RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Faire encore le procès de la Chine ou expliquer ce qui se passe

On parle régulièrement du Canada et des États-Unis comme des États de droit, comme des pays où la justice est indépendante, où les pouvoirs sont séparés, ... Mais on dit de la Chine que c’est un pays où « il n’y a pas de hasard », où l’on téléphone aux juges, où les lois sont incompatibles avec les droits humains fondamentaux, ...

Tout ça me fait bien rigoler. Car l’hostilité dans le cas qui nous occupe vient bien des États-Unis. Et je ne le dis pas par penchant aveugle pour la Chine. Le socialisme, dont se réclame la Chine, a dernièrement été critiqué très durement par Trump à l’ONU. Et tous les néolibéraux de ce monde sont derrière lui pour dénoncer l’arbitraire des communistes chinois.

Allons donc plus loin.

La fonction présidentielle aux États-Unis est au sommet du pouvoir de l’État. Cependant, Trump n’a pas à appeler quiconque à la CIA pour que la centrale fasse enquête et accuse une bourgeoise chinoise de déroger aux lois du pays. Cette institution étasunienne a pour rôle de défendre ce qu’elle croit être l’intérêt national, donc l’application des lois étasuniennes. Même celles qui vont à l’encontre de l’indépendance des peuples comme les lois sur l’Iran.

Par ailleurs l’Iran n’est pas loin d’être déclarée menace à la sécurité nationale des USA, si elle ne l’a pas déjà été. Des lois américaines, extra-territoriales, interdisent d’aller contre l’embargo qui vise ce pays en développement. Ce sont des sanctions qui tiennent de l’hégémonie étasunienne. Du rôle que se donne les États-Unis comme gendarme du monde. Et malgré les réticences de Trump face au coût faramineux de ce rôle pour son pays, il montre tous les jours qu’il n’est pas prêt à y renoncer, dictant ici et là les règles de conduite pour tout le monde.

Alors, dans quel pays au juste n’y a-t-il pas de hasard ? Le système judiciaire américain, tout comme le canadien d’ailleurs, qu’un traité d’extradition lie à ce pays par connivence politique antérieure, peut très bien assumer un rôle politique. Et ce indépendamment du pouvoir du Président ou de l’exécutif canadien parce que les lois des USA et les traités internationaux sont en partie liées au rôle hégémonique de ce pays dans le monde.

Pourquoi la Lybie, la Syrie, l’Irak, le Venezuela, la Bolivie, Cuba (... et combien d’autres ?) goûtent-ils encore régulièrement à la médecine étasunienne ? Pourquoi les États-Unis s’arrogent-ils le droit de manifester, sans aucune retenue, leur hostilité envers différents pays dont ils soupçonnent toujours la menace à leur sécurité nationale ? La Chine ne s’affiche-t-elle pas d’autre part comme l’alliée sûre des pays en développement ? Et si une de ses ressortissante a violé une loi américaine qui va à l’encontre d’un de ces pays, qu’y a-t-il de plus conforme aux valeurs chinoises de solidarité internationale que la Chine s’insurge, et pour sa citoyenne accusée, et pour l’Iran victime de la rigueur des États-Unis comme pays en développement indépendant.

Mon raisonnement est simple : les systèmes de justice peuvent se politiser sans égard à leur indépendance du politique. On l’a vu au Brésil avec les accusations contre Lula. C’est même leur rôle de voir à l’application des lois que les politiques ont étudié minutieusement et adoptées pour garantir la pérennité des différents systèmes. Que ce soit aux États-Unis ou en Chine, les systèmes de justice sont supposés indépendants par tout le monde. Ce qui fonde l’État de droit. Dont on nie trop souvent le statut à la Chine.

Mais leur indépendance ne va pas au-delà de ce que les lois leur dictent comme ligne de conduite. Si les lois américaines et chinoises sont les garantes des systèmes politiques libéraux ou socialistes, elles se politisent d’elles-mêmes lorsque l’on déroge aux lois. C’est le rôle des exécutifs politiques de proposer des lois encadrant les juges et les tribunaux.

