Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


États-Unis : les coulisses de la campagne présidentielle

Le président George W. Bush, l’homme qui a engagé sa propre Nation dans des guerres aussi sanglantes que désastreuses, qui a attaqué de manière décisive la vie privée et les droits constitutionnels, et qui a donné un nouveau tour de vis aux politiques néolibérales, a été élu à l’issue d’une des plus grandes polémiques de l’histoire des scrutins dits démocratiques, qui a vu opérations de recomptage manuel et feuilletons juridiques se succéder. Une chose vraiment difficile à croire venant d’un grand pays comme les États-Unis, bien connus pour être le berceau de la démocratie et de la liberté. Ainsi, le 43ème président l’est devenu … en recueillant moins de voix au niveau national que son adversaire. Rien d’étonnant dans ces conditions à ce que des groupes d’individus jugent nécessaire de se réunir et d’organiser des patrouilles d’observateurs chargées de surveiller que le vote aux prochaines élections présidentielles du 6 novembre se déroule dans le respect des règles.

C’est le cas par exemple de True the vote, une association fondée en 2009 au Texas par Catherine Engelbrecht. Une réussite fulgurante puisqu’un millier de membres actifs avait déjà rejoint ses rangs l’année suivante… Rien d’étonnant donc à ce que l’association ambitionne d’atteindre l’objectif du million d’observateurs, prêts à s’acquitter de leur devoir de citoyen modèle en sillonnant tout le pays lors de la prochaine élection présidentielle. Leur tâche première : éviter que les électeurs dépourvus de pièce d’identité puissent participer au vote et guider les plus désorientés devant les modalités électorales parfois peu pratiques.

Jusque-là , tout va bien : des citoyens actifs s’organisent pour défendre un droit constitutionnel et s’assurent qu’il n’y a pas de fraude. On pourrait penser à première vue que les militants du Parti démocrate travaillent sur le sujet étant donné la déconvenue subie il y a un peu plus de dix ans par leur direction. En réalité, les choses ne sont pas vraiment comme on pourrait le penser. True the vote est en fait une organisation liée au Tea Party ; elle travaille en étroite collaboration avec des centaines d’autres groupes de cette association nés au cours des dernier mois afin, eux aussi, de lutter contre les fameuses irrégularités. Étrange : les Républicains sont accusés de tricher aux élections et le groupe le plus à droite lié au Parti républicain s’organise pour éviter la fraude électorale ?!

Les choses deviennent rapidement plus claires lorsqu’on observe de plus près les circonscriptions ciblées par ces groupes : elles sont majoritairement peuplées par les Noirs et les Latinos. Lors des élections de 2010, ces fameux groupes avaient déjà déployé des centaines d’observateurs dans les bureaux de vote où les électeurs inscrits étaient majoritairement d’origine afro-américaine ou hispanique. Toujours en 2010, True the vote avait diffusé une vidéo de propagande montrant des photos de citoyens afro-américains qui s’apprêtaient à commettre une fraude électorale. La vidéo était évidemment un colossal bobard. Mais ce n’est pas tout : l’un des représentants les plus éminents de True the vote, Ted Poe, est devenu tristement célèbre en 2007 pour avoir cité - positivement - le grand Wizard du Ku Klux Klan, Nathan Bedford Forrest, dans un discours devant le parlement.

La stratégie de True the vote devient subitement plus claire : le droit d’exercer un contrôle démocratique sur le processus électoral cache en réalité la volonté de marquer sa présence en plaçant systématiquement des groupes d’observateurs dans les bureaux de vote connotés racialement, et ce à des fins évidentes d’intimidation.

True the vote est loin d’être un petit groupe de fanatiques isolés. Et la construction d’alliances avec des notables locaux fait partie intégrante de la stratégie du groupe, puisqu’ils contrôlent l’accès au vote. En usant de ses relations, l’association a par exemple réussi à accéder à la liste des électeurs inscrits en 2010 dans le comté de Harris, au Texas, chose qui a par ailleurs été refusée au Parti démocrate.

Le virage à droite opéré par le Parti républicain semble ne pas avoir de fin. La nomination du Paul Ryan, député du Wisconsin et partisan en 2011 d’une loi antisyndicale qui a conduit à des semaines de mobilisation et d’occupation populaire du palais du gouverneur, à la vice-présidence pour les élections présidentielles de 2012, a donné un signal clair aux électeurs du Parti républicain. La course aux électeurs modérés n’a plus lieu d’être : l’heure est plutôt à la polarisation. Il y a un peu plus d’une semaine, Tom Smith, candidat républicain de la Pennsylvanie au Sénat, avait comparé une grossesse issue d’un viol à une naissance hors mariage. Avant d’ajouter : « mettez-vous à la place du père, c’est la même chose »… et de préciser qu’une femme victime d’un « véritable viol » ne pouvait pas tomber enceinte, son corps essayant par tous les moyens de bloquer tout ça ».

La campagne présidentielle américaine ressemble fort à une vitrine des horreurs. Et aux États-Unis, terre de la liberté et patrie de l’homme courageux pour faire référence à Star-Spangled Banner, il n’y a visiblement pas de fin à l’horreur.

Capitaine Martin

Résistance http://www.resistance-politique.fr/article-etats-unis-les-coulisses-de...

URL de cet article 17620
   
Même Thème
La Machine de guerre américaine
Peter Dale SCOTT
« J’avais dit du précédent livre éblouissant de Peter Dale Scott traitant de ce sujet, (Drugs, Oil and War) "qu’il faisait passer la plupart des explications journalistiques et universitaires concernant nos interventions passées et présentes pour une propagande gouvernementale écrite pour les enfants’. Son dernier ouvrage est encore meilleur. Lisez-le ! » - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon », auteur de Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagone Papers Ce livre stimulant et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Jamais je ne demanderais pardon au nom des Etats-Unis - quelles que soient les raisons."

Président George Bush (père)
après qu’un avion de ligne régulière Iranien ait été abattu par un missile états-unien


Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.