RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Gros racistes contre petits racistes : comment l’apartheid israélien se joue la comédie (Palestine Chronicle)

Scène de barrage militaire. L’occupation sioniste de la Palestine a produit un système d’apartheid - Photo : Tamar Fleishman

Il a suffi d’un seul incident raciste, quoique minime comparé aux décennies de discrimination massive et institutionnalisée menée par Israël contre ses citoyens Arabes Palestiniens, pour qu’une crise d’introspection inhabituelle soit déclenchée dans les milieux politiques israéliens.

Vers la fin du mois de mai dernier, une école Arabe a reçu une réponse négative suite à sa demande de réservation formulée auprès de Superland, un très grand parc d’attractions près de Tel Aviv. Toutefois, lorsqu’un membre du personnel a rappelé le parc en se faisant passer pour un Juif qui désire réserver pour la même date choisie et refusée, Superland a immédiatement accepté la requête.

L’histoire s’est tout de suite répandue sur la toile à travers les médias sociaux. Informés, les responsables du parc ont précipitamment trouvé une excuse : le parc propose des journées distinctes pour les enfants Juifs et leurs semblables Palestiniens afin de les garder séparés et éviter d’éventuelles tensions et frictions.

Les ministres du gouvernement Netanyahu ont réagi par un torrent de répulsion et d’indignation. La ministre de la justice Tzipi Livni a qualifié l’incident de « symptôme d’une démocratie malade. » Le ministre de la défense, Moshe Yaalon s’est dit « scandalisé. » Quant au premier ministre Benyamin Netanyahu, il a demandé à ce que cette politique « raciste » cesse immédiatement.

Cette sensibilité semble être une réaction à l’escalade du racisme populaire qui a éclaté au cours des derniers mois contre un israélien sur cinq qui appartient à la minorité Arabe Palestinienne du pays. Certains Juifs israéliens trouvent que l’interminable parade de fanatisme devient de plus en plus inquiétante.

Dernièrement, la télévision israélienne a donné l’exemple d’un groupe d’enfants cancéreux qui devaient passer leur journée libre dans la piscine mais qui étaient éconduits à l’entrée lorsque les responsables des lieux ont découvert que ces enfants étaient des Bédouins.

D’après une autre enquête de la télévision, les banques israéliennes appliquent une politique secrète de rejet envers les clients arabes désireux de transférer leurs comptes vers une agence dans un quartier juif, bien que cela transgresse les opérations et les régulations bancaires.

Les colons dont la violence était autrefois limitée à mettre le feu aux récoltes Palestiniennes ou à envahir les villages de la Cisjordanie et tout saccager sur leur passage, ont à présent tendance à s’attaquer aux communautés arabes au cœur-même d’Israël. Des mosquées incendiées, des graffitis injurieux sur les murs des églises et des voitures incendiées dans ce qui est appelé « le prix à payer » sont devenus monnaie courante.

De même, des rapports sur des attaques sournoises et odieuses contre des citoyens arabes ont vite fait la une de l’actualité. Récemment, plusieurs incidents ont eu lieu, dont le passage à tabac d’un balayeur de rue et qui a failli lui être fatal, ainsi qu’un chauffeur de bus qui a pointé son arme contre un passager arabe, le menaçant de tirer dans la tête, à moins que l’homme ne montre sa pièce d’identité.

La fièvre de la dénonciation via les réseaux sociaux a également mis à nu une agression abjecte d’une dame arabe voilée. En effet, des photos prises par des téléphones mobiles ont vite fait le tour du réseau et suscité l’indignation. La dame en question attendait le train lorsqu’une foule composée de personnes à l’allure respectable, en partance pour le travail ou allant faire les courses, l’a attaquée et lui a arraché son foulard (hijab). Cette scène n’a pas fait bouger un cheveu des gardes de la station.

Quelles que soient les dénonciations officielles de ces évènements, les airs scandalisés du gouvernement n’ont aucune valeur.

Pendant que Netanyahu et ses alliés de l’extrême droite critiquaient le racisme de Superland, ils soutenaient une loi fondamentale extrêmement discriminatoire que le quotidien Ha’aretz a qualifié de « l’une des mesures les plus dangereuses » jamais présentées au Parlement.

Le projet de loi attribuera aux israéliens ayant servi dans l’armée toute une série de droits supplémentaires en matière de terres, de logements, d’emploi, de salaires et de prestations des services publics et privés. Le hic est que la quasi-totalité des Palestiniens citoyens du pays, estimés à 1.5 millions, sont exclus du service national. En pratique, seuls les Juifs jouiront de ces avantages et bénéfices.

En prenant conscience de ces pratiques, il apparait clairement que l’offense de Superland reste insignifiante, comme elle l’est par rapport à des décennies d’une discrimination officiellement autorisée et planifiée par l’état contre la minorité palestinienne du pays.

