclaré qu’il s’agissait de savoir si Wikileaks avait accompli un acte nécessaire pour empêcher la criminalité du gouvernement américain et permettre la justice. Lewis a répondu qu’il était inacceptable pour le gouvernement américain que des allégations de torture soient faites.

À ce moment, Julian Assange est devenu très agité. Il se leva et déclara très fort :

"Je ne permettrai pas que le témoignage d’une victime de la torture soit censuré par ce tribunal"

Une grande agitation a éclaté. Baraitser a menacé de faire sortir Julian et de faire tenir l’audience en son absence. Il y a eu une pause à la suite de laquelle il a été annoncé qu’El-Masri ne se présenterait pas, mais que l’essentiel de son témoignage serait lu, à l’exclusion des détails de la torture américaine ou de la pression américaine sur le gouvernement allemand. Mark Summers QC a commencé à lire les témoignages.

Khaled el-Masri, d’origine libanaise, était venu en Allemagne en 1989 et était un citoyen allemand. Le 1er janvier 2004, après des vacances à Skopje, il a été débarqué d’un autocar à la frontière macédonienne. Il a été détenu au secret par des fonctionnaires macédoniens, maltraité et battu. Le 23 juillet, il a été conduit à l’aéroport de Skopje et remis à des agents de la CIA. Ils l’ont battu, enchaîné, encapuchonné et sodomisé. Ses vêtements ont été arrachés, il a été vêtu d’une couche-culotte, enchaîné au sol d’un avion en position cruciforme et rendu inconscient par une injection d’anesthésiant.

Il s’est réveillé dans ce qu’il a éventuellement était l’Afghanistan. Il a été détenu au secret dans une cellule en béton nu avec un seau pour les toilettes. Il a été détenu pendant six mois et interrogé pendant toute cette période [détails de la torture exclus par le juge]. Finalement, en juin, il a été transporté par avion en Albanie, puis conduit les yeux bandés sur une route de montagne isolée et abandonné. Lorsqu’il est finalement rentré en Allemagne, sa maison était déserte et sa femme et ses enfants étaient partis.

Lorsqu’il a rendu son histoire publique, il a fait l’objet d’attaques vicieuses contre son caractère et sa crédibilité et on a prétendu qu’il l’avait inventée. Il pense que le gouvernement a cherché à le réduire au silence. Il a cherché un avocat local et a persisté, pour finalement entrer en contact avec M. Goetz de la télévision publique, qui a prouvé que son histoire était vraie, a retracé les agents de la CIA impliqués jusqu’en Caroline du Nord et a même interviewé certains d’entre eux. En conséquence, les procureurs de l’État de Munich ont lancé des mandats d’arrêt contre ses ravisseurs de la CIA, mais ceux-ci n’ont jamais été exécutés. Lorsque Wikileaks a publié les câbles, la pression exercée sur le gouvernement allemand pour qu’il n’engage pas de poursuites est devenue évidente. Nous savons donc que les États-Unis ont bloqué l’enquête judiciaire sur un crime. La Cour européenne des droits de l’homme s’était explicitement appuyée sur les câbles de Wikileaks pour une partie de son jugement dans cette affaire. La Haute Cour a confirmé qu’il avait été battu, encapuchonné, enchaîné et sodomisé.

Il n’y avait pas eu de responsabilité aux États-Unis. L’inspecteur général de la CIA avait refusé de prendre des mesures dans cette affaire. Le jugement de la CEDH et les documents à l’appui ont été envoyés au bureau du procureur américain dans le district oriental de Virginie - précisément le même bureau qui tente maintenant d’extrader Assange - et ce bureau a refusé de poursuivre les agents de la CIA concernés.

Une plainte a été déposée auprès de la Cour pénale internationale, y compris l’arrêt de la CEDH et les documents de Wikileaks. En mars 2020, la CPI a annoncé qu’elle ouvrait une enquête. En réponse, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré que tout citoyen non américain qui coopérerait à cette enquête de la CPI, y compris les fonctionnaires de la CPI, serait soumis à des sanctions financières et autres.

Enfin, M. El-Masri a déclaré que la publication de Wikileaks lui avait été essentielle pour faire accepter la vérité sur le crime et la dissimulation.

En fait, l’impact de la lecture par Mark Summers de la déclaration d’el-Masri sur le tribunal a été énorme. Summers a un réel don pour transmettre une force morale et contraindre la colère des justes dans son ton. Je pense que le témoignage a eu une impression certaine sur la juge Baraitser ; elle a montré des signes non pas de malaise ou d’embarras, mais de réelle détresse émotionnelle alors qu’elle écoutait attentivement. Par la suite, deux témoins différents, chacun situé dans une section du tribunal différente de la mienne, dans des conversations séparées et spontanées avec moi, m’ont dit qu’ils pensaient que le témoignage d’El-Masri avait vraiment touché le juge. Après tout, Vanessa Baraitser n’est qu’un être humain, et c’est la première fois qu’elle confronte le véritable sujet de cette affaire.