Dans l’imbroglio entre le Canada et la Chine se manifeste aussi l’alliance de celui-ci avec les États-Unis. La Chine le déplore sûrement parce qu’elle permet, sans distance critique indépendante, l’application des lois étasuniennes extra-territoriales à l’Iran et contre une de ses citoyenne. Une géopolitique qui fait intervenir l’état des relations entre les pays en développement comme la Chine et l’Iran et les pays dominants occidentaux comme les États-Unis et le Canada permet de mieux comprendre ce qui arrive à ce pauvre Canada qu’on dit trop facilement, sans explication logique et pour en défendre la candeur, « mêlé à un conflit entre deux géants de l’économie mondiale ». Et la Chine demanderait au Canada de choisir sa loyauté. Soit.

Mais la connivence habituelle du Canada avec les États-Unis le place dans une posture, non pas « délicate » comme on le dit, mais de servile instrument des États-Unis face à un pays en développement impliqué dans le conflit par individualité interposée : la femme d’affaire chinoise de passage au Canada. Qu’elle ait ou non enfreint la loi américaine, la justice de ce pays a tranché en sa défaveur selon les intérêts américains et veut l’appréhender. Pour leur part, les « espions » canadiens en Chine ne sont pas moins pris dans le tordeur. Grand bien leur fasse, eux qui ont voulu jouer sur la scène internationale, sans autorisation en Chine, des rôles qui ont mis leur pays dans l’embarrassante position de les défendre comme leurs citoyens. Comme le prescrit le droit international sans égard à la politisation des systèmes juridiques de part et d’autre.

La Chine joue son rôle de protectrice de sa ressortissante et s’offusque de lois étasuniennes qui pourraient se retourner contre elle en cas d’embargo décrété par les États-Unis. Elle est méfiante et parfaitement dans son droit. Et Trudeau le sait qui invoque « la prudence dans les relations internationales ».

Mais du côté des États-Unis, on révèle encore une fois la fâcheuse tendance à dicter les règles du jeu cette fois grâce à leur système judiciaire. C’est donc ce pays qui se place au dessus du droit international et le Canada ne devrait afficher aucune honte à satisfaire la Chine et libérer la femmes d’affaire. Au prix de voir son système de justice devoir se politiser en faveur de ses intérêts nationaux malgré la prétendue indépendance judiciaire que tout le monde défend comme « liant le Canada » au souhait des États-Unis. Le juge canadien en toute intelligence politique devrait y réfléchir à deux fois avant de faire appliquer le traité d’extradition et de refuser sa liberté complète à madame Meng Wanzhou.

Guy Roy
du parti communiste du Québec

URL de cet article 34266
  

Même Thème
Les trajectoires chinoises de modernisation, Jean-Claude Delaunay
La Chine est entrée dans les temps modernes, au xixe siècle, avec un mode de production inapte à assurer sa modernisation. La dynastie Qing en a fait l’expérience. Le républicain Sun Yatsen n’a pas réussi à le dépasser. Seule la révolution communiste a débarrassé ce pays de ses structures anciennes. Depuis lors, son économie a suivi de nouvelles trajectoires. La première partie du livre décrit les trajectoires réelles contemporaines de la Chine (démographiques, agricoles, industrielles, commerciales). Elle (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est très dur d’être libre lorsqu’on est acheté et vendu sur le marché. Bien sûr, ne leur dites jamais qu’ils ne sont pas libres, parce qu’alors ils vont se mettre à tuer et estropier pour prouver qu’ils le sont. Pour sûr, ils vont vous parler, et parler, et parler encore de droits individuels. Mais lorsqu’ils voient un individu libre, ça leur fout les jetons.

Jack Nicholson, dans le film "Easy Rider"

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.