Un éditorial paru dans Haaretz ce mois observait qu’Israël était vraiment composé de « deux états distincts, l’un arabe et l’autre juif. ... C’est l’écart entre l’État juif d’Israël, qui est un pays occidental développé, et l’État arabe d’Israël, qui n’est plus qu’un pays du Tiers-Monde ».

La ségrégation est appliquée dans tous les principaux domaines de la vie : l’attribution des terres et du logement, le droit à la citoyenneté, l’éducation et l’emploi.

Rien de tout cela n’est accidentel. Cela a été conçu pour garantir l’avenir d’Israël en tant qu’État juif. Les groupes de défense des droits de l’homme ont identifié 57 lois qui établissent ouvertement des discriminations entre les citoyens juifs et palestiniens, avec une dizaine d’autres concernant les questions de statut.

Moins visible mais tout aussi dommageable est la discrimination masquée à laquelle les citoyens palestiniens sont confrontés tous les jours lorsqu’ils traitent avec les institutions étatiques, dont les pratiques administratives trouvent leur justification dans l’enracinement des privilèges accordés aux juifs.

Cette semaine, un rapport a identifié avec précision ce genre de racisme institutionnel quand il a mis en évidence que les élèves de la minorité palestinienne du pays ont été confrontés à une liste de 14 obstacles que ne connaissent pas leurs compatriotes juifs, et qui ont contribué à leur refuser l’accès à l’enseignement supérieur.

La vague de préjugés populaires et les violences racistes ne sont pas un hasard non plus. Et justement, cela a été déclenché par la rhétorique inflammatoire de plus en plus réactionnaire de politiciens comme Netanyahu, qui tienentt constamment des propos alarmistes qui présentent les citoyens palestiniens comme déloyaux, une cinquième colonne et une menace démographique pour la judéité de l’État.

Puisque l’État est si déterminé à asservir et à exclure des citoyens palestiniens, et Netanyahou et ses ministres aussi déterminés à alourdir encore le poids d’une législation discriminatoire, pourquoi alors dénoncent-ils le racisme de Superland ?

Pour trouver une explication à cela, il faut comprendre comment Israël cherche désespérément à se distinguer de l’apartheid qui sévissait en Afrique du Sud.

Israël cultive, comme l’Afrique du Sud l’a fait en son temps, ce que les spécialistes qualifie de « grand apartheid ». C’est la ségrégation, en grande partie masquée et souvent prétextée par des raisons de sécurité ou de culture, afin de s’assurer que le contrôle des ressources demeure exclusivement dans les mains de la communauté privilégiée.

Dans le même temps, Israël a longtemps répugné au modèle que certains appellent « le petit apartheid » de l’Afrique du Sud - la ségrégation au grand jour, symbolique, mais beaucoup moins importante des bancs dans les parcs, des bus et des toilettes.

Avoir su un peu limiter le petit apartheid a été la clé du succès d’Israël pour réussir à occulter à la vue du monde la profondeur de l’apartheid, le plus évident dans les territoires occupés mais aussi à l’intérieur même d’Israël.

Ce mois-ci, à l’occasion de son départ d’Israël,de l’ambassadeur d’Afrique du Sud, Ismail Coovadia, a averti qu’Israël était un « réplique de l’apartheid ». L’idée que le monde pourrait bientôt réaliser la vérité de cette comparaison énerve profondément Netanyahu et toute la droite, d’autant plus qu’ils risquent d’être catalogués comme la partie qui refuse de faire des concessions pour la paix.

La menace posée par ce qui est arrivé à Superland, c’est que de tels incidents produits par un racisme officieux et spontané pourraient, un jour faire apparaître la campagne beaucoup plus sinistre et méthodique de « grand apartheid » que les dirigeants d’Israël ont piloté depuis des décennies.

Jonathan Cook

Jonathan Cook a remporté le Prix Spécial de journalisme Martha Gellhorn. Ses derniers livres sont Israel and the Clash of Civilisations : Iraq, Iran and the to Remake the Middle East (Pluto Press) et Disappearing Palestine : Israel’s Experiments in Human Despair (Zed Books). Voici l’adresse de son site : http://www.jkcook.net.

22 juin 2013 - the Palestine Chronicle - Vous pouvez consulter cet article à :
http://palestinechronicle.com/big-racists-vs-little-racists-how-israel...

Traduction : Info-Palestine.eu - CZ & Niha

»» http://www.info-palestine.net/spip.php++cs_INTERRO++article13684
URL de cet article 21231
  

Même Thème
Israël, parlons-en !
Michel COLLON
PRESENTATION : Voilà qui peut paraître étrange tant les médias nous parlent d’Israël. Mais les raisons du conflit sont-elles claires ? Israël : terre sans peuple pour un peuple sans terre ? Démocratie en légitime défense ou Etat d’apartheid ? Choc des civilisations, conflit religieux ou enjeu pétrolier ? Pourquoi une solution paraît-elle impossible ? Michel Collon a interrogé 20 témoins et spécialistes. Israéliens et Arabes, juifs et musulmans, Européens et Américains. Chacun éclaire une question (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.