DEAN YATES

Les États-Unis avaient objecté que le témoignage de M. Yates ne devait pas inclure la description du contenu de la vidéo Collateral Murder. Je n’ai pas pu entendre ou comprendre les raisons pour lesquelles Baraitser a accepté cette objection, mais elle l’a fait, et elle a interrompu quatre fois Edward Fitzgerald QC alors qu’il lisait l’"essentiel" de la déclaration de M. Yates, pour lui dire qu’il ne devait pas mentionner le contenu de la vidéo.

Edward Fitzgerald lui a lu que M. Yates était un journaliste très expérimenté qui avait été chef de bureau pour Reuters à Bagdad. Au début du 12 juillet 2007, des " lamentations " ont éclaté dans leur bureau et il a appris que Namir, un photographe, et Saeed, un chauffeur, avaient été tués. Namir était parti tôt pour couvrir un conflit avec des militants. Yates n’a pas pu comprendre ce qui s’était passé. L’armée américaine avait pris les deux appareils photo de Namir et avait refusé de les rendre. Le rapport faisait état de treize morts et de neuf blessés. Il ne semblait pas y avoir de traces d’une fusillade sur les lieux.

Yates avait assisté à un briefing du QG de l’armée américaine où on lui avait dit qu’un groupe hostile avait déployé des engins explosifs improvisés sur la route. On lui a montré des photos de mitrailleuses et de RPG prétendument recueillies sur les lieux. On lui a montré trois minutes de la vidéo. Elle montrait [Ici Baraitser coupe Fitzgerald]. Yates a ensuite demandé à l’armée américaine de lui montrer l’intégralité de la vidéo, ce qui lui a été refusé. Il en a été de même pour les règles d’engagement.

Lorsque Wikileaks a diffusé la vidéo sur le meurtre collatéral, dans la vidéo, Saeed a été montré pendant trois minutes en train de ramper et d’essayer de se relever, pendant que les Américains qui le regardaient à distance lui disaient "allez mon pote, tout ce que tu as à faire c’est de prendre une arme" pour pouvoir lui tirer dessus à nouveau. Le Bon Samaritain s’est arrêté pour aider et les coups de feu ont été vus détruisant son pare-brise et sa voiture. Edward Fitzgerald continuait à lire avec obstination des bribes du témoignage de Yates, tandis que Baraitser lui demandait continuellement de s’arrêter d’une manière presque suppliante.

Yates a déclaré que lorsqu’il a vu la vidéo, il a immédiatement réalisé que les États-Unis leur avaient menti sur ce qui s’était passé. Il s’est aussi immédiatement demandé quelle partie de cette réunion au USHQ avait été mise en scène.

Quelque chose a frappé Yates très fort par la suite. Il a toujours reproché à Namir d’avoir regardé au coin de la rue avec sa caméra, qui avait été prise pour une arme et lui a donc valu d’être abattu. C’est Julian Assange qui a ensuite fait remarquer que l’ordre de tuer Namir avait été donné avant qu’il n’ait regardé au coin de la rue. Il se rappelle très bien qu’Assange a dit "et si c’est dans les Règles d’engagement, alors les Règles d’engagement ont tort". Yates était heureux d’absoudre Namir, mais il se sentait terriblement coupable de l’avoir rendu responsable de sa propre mort.

Yates a conclu que sans Chelsea Manning et Julian Assange, la vérité sur ce qui était arrivé à Namir et Saeed n’aurait jamais été connue. Grâce à Wikileaks, leur mort a eu un effet profond sur l’opinion publique.

James Lewis QC a déclaré que le gouvernement américain n’avait aucune question à poser, mais cela ne signifie pas que les preuves ont été reconnues.

CAREY SHENKMAN

Enfin, nous avons abordé la deuxième partie du contre-interrogatoire de Clair Dobbin sur Carey Shenkman, qui a témoigné sur l’histoire de la loi sur l’espionnage. Cela peut sembler ennuyeux, mais il a en fait été extrêmement révélateur en termes de révélation des revendications du gouvernement américain concernant le droit d’utiliser la loi sur l’espionnage (1917) contre tout journaliste, partout dans le monde, qui obtient des informations classifiées américaines.

Dobbin a ouvert la deuxième partie en demandant à Shenkman s’il soutenait sérieusement qu’il existait une loi qui interdisait de poursuivre un journaliste en vertu de la loi sur l’espionnage pour avoir révélé des informations relatives à la sécurité nationale. Shenkman a répondu que la loi avait des composantes ; la législation, la common law et la constitution, et que celles-ci interagissent. Il y a un argument très fort pour dire que le Premier Amendement empêche de telles poursuites.

Dobbin a demandé si une affaire avait établi ce fait de manière incontestable. Shenkman a répondu qu’il n’y avait jamais eu de telles poursuites, et qu’elles n’avaient donc jamais été portées devant la Cour suprême. Dobbin demande s’il accepte que dans l’affaire du New York Times, la Cour suprême ait dit qu’une telle affaire d’espionnage pouvait être portée devant la Cour suprême. M. Shenkman a répondu que certains juges avaient mentionné cette possibilité dans leurs notes, mais que ce n’était pas ce sur quoi ils se prononçaient et qu’ils n’avaient entendu aucun argument sur la question devant eux.

