RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
16 

Front National et "démocratie", les questions qui fâchent !

L’entrée de deux députés du Front National à l’Assemblée Nationale pose un double problème. D’une part la signification politique, idéologique et éthique des idées de l’extrême droite dans un parlement,… dont on sait ce que ça peut donner. D’autre part le décalage entre le nombre d’électeurs du Front National et le nombre de ses députés.

Ces deux problèmes montrent toute l’ambiguïté, les limites et les contradictions de ce que l’on appelle la démocratie représentative qui a su, et le 20e siècle nous nous montre, nourrir en son sein les germes du fascisme.

 LE FRONT NATIONAL UN PARTI DANGEREUX

 A l’origine, en 1973, le Front National s’est créé, d’entrée, sur une idéologie nationaliste et discriminatoire. Les fées qui se sont penchées sur son berceau sont en fait des sorcières qui ont pour nom : collaboration, vichysme, pétainisme, Milice, waffen SS, catholique intégriste, anti communisme, colonialisme, OAS,…

Le FN cajole les exclus, les chômeurs, les pauvres, pour avoir leurs voix ( ce qu’ont fait tous les partis fascistes et néo fascistes). Il fonde son action et ses interventions sur des nervis directement issus de l’extrême droite et mouvement néo nazi… les agressions voire les crimes qui ponctuent son histoire sont là pour l’attester.

La brutalité des actions, les fréquentations plus que douteuses de ses chefs en font, en plus de ses idées un parti dangereux.

LE FRONT NATIONAL UN PUR PRODUIT DU « SYSTàˆME »

Même si les chefs du FN s’en prennent systématiquement au «  système », il n’empêche qu’il en est un pur produit et fait tout pour entrer dans ce «  jeu » qu’il dénonce à longueur de tribunes. Loin de lui toute idée progressiste ou sociale, sinon pour surfer sur les conséquences de la crise du système marchand,… ce que les partis d’extrême droite on toujours fait. On n’a jamais vu le FN parler du rapport capital/ travail, répartition des richesses, initiatives solidaires, écologie, retraites, défense du système de santé, défense du service public, respect des droits de l’homme… Son discours économique est inexistant.

Il n’y a dans son programme aucune rupture avec les principes du capitalisme,… seulement un vague discours sur la nation, la culture (et encore succinctement !) et en filigrane, la race, la méfiance et le mépris de l’autre - hier le juif, aujourd’hui l’arabe, le tzigane,…

L’obsession des chefs du FN est de trouver leur place dans le système qu’ils disent honnir. Pour cela ils savent parfaitement jouer le jeu institutionnel et médiatique,… ce qu’ont toujours fait les partis d’extrême droite, sauf dans les cas de coup d’état militaire. L’accession au pouvoir par la voie légale est un grand classique du fascisme qui, une fois au pouvoir, supprime toutes les libertés.

Le danger est sournois, permanent et prend de multiples visages - même l’apparence démocratique - qu’il nous faut dénoncer.

LA SOUS REPRÉSENTATION DU FN

Avec un peu plus de 6 millions d’électeurs, le FN n’a que deux députés… Un tel décalage le fait hurler - à juste titre - au nom du principe d’égalité démocratique (ben voyons !). Formellement, il faut reconnaître qu’il a parfaitement raison,… et il joue à merveille de ce formalisme… la «  vierge démocratique » outragée !

Si le principe de la proportionnalité est celui de la représentation démocratique - ce que personne ne conteste - le FN devrait avoir beaucoup plus de députés… surtout comparé au Front de Gauche et aux écologistes. Pourtant, à part lui, tout le monde se satisfait de cette situation et évite soigneusement de l’évoquer.

Pourquoi ?

Il y a au moins deux raisons plus ou moins avouables :

- c’est un parti «  non républicain » d’où ses difficultés dans les accords et reports de voix… Quoique cette appréciation est plus ou moins élastique, pour la Droite comme pour la Gauche (Mitterrand l’a favorisé en son temps et l’UMP trouve des valeurs communes chez lui…) ;

-  dans le jeu politique du bipartisme qui se met en place il est un troisième larron qui vient «  picorer » dans la mangeoire de la classe politique déjà établie,… à ce titre il est mal venu… Rejet camouflé par une attitude pseudo morale qui tombe dès qu’il y a intérêt à s’entendre (non officiellement) avec lui.

