RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

38 
Ouïghours : un administrateur du Grand Soir enflamme France Inter

Etudiants dans le besoin : ouvrez une boutique de chasseur de "fake news".

Simone Weil nous a tout appris en nous donnant un conseil " Croire à l'histoire officielle c'est croire des criminels sur parole". Mais les indignés sur commande qui font commerce de la vérité n'ont jamais lu Simone Weil. Alors, nouveaux chiens de garde, ils aboient pour le compte de leurs maîtres quand un aventurier ou un naïf, peut être un courageux, s'en vient à ne plus croire les criminels sur paroles. Et les dénonce. Ici les fusils des chasseurs de "fake news" les attendent. Le goudron et la plume, la boue aussi.

France Inter est une radio d’Etat que je n’écoute jamais. Seulement quand un quidam me transmet « un lien » me dirigeant « en streaming » vers un moment de grossièreté ou de mensonge. Les gestes barrière s’imposant, j’enfile alors des protections d’oreilles. J’ai donc été contraint de me coiffer d’une charlotte double couche pour découvrir des propos tenus le 26 mars dernier lors d’une séquence matinale de la radio officielle, bavardage intitulé « Antidote » (nous verrons plus loin que ce remède est pire que le mal). Un dénommé Tristan Mendès France, un citoyen qui, visiblement à son rond de serviette dans la maison ronde, pérorait à propos d’un livre « Ouïghours, pour en finir avec les fakes news », une enquête rédigée par Maxime Vivas.

Visiblement, pour le sagace agacé Tristan Mendès France, Vivas, en écrivant ses pages, a commis un crime contre l’humanité. Voire un génocide. Puisqu’il est apparent que Mendès n’a pas lu le bouquin dont il dit le plus grand mal, il utilise la vieille technique du dénigrement d’auteur. On dégomme l’homme pour anéantir son travail. Exactement ce qu’un chasseur de fake news, théoriquement le boulot de Mendès, ne doit jamais faire. Alors que pour être crédible il doit contre-enquêter, chercher, se documenter avant d’écrire un seul mot, en dire un seul aussi. Pour convaincre ses auditeurs le Nimrod auto-proclamé du « fake » choisi comme arme ce qu’il combat par ailleurs : la fausse nouvelle. Il nous déclare que Vivas est un « individu responsable d’un site bien connu, «  Le Grand Soir », qui relaie de nombreuses théories complotistes, notamment autour des attentats du 11septembre 2001 ».

N’ayant jamais rencontré Vivas j’ai donc fait ce que l’oracle en platine iridié -qui dort au pavillon de Breteuil de la Vérité- aurait dû faire : enquêter. Vivas n’est pas le responsable du site le Grand Soir et quelques clics sur les archives de ce média alternatif m’ont suffi pour ne découvrir aucun article « complotistes sur le 11 septembre 2001 ». En revanche, et cela a échappé à notre grenadier voltigeur, le 11 septembre revient souvent dans les colonnes du « Grand Soir », mais les papiers traitent du Chili en 1973, le jour où la démocratique Amérique, protectrice des Ouïghours, a commandé l’assassinat d’Allende.

Plutôt que d’utiliser, pour qualifier Vivas, de mots comme « auteur », « écrivain », « essayiste », Mendès préfère « individu ». Tout humain qui n’a pas été tamponné par Trotski ou Mendès est donc un individu. Pourquoi pas ? « Individu », je lis dans le dictionnaire, : « Corps organisé vivant d’une existence propre et qui ne saurait être divisé sans être détruit ». La définition de « l’individu », dans le dico, parle d’une « existence propre » ... A ce point, tous ceux que j’ai questionnés m’affirment que ce Maxime, sans pour autant être islamiste, se lave plusieurs fois par jour. Aucun témoin n’a évoqué l’exhalation de mauvaises odeurs, sauf celle du soufre de la révolution.... Mendès a raison, Vivas a une existence propre.