Dobbin a déclaré que le juge dans l’affaire Rosen avait déclaré que l’affaire du New York Times aurait pu avoir une issue différente si elle avait été poursuivie en vertu de la loi sur l’espionnage 79/3/e et que de telles poursuites futures n’étaient pas exclues. Shenkman a déclaré que le jugement Rosen était une aberration et ne faisait pas référence à la publication dans les médias. Le ministère de la Justice a décidé de ne pas poursuivre l’affaire Rosen. Shenkman l’a renvoyée à un article de la Harvard Law Review de 2007 sur Rosen. Il a été abandonné en raison de préoccupations liées au Premier amendement.

Dobbin a réessayé et a demandé à Shenkman s’il acceptait que le jugement rendu dans l’affaire Rosen ait conclu que l’interprétation des dicta [Obiter dictum : une opinion incidente et secondaire exprimée par un juge, mais qui ne s’applique pas nécessairement au cas sous étude et n’est pas un motif du jugement qu’il rend - Ndt / Wikopedia] dans l’affaire du New York Post (New York Times ? - NdT] n’empêchait pas les poursuites. Shenkman, qui semblait s’en réjouir, a déclaré que la question n’avait pas été portée devant la Cour suprême. Et le jugement Rosen n’a pas été exécuté. Dobbin a suggéré que cela signifiait que la question était défendable dans les deux sens. Shenkman a répondu que le jugement de la Cour suprême à NYT portait sur la restriction préalable.

Dobbin a ensuite demandé à Shenkman s’il acceptait le fait que l’objection de flou concernant la loi sur l’espionnage avait été rejetée par les tribunaux dans les affaires de dénonciation. Shenkman a déclaré qu’il y avait de nombreux cas, parfois contradictoires, dans différentes juridictions d’appel. Mais il s’agissait dans tous les cas d’affaires impliquant des initiés travaillant pour le gouvernement et non des journalistes.

Dobbin a ensuite demandé pourquoi la déclaration du témoin Shenkman n’indiquait pas clairement que la loi sur l’espionnage avait fait l’objet d’un affinement judiciaire. Shenkman a répondu que c’était parce qu’il ne pensait pas que la plupart des universitaires seraient d’accord avec cela. Elle avait été interprétée mais pas affinée. Dobbin a déclaré que l’interprétation avait eu pour effet de réduire sa portée. Elle a cité à nouveau l’arrêt Rosen et l’arrêt Morison. Ils ont réduit le champ d’application à la fuite d’informations officielles préjudiciables aux intérêts des États-Unis. C’était un nouveau test important. Le jugement Rosen a déclaré qu’il s’agissait d’une "garantie claire contre une application arbitraire".

M. Shenkman a répondu que la loi sur l’espionnage n’abordait qu’un aspect particulier, la définition des informations relatives à la sécurité nationale, et que des ouvrages entiers avaient été écrits sur ce sujet. Citer une ligne d’un jugement n’a vraiment pas été utile. D’autres aspects étaient extrêmement larges. Le principal problème de la loi est que la même norme juridique s’applique à toutes les catégories de destinataires - le dénonciateur, l’éditeur, le journaliste, le vendeur de journaux et le lecteur peuvent tous être tenus responsables de la même manière.

Dobbin a ensuite suggéré que les poursuites ne pouvaient pas être politiques car c’est le tribunal qui décide de la définition des informations relatives à la sécurité nationale. M. Shenkman a répondu que, d’autre part, c’est l’exécutif qui décide quels documents sont classifiés, qui est poursuivi et sur quels chefs d’accusation. Ce n’est pas seulement une question de poursuites. On pourrait montrer que la loi sur l’espionnage a eu un effet paralysant sur le journalisme important.

Dobbin a ensuite demandé à Shenkman s’il était d’accord avec le fait que les dispositions en vertu desquelles Assange a été jugé n’avaient jamais eu l’intention de s’appliquer à "l’espionnage classique". Shenkman a déclaré que la plupart des autorités rejetteraient l’idée d’une intention claire et précise. Dobbin a déclaré que dans l’affaire Morison, le jugement avait rejeté l’argument selon lequel la disposition était limitée à l’espionnage classique. Shenkman a plutôt malicieusement convenu que oui, ce jugement avait effectivement élargi l’application de la loi - au lieu de l’affiner. Mais d’autres jugements étaient disponibles. En outre, elle l’avait interrogé sur les motifs. Ce que le Congrès voulait en 1917 et ce que le tribunal Morison avait décidé étaient deux choses différentes. Sous Obama, de nombreuses poursuites ont été engagées avec succès contre des dénonciateurs. Il est clair que les tribunaux ont généralement accepté que ces dispositions s’appliquent aux initiés travaillant pour le gouvernement. Il n’y avait jamais eu de poursuites contre un journaliste ou un éditeur.

