Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Les options des anglosionistes (rapport intermédiaire)

Le 10 avril 2018 – Source The Saker. Article rédigé avant les bombardements

Une attaque anglosioniste contre la Syrie semble inévitable et imminente. Il y a toujours une chance que quelques généraux du Pentagone supposés sains d’esprit, réalistes et patriotes s’y opposent, mais je n’y crois pas trop (j’ai interrogé deux de mes amis les mieux informés à ce propos et les deux m’ont dit d’oublier). Compter que ceux qui toute leur vie ont obéi aux ordres en refusent subitement un et, ce faisant, brisent leur carrière, est naïf. D’ailleurs, la plus grande partie de ceux que nous avons aujourd’hui au Pentagone ne sont pas du type de l’amiral Fallon, mais plutôt du genre « poule mouillée lèche-cul » à la Petraeus.

Il se peut qu’ils ne poussent pas à une confrontation avec la Russie, mais ils feront ce qu’on leur dit de faire. Le commandant du CENTCOM l’a dit récemment (« Nous ferons ce qu’on nous dit »).

Cependant, le genre d’options pour une attaque que les néocons étasuniens et leurs amis israéliens choisiront est probablement ce qui est débattu en ce moment. Voici les options de base :

1) Une répétition de l’attaque de l’année dernière sur la base de l’Armée de l’air aérienne à Chayrat. Ce serait de loin la meilleure option et cela permettrait aux néocons de sauver la face même si c’est totalement symbolique, l’option « regardez comme nous sommes durs ». Ils pourraient aussi bien frapper la même base T4 que les Israéliens il y a quelques jours, simplement avec plus de missiles. Et, uniquement pour que tout cela ait l’air très « démocratique », ils pourraient demander aux Français, aux Britanniques ou aux Israéliens de participer à cette attaque.

2) Il est trop tard, militairement parlant, pour essayer de renverser la situation sur le terrain, mais bombarder davantage de bases aériennes syriennes, de nœuds de communication, de défenses aériennes, etc. est certainement une option. Après une telle attaque, les alliés des États-Unis sur le terrain (les « bons » et les « mauvais » terroristes) iraient à l’offensive et les Syriens et leurs alliés lutteraient pour « boucher les trous » ainsi créés. Cela ne changerait pas fondamentalement pas le résultat, mais prolongerait le chaos et le bain de sang qui l’accompagne.

3) Attaquer les Iraniens. C’est l’option favorite des Israéliens et des néocons, mais c’est aussi une option beaucoup plus risquée parce que si l’attaque réussit, les Iraniens auraient un très grand nombre de cibles étasuniennes potentielles parmi lesquelles choisir pour répliquer, tout comme le Hezbollah. Pourtant, cela apaiserait ceux qui haïssent l’Iran, au moins provisoirement, et cela permettrait à Trump de montrer à quel point il est un type « dur » et « génial ».

4) Une attaque à large échelle contre l’armée syrienne et le gouvernement (y compris les infrastructures présidentielles). Nous parlons de centaines de missiles de croisière dans la première vague. Les objectifs ne comprendraient pas seulement des cibles purement militaires (dépôts de munition, concentrations de troupes, etc.), mais également « l’infrastructure de soutien du régime », c’est-à-dire les civils et ce qui rend possible la vie civile : centrales électriques, traitement des eaux, communications, ponts, routes, ports, écoles et hôpitaux (« objectifs camouflés du régime »), etc. Fondamentalement, c’est ce que les EU/UE/OTAN ont fait à la Serbie et ce que les Israéliens ont fait de nombreuses fois au Liban : assassiner autant de civils que possible pour leur faire regretter leur soutien à l’« animal Assad ». Une vieille tradition anglo-saxonne et sioniste, soit dit en passant.

5) Une attaque délibérée des positions russes et iraniennes en Syrie pour les « punir » de soutenir les attaques chimiques de l’« animal Assad ».