De plus, au contraire du batteur d’estrade de France Inter, Vivas a voyagé en Chine et connait le Xinjiang, le territoire qui a fait l’objet de son livre. Cette compétence est à charge puisque, pour Mendès et sa meute, connaitre un sujet, ou un terrain, est une circonstance aggravante qui conduit au syndrome de Stockholm. Nouvelle guerre, presque froide oblige, Washington et ses artilleurs néoconservateurs, la « Communauté Internationale », l’OTAN ont lancé la charge contre la Chine, via la cause Ouïghours, le fantassin Mendès est donc mobilisé. Et il fait le sémaphore indigné alors qu’à Washington, la presse américaine joue déjà, sur le sujet, quelques bémols. Naguère ce n’était pas les Ouïghours mais le Tibet... Hélas le canon s’est enrayé et la Cour Pénale Internationale elle-même a refermé le dossier Tibet sans condamner. Elle a probablement lu le livre de Vivas, « Le dalaï lama pas si zen »(2011) qui disait la vérité sur cette région autonome chinoise, comme il dit aujourd’hui la vérité sur le Xinjiang, comme il démasqua l’intouchable Robert Ménard dans son livre « La face cachée de Reporters sans frontières » (2007) .

Heureusement que Tristan Mendès France et sa suite n’existaient pas quand Edwy Plenel, dans Le Monde, accusait le RPR d’avoir fait couler le navire de Greenpeace. Ou encore quand le même, journaliste immense, toujours dans Le Monde, évoquait la possibilité de « 700 000 morts au Kosovo », victimes d’un génocide selon un plan « Fer à cheval » élaboré par les Serbes (en fait un fake monté par le service secret allemand). Tristan nous a alors beaucoup manqué. Comme il nous a manqué pour dénoncer la « mainmise de Poutine dans les élections américaines », alors que les enquêteurs US les plus hostiles à la Russie, ont démontré qu’il n’en était rien. Un fake que Tristan était, cette fois, en situation de dénoncer. Ce jour-là avait-il piscine ?

La morale de cette pitoyable charge contre Vivas, fils de Républicain espagnol, refugié en France et combattant de toutes les authentiques causes révolutionnaires, est qu’il faut que France Inter mandate un technicien de surface afin de faire le ménage. J’ai acheté et lu le livre publié par les éditions « La Route de la Soie », c’est exactement le boulot que devrait faire Mendès et son bataillon.

L’auteur prend les affirmations de la presse, ou des porte-paroles de l’anti-Chine, et les démonte dès quelles sont incontestablement fausses. Simple, mais douloureux pour ceux qui sont prêts à croire, demain, à de nouveaux Powell agitant un flacon d’anthrax.

Faute d’être un exemple pour le journalisme dont il ignore la pratique, Mendès France devrait être un modèle pour nos étudiants, les plus démunis, ceux qui font la queue aux Restos du cœur. Imaginez : notre Tristan, seulement titulaire d’une maîtrise de droit public et d’un DEA de sciences politiques est, selon Wikipedia, « depuis 2008, intervenant à l’École des hautes études en sciences de l’information et de la communication - CELSA, où il délivre des cours aux master 1 et 2 sur les nouvelles cultures numériques. Il est maître de conférences associé à Université de Paris en master 1 depuis septembre 2018 et enseigne à la Sorbonne-Nouvelle depuis 2015 sur la même thématique et délivre des formations « web2 » à l’École des Métiers de l’information à Paris depuis 2009. ».

Amis, cessez de faire la queue sous le portrait de Coluche, ouvrez une boutique de chasseur de « fake news » ; et votre avenir va durer longtemps.

Jacques-Marie BOURGET

En supplément par Le Grand Soir :

Pour bien énerver Tristan Mendès France : en plus, Maxime Vivas copine avec Nicolas Maduro ( visio-conférence, 27 mars 2021). Venezuelâââââ^ !

URL de cet article 37008
   

"Pour sauver la planète, sortez du capitalisme" de Hervé Kempf
René HAMM
Le titre claque comme un slogan que l’on clamerait volontiers avec allégresse. Quel immense dommage que si peu de Vert(-e)s adhèrent à ce credo radical, préférant, à l’image de Dominique Voynet Daniel Cohn-Bendit ou Alain Lipietz, quelques commodes replâtrages ! Les déprédations gravissimes de l’environnement découlent d’un mode de production uniquement mû par « la maximisation du profit ». La crise économique actuelle, corollaire des turbulences qui ont frappé la bulle des hedge funds et des subprimes, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.