Dobbin, qui fait preuve d’une grande persévérance, a demandé à Shenkman s’il acceptait que le jugement Morison dise que seule la disposition 79/4 s’applique à l’espionnage classique. Shenkman a répondu que l’arrêt Morison n’était qu’une seule étoile dans le ciel nocturne parmi la myriade de points de navigation de ces lois. Ils ont ensuite discuté des points de vue de différents professeurs sur le sujet.

Il n’y a pas grand chose qui puisse me désintéresser de cette affaire, et je comprends parfaitement la menace fondamentale que représente l’insistance sur l’application générale de la loi sur l’espionnage contre les journalistes telle qu’elle a été définie par l’accusation, surtout dans le climat politique actuel ; mais c’était vendredi en fin d’après-midi après une semaine très difficile et j’ai mes limites. J’ai décidé de voir combien de vers du livre de Shelley "Le masque de l’anarchie" je pouvais réciter.

Lorsque ma conscience est revenue à tâtons dans la salle d’audience, Dobbin a fait valoir à Shenkman que le fait que de nombreuses poursuites potentielles avaient été abandonnées prouvait simplement que l’acte avait été utilisé de manière responsable et correcte. Shenkman a dit que c’était pour ignorer l’effet paralysant à la fois en général et dans les menaces spécifiques de poursuites. Le blocage a entraîné des frais pour les journaux, des retards et même des faillites. Le président Roosevelt a utilisé la menace de la loi sur l’espionnage pour faire disparaître des journaux noirs indépendants.

Dobbin a suggéré que dans les cas où il avait été décidé de ne pas engager de poursuites en raison du Premier Amendement, ces affaires concernaient des titres de médias importants et responsables. Shenkman a répondu que cela n’était pas vrai du tout. Beacon Press, par exemple, qui a publié l’intégralité des documents du Pentagone, était une petite organisation religieuse.

Dobbin a déclaré qu’aucun des exemples passés ne ressemble à Wikileaks. Shenkman n’était pas du tout d’accord. Il y avait de nombreux points de ressemblance frappants dans différents cas. Dobbin a répondu que le seul but et la seule conception de Wikileaks était de s’approvisionner en matériel auprès de ceux qui avaient le droit de le recevoir et de le donner à ceux qui n’avaient pas le droit de le voir. Il s’agissait d’une sollicitation à grande échelle. Shenkman a déclaré qu’elle cherchait à établir une distinction. Les similitudes avec les affaires Beacon Press et Amerasia étaient évidentes.

Dobbin a conclu que l’opinion et les arguments de Shenkman étaient "frivoles et absurdes".

Mark Summers a ensuite réexaminé l’affaire Shenkman. Il s’est référé à l’affaire Jack Anderson. Anderson avait publié des documents Top Secret entiers, non censurés, en temps de guerre. Il n’avait pas été poursuivi en vertu de la loi sur l’espionnage pour des motifs liés au premier amendement. Shenkman a répondu par l’affirmative, et les documents qu’il avait publiés étaient des renseignements de communication particulièrement sensibles (interceptions).

Summers a fait référence à des phrases de jugements que Dobbin avait invité Shenkman à accepter comme des "déclarations de droit incontestables" mais qui étaient tout sauf cela. Dans l’affaire Morison, il a souligné que les deux autres juges de l’affaire avaient explicitement contredit la phrase même que Dobbin avait citée. Le juge Wilkerson avait déclaré que "l’intérêt du premier amendement pour un débat national informé ne disparaît pas simplement à la mention des mots "sécurité nationale"".

Summers a déclaré que le gouvernement américain s’appuyait surtout sur le jugement Rosen. Il a demandé quel était le niveau du tribunal qui l’avait rendu. Shenkman a répondu qu’il s’agissait d’un tribunal de district, le niveau le plus bas de la juridiction américaine. Et le ministère de la Justice a décidé de ne pas poursuivre. Enfin, Summers a déclaré que Shenkman avait déclaré qu’il n’y avait jamais eu de poursuites, mais qu’il y avait eu des menaces qui ont eu un effet paralysant. Quels types de personnes ont été menacées de poursuites en vertu de la loi sur l’espionnage pour avoir publié ? Shenkman a déclaré que dans tous les cas, il s’agissait de personnes politiques ; des opposants à la présidence, des groupes minoritaires, des pacifistes et des dissidents.

Cela a conclu la semaine.

COMMENTAIRE

Il y a de nombreuses questions sérieuses relatives au traitement des preuves dans cette affaire. Je devrais commencer par dire que le gouvernement des États-Unis s’est opposé à la quasi-totalité des preuves de la défense. Ils veulent que les témoins de la défense soient jugés soit non experts (d’où la grossièreté et les attaques soutenues), soit non pertinents. Le juge Baraitser a décidé qu’elle entendra toutes les preuves, et ne décidera que lorsqu’elle rendra son jugement, de ce qui est et n’est pas admissible.