Bien sûr, une combinaison de ces options est possible. Grosso modo, les options 1, 2 et 3 pourraient (conditionnel) rester gérables. Seule l’option 1 est (relativement) sûre. Les options 4 et 5 sont absolument insensées et pourraient entraîner une escalade extrêmement dangereuse.

Regardons les choses sous un autre angle.

Quel serait le but d’une attaque anglo-sioniste ?

Je pense que nous pouvons tous être d’accord sur le fait que personne ne croit sérieusement qu’une attaque chimique a eu lieu et que tout le monde sait que c’est une fausse bannière (mal exécutée) mise en scène prédite à la fois par Nikki Haley et les Russes, il y a quelques semaines. Quant à un renversement total du résultat en Syrie ou une reconquista par les États-Unis/OTAN, ce ne sont pas des options réalistes, militairement parlant.

Donc quel est l’intérêt ?

1) La politique intérieure étasunienne : Trump veut apaiser les néocons et paraître « dur ».

2) Faire payer les Syriens, les Iraniens et les Russes pour avoir vaincu les « bons » et les « mauvais » terroristes.

3) Apaiser les Israéliens toujours assoiffés de sang et créer un beau prétexte pour revenir sur l’accord nucléaire avec l’Iran.

4) La nécessité d’agir en fonction de la rhétorique (celle-ci est souvent ignorée, mais le fait est que lorsqu’un régime vomit un flot constant d’insanités paranoïaques et haineuses sur un autre pays, il doit finalement faire quelque chose à ce sujet. Parler de l’« animal Assad » et ne rien faire ne serait pas bon pour l’image de “The Donald”).

5) Certains espèrent vraiment tuer Assad (peu probable, les défenses aériennes intégrées russes et syriennes l’avertiront de l’attaque).

6) Rétablir, par l’exemple, le fait que les États-Unis sont toujours les plus grands et les plus méchants et que ni l’Iran ni la Russie n’y peuvent rien faire. Forcer la Russie et l’Iran à se soumettre (je sais, c’est une idée stupide, mais les néocons ne sont pas très intelligents !).

Je pense que nous ne devrions pas sur-intellectualiser tout cela. Franchement, je ne crois pas que les gens à la Maison Blanche soient très malins et que leur niveau de planification ressemble à peu près à « si tout ce que vous avez est un marteau, tout ressemble à un clou ». Ce qu’ils ont, c’est un marteau mental : ils désirent frapper, attaquer, blesser, punir. Juste la haine et une arrogance infinie.

Quant à savoir où et comment le marteau va frapper – votre supposition est aussi bonne que la mienne.

Tenter de prédire les actes de psychopathes délirants est un exercice futile.

D’ailleurs nous le saurons très bientôt.

The Saker

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker francophone

»» http://lesakerfrancophone.fr/les-options-des-anglosionistes-rapport-in...
URL de cet article 33211
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...

Soutien financier à ceux et celles qui montent la garde 24/24h devant l’ambassade de l’Equateur et qui viennent d’un peu partout, à leurs frais. Exemples :


Vous avez une minute ?

Même Thème
L’horreur impériale. Les États-Unis et l’hégémonie mondiale
Michael PARENTI
Enfin traduit en français. Notes de lecture, par Patrick Gillard. La critique de l’impérialisme made in USA La critique de l’impérialisme américain a le vent en poupe, notamment en Europe. Pour preuve, il suffit d’ouvrir Le Monde diplomatique de novembre 2004. Sans même évoquer les résultats des élections américaines, dont les analyses paraîtront en décembre, le mensuel de référence francophone en matière d’actualité internationale ne consacre pas moins de deux articles à cette question. Signé Claude (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’étais déterminé à faire entrer les Etats-Unis dans le 21ème siècle, toujours comme le plus grand facteur de paix et de liberté, de démocratie, de sécurité et de prospérité."

Bill Clinton, 1996

"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "

Amnesty International, 1996


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.