RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Les mots qui résument le mieux la situation sont : chaos total plus un incident localisé de violence.

Guerre civile ukrainienne, jour 1 - 15 avril 2014 (The Saker)

Le premier jour de ce qui sera la Guerre Civile Ukrainienne vient de se terminer.
...

La même source qui a révélé la visite du directeur de la CIA, John Brennan, à Kiev dimanche ou lundi, a aussi déclaré que le plan étasunien est d’utiliser l’armée ukrainienne pour assiéger les villes rebelles et des unités spéciales (garde nationale, SBU SWAT, une nouvelle unité appelée "Shtorm" et les gangs du Secteur Droit) pour la répression effective.

Il y a eu un incident bizarre : des officiers ukrainiens ont été envoyés libérer un aéroport près de Kramatorsk qui selon leurs supérieurs était occupé par 30 terroristes armés. Ils ont atterri là avec le soutien de blindés et d’hélicoptères et se sont rendus compte qu’il n’y avait que des civils. Selon la rumeur, "plusieurs", au maximum "onze" civils ont été tués dans l’opération. Le plus étonnant est que les officiers ont vraiment cru que des soldats les attendaient. Quand ils ont compris que ce n’était pas le cas, ils ont évacué la plus grande partie des forces militaires et n’ont laissé à l’aéroport qu’une moindre force qui est à l’heure actuelle entourée de civils qui bloquent toutes les issues.

La même chose est arrivée au bataillon de reconnaissance du la 24ème division aéroportée qui a été envoyé pour repérer des "terroristes". Quand ils ont vu qu’il n’y avait que des civils, ils ont refusé de poursuivre leur mission et ont fait demi-tour.

Un convoi de militants du Secteur Droit déguisés en forces pro-russes (ils portaient le ruban de St Georges) ont été arrêtés et fouillés par des civils. Après un interrogatoire un peu brutal, la vérité est apparue, leur camionnette pleine d’armes a été confisquée et les chauffeurs ont pris une bonne raclée.

A Kiev le Secteur Droit a donné au soi-disant président et à son régime 24 heures pour agir. En d’autres termes, ce qui reste d’une police désorganisée et démoralisée pourrait maintenant avoir à réprimer à la fois les russophones de l’est et les voyous galiciens à Kiev.

Quand à l’inénarrable Maison Blanche, son attaché de presse a déclaré que les Etats-Unis "félicitaient" le régime néo-fasciste pour sa "réponse mesurée".

Alors que peut-on déduire de tout cela ?

L’armée ukrainienne reçoit l’ordre d’arrêter des "terroristes". Les officiers ukrainiens veulent bien exécuter ces ordres à condition de ne pas tuer de civils ni d’avoir à prendre une ville par la force. Donc ils s’arrêtent à l’extérieur de la ville et entament des pourparlers très tendus et désagréables avec des civils très hostiles et soupçonneux.

Les forces de sécurité ukrainiennes (SBU) auraient sans doute moins de scrupules à tirer sur des civils mais ses membres ne tiennent pas du tout à entrer dans les villes et on les comprend. A la différence des barricades érigées autour des villes qui sont tenues par des civils (dont des femmes et des seniors), dans les villes il y a des barricades défendues par des hommes armés – dont certains ont de toute évidence une expérience militaire – qui sont soutenus par de nombreux civils. Un agent spécial SBU pris en flagrant délit de tuer un citoyen risquerait fort d’être lynché par la foule.

Les voyous du Secteur Droit adoreraient massacrer autant de maudits Ruskov que possible, mais ils n’ont pas l’entraînement nécessaire et ne sont pas assez nombreux pour prendre une ville. Et si on les attrapait, ils n’auraient aucune chance de repartir vivants. Ils seraient littéralement découpés en morceaux par les habitants.
....

En conséquence le premier jour de la guerre civile a été un jour de chaos total avec un seul incident local de violence. Même si 11 civils ont été tués, ce n’est rien en comparaison de ce qui pourrait arriver si l’armée ukrainienne décidait d’attaquer une ville avec des roquettes comme l’ont fait les Georgiens à Tskhinval le 8 août 2008.