En revanche, elle a décidé que les témoins ne peuvent disposer que d’une demi-heure pour examiner leurs déclarations avant le contre-interrogatoire. Cela va à l’encontre de la demande du gouvernement américain de ne pas entendre les déclarations des témoins avant le contre-interrogatoire. Théoriquement, Baraitser a accepté, mais elle a laissé une demi-heure pour "orienter le témoin", ce qui permet d’obtenir les faits de base. Baraitser a rejeté les arguments de la défense selon lesquels les déclarations devraient être lues ou expliquées en détail par le témoin au tribunal, pour le bénéfice du public, sur la base que les déclarations sont publiées. Mais elles ne sont pas publiées. La Cour ne les publie pas. Elle en donne des copies aux journalistes enregistrés pour couvrir le procès, mais ces journalistes n’ont aucun intérêt à les publier. Les deux premiers jours, les déclarations des témoins ont été publiées ici, mais pendant plusieurs jours, elles ont cessé. Elles semblent avoir recommencé vendredi, mais cela n’est pas satisfaisant pour le public.

Ensuite, nous avons les éléments de preuve spécifiques qui sont interdits sur objection des États-Unis, comme les détails de la torture d’El-Masri ou du contenu de la vidéo du meurtre collatéral. Je peux comprendre qu’il est vrai que ce tribunal ne juge pas si el-Masri a été torturé - en fait, c’est désormais établi par la CEDH. Mais il est clair que son histoire est pertinente pour la défense de Wikileaks de la publication nécessaire pour prévenir le crime et permettre le processus judiciaire. Le fait est que les États-Unis veulent éviter que l’embarras politique et la publicité médiatique de la torture d’El-Masri et des événements de la vidéo du Meurtre collatéral ne soient détaillés au tribunal. Je ne comprends pas pourquoi un tribunal anglais se conforme à cette censure.

Je suis profondément suspect de la "panne" de la liaison vidéo qui a rendu la preuve en personne d’El-Masri "techniquement impossible" après que le gouvernement américain ait tenté de bloquer ce témoignage pendant plusieurs jours. Je suis également profondément suspect du fait étrange que, contrairement à d’autres témoins ayant des problèmes de vidéo, il n’y a pas eu de reprogrammation. La qualité de la vidéo et du son a été déplorable pour plusieurs témoins de la défense. Dans un monde où nous nous sommes tous habitués aux vidéoconférences ces derniers mois, l’extraordinaire incapacité du tribunal à faire fonctionner la technologie courante constitue un niveau d’incompétence auquel il est difficile de croire.

Enfin et surtout, qu’est-ce qui constitue une preuve ?

Lewis cite constamment et à plusieurs reprises les paroles de Luke Harding et David Leigh aux témoins, plus ou moins tous les jours, mais Leigh et Harding ne sont pas à la barre des témoins pour être contre-interrogés sur leurs paroles. Comme vous le savez, je suis absolument furieux que Lewis ait été autorisé à répéter les mots de Harding sur la conversation au restaurant El Moro pour témoigner après les autres témoins, mais que John Goetz, qui faisait en fait partie de la conversation et était un témoin oculaire, n’ait pas été autorisé par le tribunal à témoigner sur le sujet. C’est tout à fait ridicule.

Enfin, nous avons les déclarations sous serment présentées par Kromberg et Dwyer au nom du gouvernement américain. Ces déclarations sont apparemment traitées comme des "preuves". Lewis a spécifiquement qualifié de "preuve" l’affirmation libre de preuves de Dwyer dans sa déclaration sous serment, selon laquelle des informateurs ont été affectés, comme "preuve" de ce qui s’est passé. Mais comment ces déclarations sous serment peuvent-elles être des preuves si les auteurs ne peuvent pas être contre-interrogés à leur sujet ? Un des avocats de la défense m’a dit vendredi que Kromberg ne sera pas disponible pour un contre-interrogatoire, comme si ils venaient d’en être informés. Il n’est pas juste qu’une déclaration sous serment truffée de déclarations et de propositions très douteuses soit acceptée comme preuve si l’auteur ne peut pas être interrogé. Toute la question des "preuves" dans cette affaire doit être repensée en profondeur.

Sur un autre point, j’ai été très heureux que Nicky Hager ait témoigné sous serment que dans les câbles qu’il a expurgés ont "strictement protégés" les noms pour éviter tout embarras politique, car l’accusation a affirmé à plusieurs reprises que les 134 000 câbles non classifiés et/ou expurgés dans la première diffusion massive limitée de câbles par Wikileaks comprenaient des noms marqués "strictement protégés". Il ne s’agit pas d’une classification de sécurité. En tant que personne qui a géré le système britannique presque identique pendant plus de 20 ans et qui détenait les plus hauts niveaux d’habilitation de sécurité, et qui a fréquemment lu des documents américains pendant cette période, permettez-moi de vous expliquer. Tout matériel contenant le nom d’une personne qui risquerait de mourir si elle était publiée, ou qui créerait un danger réel et sérieux pour l’intérêt national, aurait par définition été classé "Secret" ou "Top secret", ce dernier terme se rapportant généralement au matériel de renseignement. Tous les documents de Chelsea Manning se trouvaient à un niveau de classification inférieur.

En outre, comme l’a souligné Daniel Ellsberg, et j’y étais très habitué, il existe un système de distribution distinct de la classification qui limite qui reçoit réellement le matériel. Le matériel de Manning était illimité dans sa distribution et donc littéralement disponible pour des dizaines de milliers de personnes. Cela n’aurait pas pu se produire s’il contenait les dangers que l’on prétend à présent.

