RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Gaza : Pétition internationale adressée au Secrétaire Général de l’ONU

A tous les citoyens du monde épris de paix

Pétition internationale

Les populations civiles de Gaza doivent être placées sous protection internationale, avec des casques bleus présents dans tous les territoires occupés. C’est le seul souhait exprimé pour l’instant par les populations palestiniennes soucieuses de sauver leur peau. Pour cette raison je vous prie de bien vouloir signer cette pétition que nous adressons ensemble au Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, dont voici le lien de l’organisation citoyenne internationale, charge de l’acheminement de la pétition :

http://www.avaaz.org/fr/petition/A_M_le_Secretaire_general_de_lONU_Met...;

On déplore des milliers de victimes à Gaza dans cette guerre inqualifiable qui est devenue malheureusement cyclique. La barre des 1000 morts est franchie et dépassée, outre les milliers de blessés et 20 000 familles au sommeil troublé, depuis plus de trois semaines, faute d’abris. 
 
La désolation est partout et le calvaire des populations palestiniennes risque de durer encore longtemps et ce tant qu’une solution internationale urgente n’a pas été trouvée à ce cycle de violence infernal qui dure depuis des décennies. 

Des êtres humains sont terrorisés sous un déluge de feu et de fer qui s’abat sur leur tête et auquel rien n’échappe : ni les maisons qui tombent comme des châteaux-de-cartes ; ni les ambulances transportant des blessés, lesquelles ne sont pas épargnées ; ni les hôpitaux qui les accueillent et le personnel hospitalier qui tentent avec le peu de moyens à leur disposition de les soigner ; ni les mosquées où des personnes âgées trouvent refuge dans la prière ; ni les journalistes qui essaient de vaquer à leur travail pour nous informer ; ni même les centres d’aides et les écoles de l’ONU où les femmes et les enfants palestiniens cherchent à se mettre à l’abri des éclats d’obus tirés des chars et des missiles lâchés des avions. 

M. le Secrétaire général,

- L’ONU ne voit-elle pas que le dernier peuple encore colonisé de la planète subit un terrorisme d’État qui ne dit pas son nom depuis pas loin de 70 ans ?
 
- Les Palestiniens seraient-ils devenus des sous-hommes au point que l’honorable institution que vous dirigez ne veuille leur accorder sa protection par l’envoi d’une force internationale de casques bleus ? 

- Ne voit-on pas qu’il y a une guerre larvée entre un colonisateur et un colonisé ? Une armée surarmée face à une population opprimée et encerclée de toute part, qui se bat pour sa dignité et sa liberté avec les moyens du bord ?

- Où se trouve donc la conscience de la communauté internationale dont le Secrétaire général de l’ONU en est le porte-parole ? 

- Que sont devenus les nouveaux principes politiques et les droits humains, pour lesquels l’ONU est venue remplacer la SDN (Société Des Nations) qui n’avait pas autrefois joué son rôle ?

- Le Secrétaire général de l’ONU, n’est-il pas le dépositaire et non moins gardien vigilant de ces grands principes ? 

- Pourquoi les résolutions de l’ONU et les lois de la guerre ne s’appliquent pas à Israël, au prétexte que ce pays n’est pas signataire d’un certain nombre de conventions et protocoles internationaux, dont celui de Rome ? 

- Que sont les hommes devenus ? Des êtres humains ou des sauvages ? 

- Les grandes puissances occidentales sortent-elles grandies, en apportant leur caution et soutien inconditionnels à Israël ?

- Les membres du Conseil de sécurité, qui soutiennent un État colonisateur, ne se rendent-ils pas compte qu’ils desservent grandement l’État sioniste qui porte préjudice, y compris au peuple juif et au judaïsme présents un peu partout dans le monde ?

Apparemment les grands dirigeants de la planète semblent avoir sombré dans l’inconscience pour ne pas se rendre compte qu’en termes d’image le gouvernement d’Israël a perdu la face et pour le coup la bataille de l’honneur, en imposant aux Palestiniens, et ce faisant au monde entier, une comptabilité macabre des civils gazaouis innocents, massacrés froidement par l’armée d’occupation israélienne.

Il ne se passe pas un jour, sans qu’une nouvelle analyse ou révélation ne viennent dans les médias (malgré l’influence des lobbies sionistes bien incrustés dans les grands médias mondiaux) confondre un peu plus ces dirigeants qui sèment le chaos dans la région, à cause d’une idéologie surannée : le sionisme... En Occident on réfléchit à deux fois avant de prononcer ce mot ravageur, devenu tabou ; les gens chuchotent, par peur d’être « mordus » par le terme sionisme ou d’être taxés d’antisémitisme. Du coup, les ressentiments et la haine augmentent et prospèrent, notamment à l’égard de juifs innocents, nombreux de par le monde et qui sont à tort confondus avec les colonisateurs sionistes. Voilà la nouvelle réalité avec laquelle les citoyens du monde doivent composer.

Monsieur le Secrétaire général, vous avez le devoir moral et politique d’assumer les responsabilités qui sont les vôtres, en assurant la protection et la sécurité des populations civiles, dont on observe pour l’instant que les victimes de cette dernière incursion israélienne ne tombent que d’un seul côté : du côté des civils gazaouis. 

Je rappelle à l’opinion publique mondiale que les musulmans n’éprouvent aucun ressentiment à l’égard du peuple juif (qui a vécu et dont certains vivent encore en milieu arabe et musulman durant des siècles) et encore moins à l’égard du judaïsme et du christianisme. 

Je profite de cette pétition, qui appelle au sens de la responsabilité des dirigeants de ce monde, pour rappeler à des musulmans, certes marginaux, de ne pas se laisser aller à des excès, même verbaux, en particulier à l’égard des juifs (là où ils se trouvent) et en général à l’égard des autres communautés chrétiennes qu’elles soient pratiquantes ou agnostiques.

La cause palestinienne doit se gagner également par la sagesse, la raison et le dialogue.

M. le Secrétaire général, les signataires de cette pétition vous prient instamment de bien vouloir faire cesser, une fois pour toute, le massacre des populations civiles palestiniennes, en y dépêchant les casques bleus. Vous resterez alors dans les livres d’histoire comme le premier Secrétaire général de l’ONU à avoir osé donner un sens politique et une raison morale à l’institution aux destinées de laquelle vous présidez.
 
Kamel Khelifa, journaliste et écrivain, membre d’Avaaz, auteur de la pétition

URL de cet article 26391
  

Leur Grande Trouille - journal intime de mes "pulsions protectionnistes"
François RUFFIN
GoodYear, Continental, Whirlpool, Parisot-Sièges... Depuis dix ans, à travers la Picardie d’abord, la France ensuite, j’ai visité des usines de robinets, de pistons, de cacao, de lave-linge, de canapés, de chips ; de yaourts, avec toujours, au bout, la défaite. Ca m’a lassé de pleurnicher. Mieux valait préparer la contre-offensive. C’est quoi, leur grande trouille, en face ? Leur peur bleue ? Il suffit de parcourir le site du MEDEF. Ou de lire leurs journaux, Le Monde, La Tibune, Les Echos : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

C’est très dur d’être libre lorsqu’on est acheté et vendu sur le marché. Bien sûr, ne leur dites jamais qu’ils ne sont pas libres, parce qu’alors ils vont se mettre à tuer et estropier pour prouver qu’ils le sont. Pour sûr, ils vont vous parler, et parler, et parler encore de droits individuels. Mais lorsqu’ils voient un individu libre, ça leur fout les jetons.

Jack Nicholson, dans le film "Easy Rider"

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.