Et maintenant quelques mots sur l’opposition russophone

J’ai regardé autant de vidéos que j’ai pu aujourd’hui et voilà ce que j’ai vu :

1) Beaucoup d’authentiques civils sans armes dont des femmes et des seniors. Ils semblaient effrayés et très en colère. Leur plan est de former des boucliers vivants pour arrêter l’attaque fasciste.

2) Beaucoup d’hommes solides et déterminés, principalement des mineurs. Ils ont des bâtons, des barres de métal et quelques cocktails Molotov. Il serait facile à des forces armées de fusils d’assaut de les tuer mais ils feraient sans doute de la viande hachée des voyous du Secteur Droit. Ce sont des hommes simples mais des durs à cuire et ils sont très en colère.

3) Un assortiment de groupes armés qui se sont auto-organisés, la plupart équipés de pistolets et de fusils d’assaut. Ils ont certes des armes, ce qui n’est pas négligeable, mais ils sont mal entraînés et mal commandés. Ils ne seraient pas capables d’empêcher un vrai assaut mais ils peuvent faire le coup de feu ici ou là pour chasser des flics locaux.

4) Quelques petits groupes (3 à 5 hommes) ici et là qui ont l’air de savoir ce qu’ils font. Ce sont soit d’anciens paras soit des soldats qui ont servi dans des troupes d’élite. Ils essaient d’organiser la résistance et ils pourraient probablement monter une attaque efficace contre une colonne ennemie (comme cela a été le cas une fois ce week-end). Je ne pense pas que ces groupes soient très nombreux, mais ils sont très mobiles et représentent donc une menace certaine pour toute force attaquante.

Pris séparément, aucun des ces défenseurs n’aurait la capacité de protéger même une petite ville. Mais la combinaison de tous ces types de défense pourrait se révéler très problématique pour l’état-major ukrainien, surtout à cause du problème moral que cette opération pose au camp ukrainien et de la farouche détermination ancrée dans la rage et la peur des russophones.

De plus les opérations militaires en secteur urbain sont toujours très difficiles et dangereuses. Bien souvent, l’attaque semble réussie et victorieuse au début puis d’un seul coup tout se délite et ce qui apparaissait comme une victoire tourne au cauchemar. Il faut beaucoup de puissance militaire pour vaincre dans une ville, beaucoup de détermination et il faut être prêt à tuer beaucoup de civils. Dans l’est de l’Ukraine presque tous les citoyens ont un téléphone portable ou un appareil photo et donc il y a des "yeux" partout et tout est filmé et parfois même posté sur Internet. Ce n’est pas bon du tout pour les assaillants.

Une dernière chose : Je pense qu’une ligne rouge a été franchie aujourd’hui ; maintenant que toute la population d’Ukraine de l’Est a été assimilée à des "terroristes" et que deux des principaux candidats aux élections présidentielles ont été agressés (et l’un d’entre eux, Tsarev a été accusé d’hooliganisme et de sédition !), l’espoir de créer un état fédéral ukrainien s’est envolé. Du fait que des civils ont été tués aujourd’hui dans une opération militaire ordonnée par le soi-disant "président intérimaire" qui de plus a été félicité par les Etats-Unis pour sa "mesure", un changement qualitatif s’est opéré. A moins d’un miracle, mon pronostique est que c’est est fini de l’Ukraine telle que nous la connaissions. "L’Ukraine" est morte et enterrée.
...
La seule question qui demeure c’est quel est le prix humain que l’Occident et ses marionnettes néo-nazies sont prêts à faire payer aux Ukrainiens avant de reconnaître cet état de fait.

Restez en contact !

The Saker

Pour échapper à la propagande des médias dominants, en plus entre autres de Russia today et de Dedefensa il y a aussi l’excellent site d’Olivier Berruyer : http://www.les-crises.fr/

Traduction : Dominique Muselet

»» http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/04/ukraine-sitrep-april-15-1830-...
URL de cet article 25217
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Les bombes nucléaires pourront tuer ceux qui ont faim, les malades, les ignorants. Mais elles ne pourront pas tuer la faim, les maladies et l’ignorance. Elle ne pourront pas non plus tuer la juste rebellion des peuples".

Fidel CASTRO

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.