"Protéger strictement" n’a rien à voir avec la classification de sécurité, qui est ce qui protège les informations relatives à la sécurité nationale. Comme l’a dit Hager, son utilisation normale est d’éviter l’embarras politique. Comme en Australasie, c’est un terme largement utilisé pour protéger leurs secrets politiques. Voici un exemple tiré d’un câble de Wikileaks qui, je crois, est l’un de ceux qui figurent dans le communiqué spécifique cité par l’accusation.

Comme vous pouvez le voir, cela n’a rien à voir avec la sécurité des informateurs en Afghanistan. Beaucoup plus à faire avec d’autres objectifs.

Je suis très heureux que Hager ait évoqué l’utilisation réelle de "protéger strictement", car j’attendais le bon moment pour expliquer tout cela.

Voici donc mon compte-rendu de vendredi, publié lundi. C’est peut-être une chance que je n’aie pas le luxe, habituellement, d’avoir le temps de publier de tels comptes-rendus. Sinon, ils risquent d’être tous aussi longs.

Craig Murray

https://www.craigmurray.org.uk/archives/2020/09/your-man-in-the-public...


Nicky Hager : Les purges de documents par Assange ont protégé les informateurs

Le journaliste d’investigation néo-zélandais Nicky Hager a pris la parole pour témoigner de l’utilisation des documents de WikiLeaks dans son travail. Hager a publié Other People’s Wars, New Zealand in Afghanistan, Iraq and the war on terror, et a déclaré que les dossiers militaires et diplomatiques publiés par WikiLeaks "ont grandement amélioré ma compréhension de la conduite de la guerre. Il aurait été impossible d’écrire le livre sans ces sources confidentielles et divulguées".

Dans son témoignage écrit, Hager a expliqué,

"Il est en général impossible de faire des recherches et d’écrire sur la guerre à un niveau utile sans avoir accès à des sources que les autorités concernées considèrent comme sensibles et hors limites - et ce d’autant plus en ce qui concerne le sujet des crimes de guerre.

"En cas de guerre, les informations classifiées sont essentielles pour permettre au journalisme de remplir son rôle d’information du public, de prise de décision démocratique et de dissuasion des actes répréhensibles".

Commentant plus particulièrement l’importance des communiqués de WikiLeaks, Hager a comparé la publication de la vidéo "Collateral Murder", dans laquelle on peut entendre des tireurs américains dire "Regardez ces bâtards morts", à la vidéo de la police tuant George Floyd et ses mots "Je ne peux pas respirer" pour leur contribution à "l’opinion mondiale sur l’abus de pouvoir de l’État".

Hager a travaillé avec WikiLeaks pour faire un reportage sur les câbles du Département d’Etat, et il a été appelé à témoigner sur le processus de rédaction de WikiLeaks. L’une de ses tâches consistait à "identifier les [câbles] qui ne devraient pas être diffusés pour des raisons telles que la sécurité personnelle des personnes nommées". Hager a déclaré avoir trouvé que le personnel de WikiLeaks "était engagé dans un processus prudent et responsable".

Sur Assange en particulier, Hager a déclaré qu’il a passé beaucoup de temps avec Julian, et que "la personne que j’ai appris à connaître était très différente de l’image présentée dans les médias américains".

Lors du contre-interrogatoire, l’accusation a demandé l’avis de Hager sur la diffusion des câbles non censurés de l’ambassade en 2011. Hager a déclaré : "Je crois comprendre que l’information est sortie avant que Wikileaks ne prenne cette décision", en référence au fait que les câbles ont été publiés sur Cryptome et avaient déjà été reproduits sur plusieurs autres sites web auparavant. "WikiLeaks a fait de gros efforts pour garder le secret, et l’information a d’abord été diffusée ailleurs".

Interrogé plus en détails sur les publications, Hager a déclaré qu’il était "heureux que les câbles censurés aient été publiés si longtemps, qu’il y ait eu une période de 9 mois pour avertir tout informateur qui aurait pu être nommé". Comme WikiLeaks avait publié les premiers câbles censurés à partir de la fin de 2010, le gouvernement américain a été averti de qui il devait alerter. Bien que les câbles aient finalement été publiés sans rédaction, ce délai, selon M. Hager, est probablement la raison pour laquelle il n’y a pas eu de décès suite à la publication de WikiLeaks.

Jennifer Robinson : Trump a offert le pardon à Assange en échange de ses sources

La défense a ensuite lu une déclaration de Jennifer Robison, avocate à Londres qui conseille Assange depuis 2010.

Le témoignage de Robinson relate une rencontre qu’elle a suivie entre le membre du Congrès américain Dana Rohrabacher et Charles Johnson à l’ambassade équatorienne. Le membre du Congrès Rohrabacher a clairement indiqué qu’il était venu à l’ambassade au nom du président Trump et qu’ils auraient "une audience" avec Trump à leur retour à Washington D.C.