Bref, le FN arrive difficilement à faire son «  trou ». Est-ce scandaleux ?

Sur un plan formel, on l’a vu,…oui ! Mais peut-on en rester à un plan formel ?

Certainement pas.

Pourquoi ?

Parce que l’on sait ce qu’il en coûte de permettre à un parti néo fasciste de gravir les marches du pouvoir et de s’y installer.

Oui, mais dira-t-on, «  que signifie de nier institutionnellement l’opinion de millions d’électeurs ?  » 

La réponse à cette question est difficile, car il faut pouvoir justifier, au nom de la «  démocratie » et d’une «  éthique politique », le fait qu’il se peut qu’une opinion partagée par une partie conséquente de la population, voire majoritaire est dangereuse… l’Histoire est là pour nous mettre en garde.

Oui, l’opinion publique majoritaire n’est effectivement pas à tous les coups ce qu’il y a de mieux pour l’ensemble de la population… Faut-il donner des exemples au 20e siècle ?

Oui, le suffrage universel peut conduire à la catastrophe, surtout quand les puissances d’argent se sont dotées de moyens de propagande efficaces et sans scrupules… ce qui est le cas aujourd’hui.

Oui, le fascisme est toujours né des incapacités du système marchand à résoudre ses contradictions et de son système politique à maintenir la paix sociale.

Oui, l’expression de certaines idées, même majoritaires, ou soutenues par une partie importante de la population, sont dangereuses et à combattre.

En ce sens, la sous représentation des idées du FN est souhaitable ce qui ne règle pourtant aucunement la question de l’émergence de telles idées.

Mais quel politicien traditionnel osera l’affirmer ? Aucun ! Les intérêts - de caste, de nomenklatura - de la classe politique est plus dans la manipulation des citoyens que dans leur élévation de niveau de conscience. Reconnaître tout cela c’est montrer les limites du système économique marchand et celles du système politique dit «  démocratique ». Donc silence total sur ces questions.

Le doute est maintenu au maximum jusqu’à ce qu’il soit finalement trop tard.

Une telle conception n’est-elle pas la porte ouverte au blocage de toute idée nouvelle, de toute idée progressiste, de toute idée de changement ?

Oui,… et là est bien le danger ! Mais le système de «  démocratie formelle » qui fonctionne dans les pays démocratiques, permet dans une certaine mesure d’imposer un ersatz de démocratie, qui en a le goût, la couleur, l’odeur, mais qui verrouille le processus démocratique en imposant de fait un bipartisme aboutissant sur l’alternance. Les risques de changements radicaux - dans le sens de la transformation des rapports sociaux - sont ainsi conjurés… Par contre l’éventualité d’une arrivée au pouvoir de l’extrême droite est toujours possible,… et c’est cette solution que trouve le capitalisme en cas de crise de majeure et de risque de son renversement.

Patrick MIGNARD

URL de cet article 17065
  

Même Thème
« Marine Le Pen amène le pire » (*)
Maxime VIVAS, Frédéric VIVAS
(*) Anagramme imparfaite cueillie sur Internet. Ce livre (publié par les éditions Golias) est une compilation de documents révélateurs de l’analogie entre le FN d’hier et celui d’aujourd’hui. Y sont démontrées la difficulté pour Marine Le Pen, malgré les habiletés tribuniciennes, à se dépouiller des oripeaux paternels les plus exécrables, la distorsion entre le discours du FN ripoliné et son programme, entre son programme et ses objectifs. Sont mis en relief le fiasco du FN dans les villes qu’il a (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La réalité est un aspect de la propriété. Elle doit être saisie. Et le journalisme d’investigation est le noble art qui consiste à saisir la réalité aux mains des puissants."

Julian Assange

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.