RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

"Extraterritorialité" vs "Compétence universelle" (au cas où vous vous poseriez la question)

Au cas où vous vous poseriez la question : c’est quoi la différence entre une prétendue "extraterritorialité" de la loi (comme les Etats-Unis contre Julian Assange) et une "compétence universelle", comme lorsque l’Espagne a poursuivi le général Pinochet pour crimes de torture ?

La compétence universelle consiste pour une juridiction (un Etat) à se déclarer "compétente" pour poursuivre certains crimes, notamment les crimes contre l’humanité. La juridiction "assume" le rôle de justicier pour des crimes commis hors de sa juridiction mais relevant du droit international. (A noter que cette compétence universelle est déclarée et non pas présumée.) Il ne s’agit pas - dans le cas de l’Espagne - d’étendre sa juridiction mais de se déclarer compétent pour poursuivre des violations du droit international. C’est la reconnaissance du droit international et une forme de mise en pratique de celui-ci.

Pratiquement à l’inverse, l’extraterritorialité n’est pas la reconnaissance du droit international mais une tentative d’imposer unilatéralement un droit local. En ce sens, l’extraterritorialité est en réalité une violation du droit international. Dans le cas des Etats-Unis contre Julian Assange, il convient de noter que les Etats-Unis n’ont jamais "annoncé" la compétence universelle de leur loi d’Espionnage de 1917. Ils ont juste décidé un jour qu’elle s’appliquait de manière extraterritoriale. Oui mais, quand ont-ils annoncé (prévenu) que cette loi s’appliquerait, selon eux, partout et à tous ? A ma connaissance, jamais.

Ce qui signifie que "même si" on admettait une extraterritorialité (pure hypothèse), il manque un élément crucial : la déclaration de son extraterritorialité. En effet, comment Julian Assange pouvait-il savoir qu’il violait une loi des Etats-Unis si les Etats-Unis n’ont jamais annoncé que leur loi avait un caractère extraterritorial ?

Nous sommes donc en train d’assister à une double-manoeuvre qui va à l’encontre de toutes les normes juridiques communément admises :

1) une prétention à l’extraterritorialité (déjà illégale en soi)
2) une application rétroactive "sortie du chapeau" car jamais annoncée. Et la rétroactivité, en matière pénale, est une abomination (dont les Etats-Unis sont coutumiers, cf la Loi Helms-Burton de 1996)

Viktor Dedaj
Je crois que je vais me réincarner en avocat

URL de cet article 36514
  

Même Auteur
Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(CUBA) "Tant qu’il y aura l’impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l’argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"

Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990) : 23-31.

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.