M. Rohrabachr a expliqué qu’il voulait "résoudre les spéculations en cours sur l’implication de la Russie" dans la publication par WikiLeaks des fuites du Comité national démocrate en 2016.

Il a déclaré que les spéculations en cours étaient "préjudiciables aux relations américano-russes, qu’elles ravivaient les vieilles politiques de la guerre froide, et qu’il serait dans l’intérêt des États-Unis que la question soit résolue". Rohrabacher a expliqué que les informations d’Assange sur la source des fuites du DNC seraient "intéressantes, utiles et aideraient le président".

Rohrabacher a proposé qu’Assange identifie la source des publications sur les élections de 2016 "en échange d’une forme de pardon, d’assurance ou d’accord qui serait à la fois bénéfique au président Trump politiquement et empêcherait l’inculpation et l’extradition des États-Unis".

Assange n’a fourni aucune information sur la source à Rohrabacher, et à la place, Assange et Robinson ont exhorté le membre du Congrès à soulever les implications du premier amendement de toute mise en accusation américaine avec le président Trump.

La défense a révélé cette offre de pardon pour démontrer la nature politisée de l’accusation d’Assange. Le fait qu’elle pourrait être abandonnée si Assange fournissait des informations confidentielles, et le fait qu’elle ait été présentée après qu’Assange ait refusé de fournir ces informations, dément les affirmations d’un simple désir de poursuivre un crime.

Khaled el-Masri, kidnappé et torturé par la CIA

La défense a ensuite résumé une déclaration de Khaled el-Masri. Comme John Goetz l’a raconté dans son témoignage de mercredi, el-Masri a été kidnappé et torturé par la CIA. La déclaration d’El-Masri a fait l’objet d’une contestation, car l’accusation (agissant sur instruction du gouvernement américain) s’est opposée à l’admission de la déclaration comme preuve.

Au milieu du débat sur la question de savoir s’il fallait entendre M. el-Masri en direct par vidéo ou lire sa déclaration à haute voix, l’accusation a déclaré : "Nous ne voyons aucune utilité à ce que M. el-Masri soit présent au tribunal". Julian a pris la parole depuis sa cage : "Je n’accepte pas que l’on censure la déclaration d’une victime de torture devant ce tribunal", a-t-il déclaré. "Je ne l’accepte pas."

L’accusation a finalement accepté de permettre la lecture de l’"essentiel" du résumé, tant qu’il est entendu que l’accusation ne stipule pas que M. el-Masri a été torturé par le gouvernement américain.

Un citoyen allemand innocent, el-Masri a été livré à un site noir de la CIA, où il a été sodomisé, alimenté de force par un tube dans le nez et soumis à une privation sensorielle totale. Vous pouvez lire sa déclaration poignante ici.

Le procureur allemand a émis un mandat d’arrêt contre les 13 agents de la CIA responsables. Comme l’a expliqué Goetz, les documents de WikiLeaks ont révélé que les États-Unis avaient fait pression sur le procureur allemand pour qu’il émette le mandat dans une juridiction où les auteurs n’habitaient pas, menaçant de "répercussions" dans le cas contraire.

Un tribunal a jugé que sa détention et sa restitution étaient injustifiées, mais il n’y a pas eu de justice pour les États-Unis, a-t-il dit. El-Masri a cité le secrétaire d’État américain Mike Pompeo qui a menacé les membres de la famille de tout fonctionnaire de la Cour pénale internationale qui coopère à une enquête sur des crimes américains.

Carey Shenkman : la loi sur l’espionnage suscite un "effet paralysant"

Après la déclaration d’El-Masri, l’historien et avocat Carey Shenkman a poursuivi son témoignage sur les applications historiques de la loi sur l’espionnage.

Shenkman et le procureur Clair Dobbin ont poursuivi un long échange sur la jurisprudence relative à la loi sur l’espionnage. Dobbin a lu plusieurs arrêts sur des cas de loi sur l’espionnage, en faisant valoir que la loi permet de poursuivre des journalistes, qu’elle a été affinée par l’interprétation judiciaire et que les contestations de sa "portée excessive" ont été jugées et ont échoué.

Mais M. Shenkman a expliqué que ces affaires concernaient des initiés du gouvernement, et non des membres des médias, et que le langage utilisé dans ces affaires ne s’applique donc pas nécessairement ici.

Il a déclaré que la question de savoir si ces interprétations judiciaires pouvaient être qualifiées d’affinement est contestée dans les milieux universitaires. En fait, "une chose est sûre", a-t-il dit, "certains de ces termes ont été élargis", comme le fait que les "informations de la défense nationale" ne signifient pas seulement des informations classifiées, mais incluent au contraire tout ce que le gouvernement considère comme sensible.

L’accusation a tenté de faire valoir que l’utilisation de la loi sur l’espionnage a historiquement démontré la "retenue" de la part du gouvernement, mais M. Shenkman a déclaré qu’il ne pense pas qu’un spécialiste de la question serait d’accord.

Shenkman a expliqué que le simple fait de mettre en accusation un journaliste en vertu de la loi sur l’espionnage, même si l’accusation n’aboutit pas, combiné à "l’étendue et à l’utilisation excessive de la loi", a un "effet paralysant significatif" dans les médias. L’effet s’étend au-delà des journalistes également, a-t-il noté, car la loi est rédigée de manière si large qu’elle pourrait être utilisée contre quiconque lit ou retouche des informations sur la défense nationale.

Sur les points communs de toutes les tentatives d’engager des poursuites contre les médias, M. Shenkman a déclaré que dans tous les cas, les journalistes accusés ne soutiennent pas les politiques de l’administration, révèlent des fautes ou des informations contraires à ce que l’administration révèle.

Le journaliste de Reuters Dean Yates : Assange nous a dit ce que les Etats-Unis ne voulaient pas nous dire

Enfin, la défense a lu des parties d’une déclaration de témoin de Dean Yates, qui était le chef du bureau de Bagdad de Reuters au moment des incidents décrits dans le Collateral Murder. Dans la vidéo, prise en juillet 2007, des tireurs américains tirent et tuent deux journalistes de Reuters, Namir Noor-Eldeen et Saeed Chmagh, parmi d’autres civils.

Yates a raconté ses efforts pour découvrir ce qui s’est passé ce jour-là et les efforts des États-Unis pour lui faire obstruction, notamment en rejetant une demande de la loi sur la liberté d’information pour la vidéo. L’armée lui a montré une partie de la vidéo mais pas la totalité. Il a expliqué que la diffusion de la vidéo par M. Assange, ainsi que les règles d’engagement qui l’accompagnent, prouvent que les États-Unis lui avaient menti.

"Lorsque l’armée américaine m’a montré une partie de la vidéo pour la première fois en 2007, il m’était venu à l’esprit que la raison pour laquelle l’hélicoptère avait ouvert le feu était que Namir regardait dans le coin. J’en suis venu à blâmer Namir, pensant que l’hélicoptère avait tiré parce qu’il s’était fait passer pour suspect et cela a juste effacé de ma mémoire le fait que l’ordre d’ouvrir le feu avait déjà été donné. la seule personne qui a pris l’affaire en main était Assange. Le jour où il a diffusé les enregistrements, il a dit que l’hélicoptère avait ouvert le feu parce qu’il avait demandé et obtenu l’autorisation. Il a dit quelque chose comme : "Si c’est basé sur les règles d’engagement, alors les règles d’engagement sont mauvaises".

M. Yates a déclaré qu’il trouvait "impossible de faire face au préjudice moral" que représente le fait d’accuser injustement Namir.

"J’étais dévasté de n’avoir pas réussi à protéger mon personnel en découvrant les règles d’engagement dans l’armée américaine avant qu’ils ne soient abattus - et de n’avoir pas révélé plus tôt ma compréhension de l’étendue du mensonge des États-Unis. J’ai été profondément affecté".

Le gouvernement américain sait aussi à quel point la vidéo est puissante, a déclaré M. Yates.

"Les États-Unis savent à quel point Collateral Murder est dévastateur, à quel point il est honteux pour l’armée - ils sont pleinement conscients que les experts pensent que le tir sur le fourgon était un crime de guerre potentiel. Ils savent que les badinages entre les pilotes faisaient écho au langage que les enfants utilisaient dans les jeux vidéo".

Sur l’importance de la publication, pour les victimes et pour le reste du monde, Yates a déclaré,

"Je sais que Namir et Saeed seraient restés des statistiques oubliées dans une guerre qui a tué d’innombrables êtres humains, peut-être des centaines de milliers de civils. Sans Chelsea Manning et Julian Assange, la vérité sur ce qui est arrivé à Namir et Saeed, la vérité sur ce qui s’est passé dans cette rue de Bagdad le 12 juillet 2007, n’aurait pas été révélée au monde. Ce qu’Assange a fait était un acte de vérité à 100%, exposant au monde ce qu’était en fait la guerre en Irak et comment l’armée américaine s’est comportée et a menti. La vidéo a été reprise par des milliers d’organisations de presse dans le monde entier, suscitant l’indignation et la condamnation des tactiques militaires américaines en Irak".

Les audiences reprendront lundi.

https://assangedefense.org/live-blog-entry/day-9-september-18-2020-assangecase/

Traduction "tout ce que les médias ne vous raconteront pas" par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Etats-Unis contre Julian Assange : Comptes-rendus des audiences
URL de cet article 36496
  

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Aucune femme en burka (ou en hijab ou en burkini) ne m’a jamais fait le moindre mal. Mais j’ai été viré (sans explications) par un homme en costume. Un homme en costume m’a vendu abusivement des investissements et une assurance retraite, me faisant perdre des milliers d’euros. Un homme en costume nous a précipités dans une guerre désastreuse et illégale. Des hommes en costume dirigent les banques et ont fait sombrer l’économie mondiale. D’autres hommes en costume en ont profité pour augmenter la misère de millions de personnes par des politiques d’austérité.
Si on commence à dire aux gens comment ils doivent s’habiller, alors peut être qu’on devrait commencer par interdire les costumes."

Henry Stewart

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.